Quantcast i24NEWS - L'AP contrariée par le refus de communiquer de l'administration Trump

L'AP contrariée par le refus de communiquer de l'administration Trump

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas
AFP
L'AP se sent isolée ayant le sentiment que les Etats-Unis agissent comme si elle n'existait pas

La nouvelle administration américaine aurait ignoré, depuis l’entrée en fonction de Donald Trump, les appels de l’Autorité palestinienne désireuse d’ouvrir une ligne de communication avec cette dernière, selon un haut responsable de l’Autorité palestinienne et membre du Fatah.

D’après le responsable, l'AP serait inquiète par l’approche de Trump concernant le conflit israélo-palestinien, qui aurait complètement ignoré le président Abbas, tout en s’entretenant avec le Premier ministre israélien Netanyahou, fixant même une rencontre entre les deux hommes le 15 février.

Depuis que le président Trump est entré en fonction le 20 janvier, Israël a annoncé son intention de construire des milliers de nouvelles unités de logement à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Suite à la décision du gouvernement israélien, l'Autorité palestinienne a menacé de porter la question devant la Cour pénale internationale (CPI).

Les dirigeants palestiniens estiment que malgré la résolution 2334 de l'ONU, condamnant les implantations israéliennes en Cisjordanie, Israël continue l'expansion de ses implantations "illégales" qui constituent "un obstacle à la paix".

Selon des informations non confirmées par les médias, les responsables américains ont envoyé un message clair au président Abbas par le biais du consulat américain à Jérusalem stipulant que si l'AP poursuit sa menace d'aller à la CPI, les États- Unis prendront des mesures contre l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) en fermant notamment ses bureaux à Washington DC, en gelant l’aide financière à l’AP et en inscrivant l’OLP sur la liste des organisations terroristes.

Dans un entretien avec l'agence de presse turque Anadul, le négociateur palestinien, Saeb Ereakat, a déclaré que l'OLP reviendrait sur sa reconnaissance d'Israël et se joindrait à 16 organisations internationales pour faire face à l'expansion continue des implantations israéliennes.

ABBAS MOMANI (AFP)

Erakat a également souligné que l'Autorité palestinienne a cherché à discuter avec la nouvelle administration américaine de la question du transfert de l'ambassade US à Jérusalem, mais que ses appels sont restés sans réponse.

Un des conseillers principaux du président Abbas a déclaré que les États-Unis agissent comme si "nous (Palestiniens) n'existons pas" ajoutant que l’AP devait se poser les bonnes questions et de se "réorganiser".

Dix jours après l’investiture de Donale Trump, Benyamin Netanyahou a annoncé deux plans massifs de construction, de 2 500 logements, puis de 3 000 mardi.

Cependant, la Maison Blanche a estimé jeudi que la construction de nouveaux logements en Cisjordanie n'est pas susceptible d'"aider" à résoudre le conflit israélo-palestinien, tout en précisant n'avoir pas encore pris de position officielle sur le sujet.

Rompant avec la ligne traditionnellement suivie par les Etats-Unis, Donald Trump a promis, pendant la campagne, de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade américaine.

Commentaires

(1)

Excellente info qui nous met du baume au cœur Ils n'ont pas encore compris que la donne a changé, le nouveau monde arrive duquel ils sont exclus et ils doivent retourner dans le néant d'où ils ont été sortis artificiellement par l'URSS! Ils n'ont jamais rien représenter, sauf pur les Européens, avec la France en tête qui les maintiennent en survie grâce aux Pétrodollars qu'ils reçoivent avec les obligatoires actions à mener!

8Article précédentL'Iran teste de nouveaux missiles en plein regain de tension avec Washington
8Article suivantSyrie: nouvelle phase de l'offensive contre les djihadistes à Raqa