Quantcast i24NEWS - Laurent Wauquiez "n'est pas détesté du tout" (Pierre Charon à i24NEWS)

Laurent Wauquiez "n'est pas détesté du tout" (Pierre Charon à i24NEWS)

Pierre Charon sur i24NEWS
i24NEWS
"C'est du délit de sale gueule et en France c'est interdit le délit de sale gueule", a-t-il dit.

Pierre Charon, sénateur Les Républicains de Paris, était l'invité d'Anna Cabana, dans Conversations sur i24NEWS, où il a expliqué pourquoi les sarkozystes ont choisi Laurent Wauquiez pour l'élection à la présidence des Républicains en décembre prochain.

"Il n'y a pas de consigne de vote mais nous sommes habitués à travailler ensemble parce que nous avons été autour de Nicolas Sarkozy, pendant toute ces primaires, pendant la reconquête du parti, lorsqu'il est devenu président et pendant la primaire que nous avons perdu", a expliqué Pierre Charon.

Personnellement "j'ai choisi Laurent Wauquiez de façon très claire parce qu'on est habitué à travailler ensemble. Je le trouve performant: il n'a eu besoin de personne pour prendre la tête de sa région, et en plus il s'est présenté comme suppléant dans cette législative et il a gagné aussi", a-t-il continué.

Il a toutefois fait remarquer que "personne ne ressemble à Sarkozy. Sarkozy est un génie. C'est le seul de notre famille politique qui ait pu passer par la présidence de la République, il n'y en a pas eu d'autre. Laurent Wauquiez est très jeune… (mais) lorsqu'il fait des réunions publiques, c'est à l'applaudimètre celui qui l'emporte et de loin".

Laurent Wauquiez, le favori de l'élection pour la présidence des Républicains, les 10 et 17 décembre prochains, a choisi comme slogan "La droite est de retour" pour le lancement de sa campagne.

Or, la semaine dernière, l'ancien ministre Christian Estrosi a écrit aux Républicains (LR) pour demander d'étudier l'exclusion des "cadres dirigeants" ayant "entretenu le doute sur leur positionnement vis-à-vis du Front national", visant sans le nommer Laurent Wauquiez.

Interrogé sur le fait que Wauquiez "clive" aujourd'hui plus que Sarkozy en son temps, Pierre Charon a répondu que le candidat "n'est pas détesté du tout".

"C'est du délit de sale gueule et en France c'est interdit le délit de sale gueule", a-t-il dit.

Les Républicains sont divisés depuis la défaite de François Fillon au premier tour de la présidentielle, les désormais "constructifs" et d'autres au sein du parti reprochant l'absence de consigne explicite de vote en faveur d'Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

Quatre candidats ont déposé leurs parrainages pour concourir à la présidence des Républicains dont le vice-président Laurent Wauquiez, accusé par plusieurs dirigeants de collusion avec l'extrême-droite. Sont également candidats le député Daniel Fasquelle, les ex-porte-parole d'Alain Juppé, Maël de Calan, et de François Fillon, Florence Portelli.

Commentaires

(0)
8Article précédent6 mois de prison pour l'une des figures de proue du négationnisme allemand
8Article suivantCatalogne: deux dirigeants indépendantistes emblématiques placés en détention