Quantcast i24NEWS - Les Iraniens feront "regretter le langage de la menace" (Rohani)

Les Iraniens feront "regretter le langage de la menace" (Rohani)

Le président iranien Hassan Rohani prononce un discours lors d'un rassemblement à Téhéran, sur la place de la Liberté, lors du 37e anniversaire de la révolution islamique, le 11 février 2016
ATTA KENARE (AFP/Archives)
"Quiconque utilise le langage de la menace, le peuple iranien le lui fera regretter"

Le peuple d'Iran "fera regretter le langage de la menace", a affirmé vendredi le président iranien Hassan Rohani lors du 38ème anniversaire de la révolution islamique sur fond de tensions avec le président américain Donald Trump.

"Il faut parler au peuple iranien avec respect. Quiconque utilise le langage de la menace, le peuple iranien le lui fera regretter", a déclaré Rohani qui participait à Téhéran à la célébration de cet anniversaire rassemblant des centaines de milliers de personnes, et plusieurs millions à travers tout le pays.

Atta KENARE (AFP)

Les manifestants portaient des pancartes "Mort à l'Amérique" et piétinaient aussi de grands drapeaux américains en brandissant des photos du président américain Donald Trump, du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, et de la Première ministre britannique Theresa May.

"Les Iraniens ne craignent pas les menaces", pouvait-on lire sur ces photos.

Ils brandissaient également des photos du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui avait appelé mardi les Iraniens à "répondre" aux menaces du président Trump en défilant vendredi pour célébrer la victoire de la révolution islamique, qui a renversé en 1979 le régime du Shah d'Iran, allié des Etats-Unis.

ATTA KENARE (AFP)

"La présence de la population est un message à Trump: s'il commet une erreur, le peuple le lui fera regretter", a déclaré le député réformateur Mostapha Kavakebian, présent au défilé de Téhéran.

Le chef de file des réformateurs, l'ex-président Mohammad Khatami (1997-2005), pourtant soumis à des restrictions par le pouvoir, avait aussi appelé les Iraniens à participer massivement aux défilés "pour neutraliser les complots".

ATTA KENARE (AFP)

"Face à n'importe quelle menace contre le régime, l'intégrité territoriale et les intérêts nationaux, nous n'hésiterons pas un instant à résister", a-il dit, appelant à la "réconciliation nationale".

Ghassem Soleimani, chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, était également présent dans la foule.

(Avec agences)

Commentaires

(1)

Au lieu d'apaiser les tensions, on ajoute de l'huile sur le feu, et pourtant le silence est l'or et la discrétion c'est du diamant

8Article précédentTrois soldats turcs tués "accidentellement" dans un raid russe en Syrie
8Article suivantEgypte: l'EI dit avoir exécuté cinq "éléments" de l'armée