Quantcast i24NEWS - Polémique Charlie Hebdo: "Riss a raison, c'est un appel au meurtre" (P.Val à i24NEWS)

Polémique Charlie Hebdo: "Riss a raison, c'est un appel au meurtre" (P.Val à i24NEWS)

Phillipe Val l'ex directeur de Charlie Hebdo, était l'invité "du midi" sur i24NEWS
i24NEWS
"Charlie hebdo n'a jamais fait la guerre à personne"

"Riss a parfaitement raison c'est un appel au meurtre, c'est de nouveau faire recibler par les radicaux l'ensemble de l'équipe de Charlie hebdo qui vit, comme vous le savez, sous protection policière, c'est scandaleux," a réagi Phillipe Val, l'ancien directeur du journal satirique Charlie Hebdo sur i24NEWS.

L'actuel directeur de Charlie Hebdo, Riss, a accusé le patron de Mediapart, Edwy Plenel, de "condamner à mort une deuxième fois" sa rédaction après avoir déclarer que le journal satirique prenait part à une campagne "générale" de "guerre aux musulmans". M. Plenel a dénoncé une "pure manipulation" de ses propos.


"Il arrive que quand on retire une phrase de son contexte, on lui fasse dire le contraire. Là, quand on retire la phrase de Plenel de son contexte, elle dit exactement la même chose donc je ne vois pas où est le problème," a affirmé M. Val sur i24NEWS.

"Charlie hebdo n'a jamais fait la guerre à personne, il a été en 25 ans traîné 25 fois devant les tribunaux mais une seule fois pour racisme anti-chrétien par l'extrême droite catholique. C'est la seule fois car Charlie Hebdo a toujours milité contre le racisme, s'est engagé, a fait des actions, a soutenu les associations antiracistes c'est dans son ADN," a-t-il soutenu.

"Lorsque nous avions recrée Charlie hebdo, Cabu et moi, j'avais rédigé une charte qui obligeait le journal à être fidèle aux idéaux des Lumières et à mettre l'origine humaine au-dessus de toutes les autres origines sexe âge ou religion", a rappelé l'ancien directeur.

Selon M. Val, Edwy Plenel "ne pouvait pas ne pas connaître les idées de Tariq Ramadan en le défendant et en faisant des conférences avec lui après les attentats contre l'Hypercasher et contre Charlie Hebdo."

"Nous ne sommes pas en guerre contre les musulmans, on est en guerre contre le terrorisme islamique ce qui n'a rien à voir donc celui qui accuse toujours tout le monde de faire l'amalgame aujourd'hui c'est lui qui le fait", a-t-il martelé.

Phillipe Val appelle la société française, les politiques, les intellectuels qui "se sont tus depuis des années à réfléchir sur la question et savoir réfléchir a l'avenir de la démocratie de nos libertés".

"Aujourd'hui, c'est quand on caricature Ramadan qu'on est menacé, ce n'est pas le prophète, c'est un personnage public populaire dans le milieu musulman. Où on est si l'on peut plus caricaturer Ramadan? ça veut dire qu'on a régressé à ce point là?" s'est-il insurgé en évoquant les menaces qui pèsent sur les arts, les sciences le journalisme ou la philosophie.

L'ex-directeur attribue sa protection policière "tout simplement parce qu'on parle de laïcité de liberté et qu'on refuse de condamner l'Etat d'Israël et les Etats-Unis systématiquement et que ça déplaît c'est hallucinant".

Manuel Valls a accusé mercredi Edwy Plenel de "complaisance" et de "complicité intellectuelle" avec le terrorisme et d'avoir lancé "un appel au meurtre" contre lui et contre Charlie Hebdo, après que l'hebdomadaire a accusé le patron de Mediapart de les "condamner à mort".

M. Valls a dénoncé "l'égarement de cette gauche. C'est là où la phrase de 2016, la mienne, reste prémonitoire, sur les gauches irréconciliables. Oui, ce sont des gens dangereux".

"Je veux qu'ils reculent, je veux qu'ils rendent gorge, je veux qu'ils soient écartés du débat public. Non pas par l'interdiction, ce n'est pas le sujet. Mais qu'ils perdent, qu'ils perdent ce combat, cette bataille d'idées. Nous la menons pour la République et je la mène pour les musulmans de France. Parce que c'est nous qui les protégeons. C'est pas Edwy Plenel et ses sbires".

"Je n'aime pas Charlie Hebdo, mais je ne tolère pas les propos qui ont été tenus par Edwy Plenel", a réagi pour sa part Nadine Morano sur LCI, défendant "la liberté d'expression". L'eurodéputée LR "préfère" les caricatures "méchantes et déplacées" de l'hebdomadaire aux propos d'Edwy Plenel, "du grand n'importe quoi".

(avec agence)

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(3)

Charlie fait de l'humour. Quel est le rapport avec les musulmans ? Il vise M. Jeûne et non les musulmans qui doivent également rigoler en voyant le dessin. Il est incroyable d'imaginer tuer des gens pour des dessins. Ils peuvent attaquer le journal en diffamation peut-être, manifester avec des pancartes devant le siège, contre-attaquer avec des dessins moqueurs, que sais-je ? Mais menacer de morts des dessinateurs est complètement dingue. Médiapart a un problème avec l'Islam et non Charlie dont le rôle est de souligner l'absurdité de certains personnages publics ou travers de la société, avec humour. Rien d'autre.

Si Charlie est bâillonné alors ils auront gagné. En France ceux qui tiennent un crayon à papier font peur aux terroristes qui tiennent des armes avec des munitions. C'est dire la bêtise de la situation.

Le terme « d’islamophobie » utilisé à tort et à travers par les politiques, les médias etc... n’a pas lieu d’être sauf peut-être pour quelques égarés.Le terme le mieux adapté à mon sens à été trouvé il y a déjà quelques années par le chercheur Pierre-André Taguieff et c’est celui d’islaMISmophobie.

8Article précédentFrance: Le djihadiste Mehdi Nemmouche inculpé pour "enlèvement et séquestration"
8Article suivantAttentats du 13 novembre: nouvelle audition mercredi de Salah Abdeslam, resté silencieux