Quantcast i24NEWS - "Il y a une cohérence à toutes les mesures d'E. Macron (L. Parisot à i24NEWS)

"Il y a une cohérence à toutes les mesures d'E. Macron (L. Parisot à i24NEWS)

Laurence Parisot
i24NEWS
Saluant la politique économique elle dit que "le gouvernement doit s'engager aussi dans les combats sociétaux"

"Il y a une cohérence à toutes les mesures" mises en place par le président français Emmanuel Macron a déclaré l'ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot, invitée de "Conversations avec Anna Cavana".

Réagissant au sondage publié ce lundi matin, indiquant qu'un Français sur deux estime qu'il est trop tôt pour juger l'action du président Macron, la présidente d'honneur du Medef confirme.

"On ne peut pas au bout de six mois évaluer sérieusement l'action de toute une nouvelle équipe", affirme Laurence Parisot, ajoutant que "six mois ça n'est pas un anniversaire et ça n'est pas un bon moment pour faire un bilan".

Une politique économique préconisée depuis des années

Toutefois, celle qui fut la patronne des patrons pendant huit ans indique déjà percevoir "une logique", "une cohérence" aux mesures menées par le gouvernement Edouard Philippe.

"Il y a une politique économique qui consiste à privilégier l'investissement productif, et pour ça on allège la fiscalité sur le capital, qui est très très lourde en France par rapport aux autres pays comparables", commente-t-elle.

"Et par ailleurs, dans cette politique économique, on continue aussi d'alléger le travail et le coût qui pèse sur le travail, lié au financement de la protection sociale, d'où la hausse de la CSG, mais très largement compensée pour les salariés actifs par une baisse des cotisations", ajoute-t-elle pour compléter son propos.

Selon l'ex patronne du Medef, cette politique économique était préconisée depuis des années par les économistes et les acteurs du monde entrepreneurial, dont la stratégie se trouve déjà dans le rapport Attali de 2008, auquel Emmanuel Macron avait participé.

"Un petit peu avait été fait sous les mandats de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Il me semble qu'Emmanuel Macron essaie d'achever de manière forte, claire et cohérente ce qui avait été essaimé dans les mandats précédents", confie Laurence Parisot.

Questionnée sur un futur remaniement en prévision du départ de Christophe Castaner, cette femme d'action affirme pourtant que sa candidature à un ministère "n'est pas du tout à l'ordre du jour", assurant avoir d'autres domaines d'activités.

A l'évocation de cet éventuel remaniement, l'ancienne patronne des patrons a voulu saluer l'actuel gouvernement, qu'elle qualifie de "gouvernement d'experts", bien qu'elle confie ne pas aimer cette expression qui ferait référence seulement à des techniciens. Or, selon elle, "ce sont des hommes et des femmes qui connaissent leurs dossiers".

"Je trouve que le gouvernement actuel bosse très bien", insiste-t-elle.

Un climat favorable

La croissance qui repart, le PIB qui progresse, le chômage qui baisse. Toutes ces améliorations sont toutefois les fruits de la présidence précédente selon Laurence Parisot, rendant crédit à François Hollande, affirmant qu'il est trop tôt pour voir les effets de la politique d'Emmanuel Macron.

"Le crédit impôt compétitivité emploi (CICE), qui avait été très critiqué, personnellement je l'avais largement soutenu, a eu des effets positifs sur l'économie française", soutient-elle.

"Comme en plus l'économie de l'Union européenne en général va mieux, la France évidemment en bénéficie", ajoute-t-elle, expliquant qu'il y a un "climat favorable".

Elle nuance légèrement toutefois en soulignant qu'Emmanuel Macron a une part de contribution à cette amélioration "puisqu'il a apporté en plus de la confiance pour l'investissement", mais aussi car "les investisseurs savent que la France est dirigée par un homme qui croit à l'avenir européen".


Et les combats sociétaux?

Ayant décidé de se consacrer désormais à l'égalité entre hommes et femmes dans le milieu du travail, elle affirme être l'une des premières à avoir soulevé des questions de cet ordre dans le débat public, telles que l'obligation d'un congé paternité de six semaines (contre onze jours actuellement), ce qu'elle réclame depuis 2011. La plus grande inégalité entre hommes et femmes au travail est la différence de promotion, selon elle, il s'agit donc de donner une même approche pour les hommes et les femmes, qui auront tous deux un congé parental.

"Concernant le bilan d'Emmanuel Macron, je pense que question économique et sociale, on va vraiment dans le bon sens. Mais il faut aussi que cette équipe au pouvoir s'engage dans les combats sociétaux", confie-t-elle.

"Si nous sommes en train de moderniser notre économie, il faut aussi qu'on se mette à la page sur tout ce qui concerne la vie en société", ajoute-t-elle.

Laurence Parisot affirme en appeler pour cela à la ministre de la santé Agnès Buzyn et à la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Laurence Parisot dans "Conversations avec Anna Cavana":

Commentaires

(0)
8Article précédentRivlin exhorte la communauté juive espagnole à ne pas capituler face à l'antisémitisme
8Article suivantMenaces de mort visant Charlie Hebdo: le parquet de Paris ouvre une enquête