Quantcast i24NEWS - Israël: un Palestinien remis en détention administrative

Israël: un Palestinien remis en détention administrative

Un rassemblement à Ramallah pour Mohammed al-Qiq, journaliste en grève de la faim depuis 75 jours et en danger de mort toujours retenu par Israël, le 7 février 2016
ABBAS MOMANI (AFP)
Il avait observé une grève de la faim de 94 jours

L'armée israélienne a ordonné lundi l'incarcération sans inculpation ni procès pour six mois d'un journaliste palestinien qui avait été libéré en mai d'un précédent placement en détention administrative après une grève de la faim de plusieurs semaines.

Mohammed al-Qiq, 34 ans, a été arrêté le mois dernier en Cisjordanie alors qu'il rentrait d'une manifestation contre le refus israélien de restituer les corps de terroristes palestiniens abattus en commettant des attaques anti-israéliennes, selon son épouse Fayha Chalach.

L'armée a indiqué lundi qu'il avait été placé en détention administrative au motif qu'il "continuait d'être un agent du groupe terroriste Hamas", mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza et qu'Israël considère comme "terroriste".

Selon son épouse interrogée lundi, M. Qiq s'est lancé dans une nouvelle "grève de la faim illimitée" après cette nouvelle incarcération.

L'Autorité pénitentiaire israélienne a confirmé qu'il avait cessé de s'alimenter sans préciser quand avait commencé cette grève.

La détention administrative est un régime extra-judiciaire d'incarcération, sans inculpation ni procès et pour une période de six mois renouvelable indéfiniment, qu'Israël applique à des centaines de Palestiniens.

Un porte-parole militaire a déclaré lundi que l'armée avait pris cette mesure de "dernier recours" car elle n'a aucun autre moyen pour "neutraliser le danger" que représente Mohammed al-Qiq.

En mai, ce journaliste de la chaîne de télévision saoudienne Al-Majd avait été libéré après avoir livré aux autorités israéliennes un bras de fer qui l'avait laissé dans un état critique.

Il avait observé une grève de la faim de 94 jours selon ses proches, n'ingérant occasionnellement que des minéraux et des vitamines, pour protester contre sa détention administrative après une arrestation en novembre 2015 pour son implication présumée au sein du Hamas, accusation qu'il a réfuté.

A l'époque, la mobilisation autour de la personne de Mohammed Qiq avait mis dans l'embarras Israël, déjà confronté dans les mois précédents aux cas de deux détenus administratifs palestiniens usant de l'arme de la faim pour défendre leur cause.

Israël avait fini par accepter que sa période de détention administrative de six mois ne soit pas prolongée une fois arrivée à échéance.

Commentaires

(0)
8Article précédentLe groupe Etat islamique est "militairement sur la défensive" (rapport ONU)
8Article suivantSyrie: 13.000 personnes pendues en 5 ans dans une prison du régime