Quantcast i24NEWS - L'ex-propriétaire du Bataclan revient sur l'attentat du 13 Novembre sur i24NEWS

L'ex-propriétaire du Bataclan revient sur l'attentat du 13 Novembre sur i24NEWS

Joël Touitou, ancien propriétaire du Bataclan de 1975 à 2015
i24NEWS
"Le 13 novembre est une date qui reste très présente dans mon esprit"

Deux ans jour pour jour après les attentats qui ont frappé la capitale française, Joël Touitou, l’ancien propriétaire de la salle de concert du Bataclan à Paris où 90 personnes ont été tuées par des terroristes de l’Etat islamique, revient sur les événements de cette tragique journée sur i24NEWS.

"Le 13 novembre est une date qui reste très présente dans mon esprit", déclare M. Touitou qui a cédé les droits de la propriété de la salle deux mois avant les attentats.

"C’est plus facile pour moi d’en parler aujourd’hui avec deux ans de recul", a indiqué l’ancien propriétaire.

Lorsque l’attentat a eu lieu "j’étais en Israël (…). C’est un des employés du Bataclan présent dans la salle au moment de l’attentat qui m’a prévenu par téléphone", a précisé M. Touitou sur i24NEWS.

"J’ai ensuite allumé la télé et j’étais effaré", a-t-il continué.

"J'ai demandé à l'employé d’indiquer à la BRI ou au RAID l’accès secret via les sous-sols de la brasserie d’à côté", mais ça tirait de partout.


"J’en ai voulu sur le coup aux forces de police qui m’ont pas contacté sachant que je faisais partie de l’arrondissement depuis 40 ans", a déclaré M. Touitou précisant qu’il comprenait finalement ce comportement sachant que c’est la première fois que la France était confrontée à un attentat de grande envergure.

"Le Bataclan c’est mon bébé, je l’ai pris en 1975 et je l’ai laissé en 2015. J’ai fait de ce musique-hall de quartier un musique-hall parisien d’abord et ensuite national", a indiqué Joël Touitou déplorant qu’au jour d’aujourd’hui l’attentat "reste très présent dans la tête de certains techniciens, musiciens et artistes français" qui préfèrent jouer dans d’autres salles.

"Ce qui n’est pas le cas des anglo-saxons", a précisé M. Touitou. "Les anglo-saxons eux veulent le Bataclan car c’est là que ça s’est passé et veulent montrer qu’on est toujours debout".

Interrogé sur les raisons de ce phénomène, M. Touitou explique qu’on ne peut entrer dans la Bataclan sans penser à l’attentat car "il y a une plaque commémorative où il est écrit : ‘Ici ont été assassinées 89 personnes".

A savoir si M. Touitou considère que cette plaque est une erreur qui pèse sur les prestations de la salle de concert, ce dernier explique "que c’est un hommage qui a été rendu aux victimes mais qu’il n’aide pas à l’oubli".

Quant à la réouverture du Bataclan en tant que salle de concert et non en tant que sanctuaire, l’ancien directeur a déclaré qu’il est trop tôt pour se prononcer et que l’avenir nous le dira.

"Ramener le Bataclan à quelque chose de différent, c’est dire à l’Etat islamique" qu’ils ont gagné, "et rien que pour ça c’est impossible", a conclu M. Touitou.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentL'UE demande qu'il n'y ait "aucune interférence extérieure" au Liban (Mogherini)
8Article suivant"Juifs, dehors": Israël condamne le rassemblement d'extrême droite à Varsovie