Quantcast i24NEWS - Les fragments de victimes juives du nazi August Hirt enterrés à Strasbourg

Les fragments de victimes juives du nazi August Hirt enterrés à Strasbourg

Many of the 500,000 Holocaust survivors worldwide suffer from poverty and need urgent help to live a dignified life in their last years, an advisor to the US secretary of state said on May 27, 2015
Mehdi Fedouach (AFP/File)
Ces fragments avaient été découverts le 9 juillet dans une pièce-musée de l'institut de médecine légale

Les fragments humains de victimes juives du médecin nazi August Hirt, dont la découverte à Strasbourg durant l'été avait suscité la stupeur de l'université et de la communauté scientifique, ont été solennellement inhumés dimanche en présence de centaines de personnes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Déposés dans un cercueil, ces fragments avaient été découverts le 9 juillet dans un bocal et deux éprouvettes qui étaient entreposés dans une pièce-musée de l'institut de médecine légale de Strasbourg, rattaché à l'université.

Plusieurs centaines de personnes, parmi lesquelles le grand rabbin de Strasbourg René Gutman, le président de l'Université de Strasbourg Alain Beretz, le préfet d'Alsace Stéphane Fratacci, le président de la région Alsace Philippe Richert (Les Républicains), des élus et des anonymes issus de la communauté juive, ainsi que le chercheur à l'origine de la découverte Raphaël Toledano, ont assisté à la cérémonie.

Le médecin Michel Cymes, présentateur du "Magazine de la santé" sur France 5, était également présent, ainsi que le journaliste allemand Hans-Joachim Lang qui était parvenu à préciser en 2003 l'identité des 86 victimes, ainsi que la directrice du Centre du résistant déporté du Struthof, Frédérique Neau-Dufour.

Michel Cymes avait relancé en janvier la polémique sur la présence possible de restes des "86" à l'Université deStrasbourg, avec la sortie d'un livre consacré aux médecins des camps de la mort.

L'université et la communauté scientifique avaient alors vivement critiqué le travail d'enquête de Michel Cymes, écartant catégoriquement la présence de "bocaux" avec des restes du médecin nazi, dans ses bâtiments.

Un hommage solennel a été rendu à ces victimes, qui ont été enterrées au carré israélite du cimetière du quartier de Cronenbourg à Strasbourg, où reposent les dépouilles de 86 juifs assassinés dans la chambre à gaz du camp de concentration du Struthof, situé en Alsace.

Le cercueil a été inhumé en présence de drapeaux tricolores, à l'issue d'une cérémonie marquée par la lecture du kaddish, la prière juive aux morts, et du "Chant des déportés", et qui coïncidait avec le jour dédié aux victimes de la Déportation.

Ces restes biologiques -parmi lesquels cinq fragments de peau- proviennent des corps d'une ou plusieurs victimes du SS August Hirt, un médecin anatomiste qui avait fait assassiner 86 déportés pour un projet de "collection de squelettes".

Parmi ces restes figurent aussi des pelures de pomme de terre prélevées dans l'appareil digestif d'une ou plusieurs victimes, témoignant du dernier repas ingéré par la victime avant son exécution.

Ces fragments, prélevés à la Libération par le médecin légiste français de l'institut médico-légal, le Pr Camille Simonin, dans le cadre d'autopsies judiciaires, devaient documenter les causes de la mort des victimes et témoigner des crimes et atrocités commis par les nazis.

La majeure partie des restes, en grande partie découpés, avait été retrouvée par les Alliés peu après la libération de Strasbourg en 1944 et fut rapidement inhumée dans un cimetière juif.

(AFP)

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentManifestation en Moldavie pour exiger la démission du président
8Article suivantGB: 3 jeunes juifs blessés dans une attaque antisémite à Manchester