Quantcast i24NEWS - Un dirigeant juif européen fustigé pour avoir rencontré Marine Le Pen

Un dirigeant juif européen fustigé pour avoir rencontré Marine Le Pen

Marine le Pen gives lors d'une conférence de presse au siège du FN le 25 mars 2014 à Nanterre
Pierre Andrieu (AFP/Archives)
"Je pense que sa volonté de lutter contre l'antisémitisme est sincère" (président du Parlement juif européen)

Commons WikimediaL'oligarque d'origine ukrainienne ​Vadim Rabinovich qui a fondé le Parlement juif européen, a créé la polémique en rencontrant mercredi Marine Le Pen, la dirigeante du Front national, qui est boudée par de nombreuses organisations juives dans le monde entier, rapporte le site d'informations JTA.

La rencontre entre Rabinovich et Le Pen s'inscrivait dans le cadre d'une table ronde organisée par le dirigeant juif à Strasbourg, avec dix représentants du bloc nationaliste au Parlement européen "Europe des nations et des libertés", présidé par la dirigeante du Front national, aujourd'hui le troisième parti politique en France.

Le Congrès juif européen a condamné l'initiative de Rabinovich, qui est également député en Ukraine

"Que des Juifs européens soient disposés à être la feuille de vigne du racisme et de l'antisémitisme est extrêmement choquant", a déclaré dans un communiqué Moshe Kantor, le président du Congré juif européen.

Son organisation a vertement critiqué le Parlement juif européen, que Rabinovich a co-fondé en 2012, qu'il dirige depuis et qui revendique la représentation de la communauté juive européenne.

Levi Matusof, un rabbin français et membre du conseil du Parlement juif européen, a démissionné peu de temps après la réunion de Strasbourg, qu'il a qualifié d'"opportuniste" et d'"inappropriée".

Dans une interview au site JTA, Rabinovich a défendu sa décision de rencontrer Le Pen. Selon lui, "seul le dialogue peut conduire à des progrès, et Mme Le Pen a affirmé que l'antisémitisme était inacceptable".

Le groupe "Europe des nations et des libertés", qui se situe à l'extrême-droite de l'échiquier politique européen, comprend les députés du parti autrichien FPÖ, sur qui plane des soupçons de négations de la Shoah, de collaboration nazie et de déclarations racistes, ainsi que le parti nationaliste flamand Vlaams Belang et d'autres groupes ayant une idéologie similaire.

"Elle n'est pas son père", a déclaré Rabinovich au sujet de Marine Le Pen.

"Nous avons eu un dialogue constructif au cours duquel, nous nous sommes mis d'accord sur la nécessité de lutter contre l'antisémitisme, et je crois qu'elle est sincère à ce sujet", a-t-il ajouté.

Iosif Akselrud, un membre ukrainien du Parlement juif européen, a déclaré que Rabinovich a soulevé la question de la rencontre avec Le Pen lors d'une session plénière du groupe.

"La majorité des députés, environ 90 %, se sont prononcés pour entamer un dialogue avec elle, parce que cela aidera à lutter contre l'antisémitisme. Donc, cette rencontre fait partie de la ligne politique du Parlement juif européen", a-t-il expliqué.

Commentaires

(1)

Et il à raison ce brave Homme , il faut arreter de jouer à l'Autruche, l'on risque de prendre froid ou chaud à l'arrière (le cul)

8Article précédentGrèce: le Premier ministre japonais veut offrir son aide à la zone euro
8Article suivantItalie: Silvio Berlusconi condamné à trois ans de prison