Quantcast i24NEWS - Ben Laden était inquiet face à un Al-Qaïda "vieillissant"

Ben Laden était inquiet face à un Al-Qaïda "vieillissant"

Before his death in 2011 Osama bin Laden was trying to keep his jihadist followers around the world aligned in his war against the United States, newly released documents show
FAROOQ NAEEM (AFP/File)
Pour ben Laden, les ennemis "sont comme un arbre malfaisant, et le tronc de cet arbre, c'est les Etats-Unis"

Quelques mois avant d'être abattu par un commando américain, le terroriste Oussama ben Laden était inquiet face au "vieillissement" d'Al-Qaïda, l'organisation qu'il dirigeait, selon des documents déclassifiés jeudi par la CIA.

Les derniers dossiers saisis par les Navy Seals américains au Pakistan, lors de l'opération qui allait entraîner la mort de Ben Laden, dans son repaire d'Abbottabad, en 2011, montrent un leader d'Al-Qaïda soucieux face à l'évolution de son organisation.

Une lettre rédigée par l'un de ses aides de camp montre ainsi la frustration croissante de Ben Laden, près de 10 ans après les attentats du 11 septembre 2001. Ben Laden "parle de la crainte de voir notre organisation vieillir et décrépir peu à peu, comme d'autres organisations", souligne cette lettre.

Ces documents, qui datent principalement de 2010, certains écrits par Ben Laden et certains en son nom, montrent aussi un chef d'Al-Qaïda déterminé à conserver les Etats-Unis comme ennemi principal.

"Les ennemis d'aujourd'hui de la Oumma (NDLR: la communauté des musulmans) sont comme un arbre malfaisant", écrivait-il, "et le tronc de cet arbre, c'est les Etats-Unis".

De même, ces documents montrent le temps important que passait Ben Laden à gérer les enlèvements d'étrangers opérés par certaines des filiales de son groupe, ainsi que l'attention toute particulière qu'il portait aux événements dans son pays natal, le Yémen, où une de ses nouvelles filiales, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA), se développait.

Ne pas agir trop vite

Dans une lettre à Nasir al-Wuhayshi, le fondateur d'AQPA, il recommandait ainsi de ne pas agir trop vite contre le pouvoir en place car les conditions n'étaient alors pas favorables à l'instauration d'un état islamique qui pourrait gouverner et résister aux attaques de l'extérieur.

"Le sang ne devrait pas être versé, sauf à ce que les éléments prouvent que les conditions sont en place pour instaurer un état islamique et maintenir celui-ci au pouvoir, ou seulement si atteindre de tels objectifs justifierait de verser un tel sang", écrivait-il.

"Car il pourrait y avoir une très forte réaction qui nous entraînerait dans une vraie guerre", avertissait-il.

Ces lettres révèlent aussi que Anwar al-Awlaki, un imam yéménite né aux Etats-Unis, était candidat pour être nommé à la tête d'AQPA, et Ben Laden demandait alors des renseignements complémentaires sur son compte. En même temps, il émettait quelques doutes, soulignant que "ici, nous faisons confiance aux gens après les avoir envoyés sur le front et les avoir testés".

Al-Awlaki, dont les écrits ont inspiré de nombreux candidats à la cause djihadiste terroriste, a été tué par un drone américain en septembre 2011.

Le leader djihadiste avait aussi le temps pour quelques conseils personnel pour ses combattants en Afrique du Nord, contraints "par un célibat infortuné" en raison du manque d'épouses disponibles.

"Dieu n'a pas honte de la vérité", écrit l'un de ses assistants, en le citant: "Nous n'avons aucune objection quant au fait de clarifier les choses et de dire aux frères qu'ils peuvent bien sûr, dans cette situation, se masturber, car il s'agit alors d'un cas extrême".

Commentaires

(0)
8Article précédentSyrie: plus de 40 djihadistes tués dans des frappes dans la province d'Alep
8Article suivantGaza: un terroriste du Hamas tué dans l'effondrement d'un tunnel