Quantcast i24NEWS - Rencontre Fatah-Hamas: pas d'annonce après 48 heures de discussions sur la réconciliation

Rencontre Fatah-Hamas: pas d'annonce après 48 heures de discussions sur la réconciliation

Le chef du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh accueille le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah
AFP
Les grands rivaux palestiniens ont mis fin lundi soir aux discussions au Qatar sans annoncer de résualtats

Les grands rivaux palestiniens, le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas islamiste, qui refuse de céder le pouvoir à Gaza, ont mis fin lundi soir à deux jours de discussions au Qatar sans annoncer ni résultats ni avancées dans leur long processus de réconciliation.

Depuis la quasi-guerre civile qui les a opposé en 2007 et la prise du pouvoir par la force du Hamas à Gaza, les deux principaux partis palestiniens sont à couteaux tirés. Une réconciliation signée mi-2014 fut rapidement enterrée.

L'agence officielle Wafa a annoncé que les deux chefs de délégations, Azzam al-Ahmed, en charge de la réconciliation au sein du Fatah, et Khaled Mechaal, le chef du Hamas en exil au Qatar, se sont réunis durant deux jours à Doha, capitale du petit émirat gazier, grand allié régional des Frères musulmans dont est issu le Hamas.

"Sous le patronage du Qatar, ils ont étudié les mécanismes à mettre en place pour rendre la réconciliation effective selon un calendrier en cours d'élaboration", affirme l'agence.

Une fois ces mécanismes déterminés et le calendrier établi, ils devront être adoptés au sein des deux partis et endossé par les autres formations et personnalités palestiniennes pour être mis en pratique, ajoute le texte.

Sous le couvert de l'anonymat, un haut responsable palestinien s'est dit "peu optimiste au vu de ce qui est annoncé", affirmant attendre le retour de la délégation du Fatah à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie pour "plus d'informations".

i24news a obtenu une version du document présenté par le Fatah, décrivant sa vision de la réconciliation nationale avec son rival le Hamas.

Hamas et Fatah, qui avaient accepté en 2014 de fonder ensemble un gouvernement de personnalités indépendantes, se renvoient désormais les accusations quant à la persistance de la division. Le Hamas accuse le Fatah de refuser de payer les fonctionnaires qu'il a embauché depuis sa prise de pouvoir (environ 50.000 personnes). Le Fatah accuse le Hamas de conserver un gouvernement concurrent.

Avant la rencontre de Doha, le Hamas a réclamé des élections, dix ans exactement après le dernier scrutin dans les Territoires, remportés par les islamistes ensuite privés de leur victoire. Le Parlement palestinien ne siège plus depuis 2007 et le mandat de M. Abbas, qui a expiré en 2009, court toujours faute d'élection.

(avec 124)

Commentaires

(0)
8Article précédentSyrie: les rebelles en difficulté, des milliers de déplacés bloqués
8Article suivantFenêtre sur la presse arabe du 9 février 2016