Quantcast i24NEWS - Prières de rue à Clichy: des responsables musulmans vont porter plainte après un rassemblement d'élus

Prières de rue à Clichy: des responsables musulmans vont porter plainte après un rassemblement d'élus

The weekly street prayers in Clichy, just outside Paris, are to protest the closure of a popular mosque by local officials
ALAIN JOCARD (AFP)
Une centaine d'élus ont tenté vendredi d'empêcher des fidèles de faire leur prière dans la rue

L'Union des associations musulmanes de Clichy-la-Garenne (UAMC) va déposer plainte contre X pour violence aggravée après un rassemblement d'élus contre les prières de rue dans cette ville, et contre le maire pour diffamation et incitation à la haine raciale, a annoncé lundi leur avocat à l'AFP.

Une centaine d'élus en écharpe tricolore ont tenté vendredi dans cette ville des Hauts-de-Seine d'empêcher des fidèles musulmans de faire leur prière dans la rue. Ces fidèles protestent contre la fermeture en mars de leur lieu de culte en centre-ville.

"Il est patent que les élus qui manifestaient (...) ont commis des actes de violence à l'encontre des personnes de confession musulmane, avec pour unique raison leur appartenance vraie ou supposée à cette religion", est-il écrit dans la plainte contre X qui sera déposée auprès du parquet de Nanterre et dont l'AFP a eu une copie.

La plainte va aussi être déposée pour "participation à un groupement formé en vue de la préparation d'actes de violences" et "manifestation illicite".

L'UAMC a en outre décidé d'attaquer le maire de Clichy-la-Garenne, Rémi Muzeau (LR), pour diffamation et incitation à la haine raciale.

L'association reproche à l'édile d'avoir porté des accusations graves à l'encontre des musulmans de sa ville, sur LCI vendredi dernier.

"Il y a eu des prêches en arabe, des prêches avec des appels au meurtre", avait-il assuré. "Il y a eu aussi des documents qui ont été mis dans la rue, qu'on a récupérés, avec des phrases terribles où on disait +si vous rencontrez un juif, tuez-le+, j'ai les documents", avait-il poursuivi.

Par ces propos, M. Muzeau a éveillé "un sentiment de haine et de crainte envers la communauté musulmane", détaille la plainte.

La présidente de l'Observatoire de la laïcité dans le Val d'Oise, Laurence Marchand-Taillade, avait de son côté alerté sur i24News contre "des sourates dites en arabe pendant ces prières de rue et qui appellent au meurtre".

La manifestation des élus contre les prières de rue est "une manipulation de la droite et de l'extrême-droite visant à stigmatiser les musulmans", a assuré l'avocat de l'UAMC, Arié Alimi, à l'AFP.

Depuis mars, l'UAMC a été expulsé de sa salle de prière par la mairie qui souhaite y construire une médiathèque.

Le lieu accueillait jusqu'ici entre 3.000 et 5.000 fidèles d'après les responsables. Ils s'étaient vu proposer un autre lieu de culte, les Trois-Pavillons, géré par une autre association cultuelle à 1,5 km du centre-ville. L'UAMC juge cette mosquée excentrée, trop exiguë et ne respectant pas les normes de sécurité, ce que le maire récuse.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentMacron: la radicalisation "s'est installée parce que la République a démissionné"
8Article suivantAttentat de la rue Copernic: la remise en liberté du suspect à nouveau annulée