Quantcast i24NEWS - Liban: une décharge fermée car les mouettes risquent de perturber les avions

Liban: une décharge fermée car les mouettes risquent de perturber les avions

Deux avions de la compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines (MEA), sur le tarmac de l'Aéroport de Beyrouth
AFP
Les déchets se sont accumulés jusqu'à atteindre une hauteur de neuf mètres

Un juge libanais a ordonné la fermeture temporaire d'une décharge proche de l'aéroport de Beyrouth en raison d'un afflux de mouettes qui présente un risque pour les avions, a indiqué jeudi un avocat.

Le juge Hassan Hamdan a pris la décision "de fermer les portes" de la décharge Costa Brava, ouverte depuis quelques mois pour palier l'absence de sites de traitement des ordures à Beyrouth, selon Me Hani al-Ahmadiya, un avocat qui milite pour sa fermeture.

Cette mesure a été prise au lendemain d'une déclaration du ministère des Transports Youssef Fenianos qui s'est inquiété de la forte augmentation du nombre d'oiseaux attirés par l'amoncellement de déchets.

"Nous sommes aujourd'hui face à une urgence (...) Les oiseaux présentent un danger pour l'aviation civile", a affirmé M. Fenianos à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre libanais Saad Hariri.

La décharge de Costa Brava a été implantée en bordure du tarmac de l'aéroport international de Beyrouth. Elle est l'un des trois dépotoirs "temporaires" créés en mars 2016 par le précédent gouvernement pour tenter de mettre fin à une crise des déchets qui a frappé Beyrouth et sa banlieue à l'été 2015.

Le plan du gouvernement prévoyait que ces sites comprennent une installation de traitement de déchets, mais celle-ci n'a jamais vu le jour.

De ce fait, les déchets se sont accumulés jusqu'à atteindre une hauteur de neuf mètres et dégagent des odeurs nauséabondes qui parviennent aux voyageurs à l'arrivée.

Les militants de l'environnement mettent en garde depuis des mois contre le fait que la décharge attire de plus en plus de rongeurs et surtout des oiseaux de mer, susceptibles de perturber le décollage ou l'atterrissage des avions, comme l'a mis en garde le syndicat des pilotes libanais.

La crise des déchets, à laquelle aucune solution permanente n'a été trouvée, est l'un des nombreux défis à relever pour le nouveau gouvernement libanais formé le 18 décembre dans un pays qui a connu une paralysie politique pendant deux ans.

Commentaires

(0)
8Article précédentFrustrés d'électricité, les Gazaouis mettent à l'épreuve l'autorité du Hamas
8Article suivantJordanie : des milliers de chrétiens célèbrent le baptême du Christ