Le Hamas arrête 550 partisans de l'Etat islamique à Gaza

Hamas security forces have been waging a harsh crackdown on Salafist groups operating in the Gaza Strip
Mahmud Hams (AFP/File)
Israël tient le Hamas responsable de toute agression émanant de son territoire

Le Hamas a arrêté 550 djihadistes et individus soupçonnés d'être en lien avec l’Etat islamique, dont certains sont responsables du récent tir de roquette sur Israël, affirme un rapport du quotidien Asharq Al-Awsat.

Selon le rapport publié jeudi, les dirigeants du Hamas, en coordination avec les autorités égyptiennes, ont intensifié ces derniers jours leurs efforts pour combattre les salafistes de l’Etat islamique basés à Gaza.

Certains des individus arrêtés ont été accusés par les tribunaux gazaouis d’être responsables des récents tirs de roquettes sur Israël et de chercher à faire "escalader le conflit" entre Jérusalem et le Hamas.

L'annonce de ces arrestations intervient alors que des coups de feu ont été tirés dans la matinée depuis la frontière nord de Gaza en direction de soldats israéliens, aucun blessé n'a été signalé. L'armée israélienne a riposté en effectuant des tirs d'artillererie sur deux positions du Hamas.

Par ailleurs, une roquette a été tirée mercredi soir depuis la bande de Gaza et a atterri sans incident dans une zone ouverte de la région d’Ashkelon dans le sud d'Israël.

Quelques jours plus tôt, l’armée israélienne a mené plusieurs raids aériens sur des cibles du Hamas dans la bande de Gaza en réponse à une roquette tirée dimanche soir.

Le Hamas a répondu aux raids, affirmant dans une déclaration que "la résistance aura son mot à dire au sujet de toute agression comme celle qui est survenue hier".

"Il semble que l'ennemi ne comprend que le langage de la force et que le silence est interprété comme étant un signe de faiblesse par l'ennemi", a-t-il ajouté.

Israël tient le Hamas responsable de toute agression émanant de son territoire.

Depuis le conflit dévastateur de l'été 2014, Israël et le Hamas observent un cessez-le-feu fragile.

Début février dernier, le groupe djihadiste Etat islamique avait revendiqué des tirs de roquettes sur le sud d'Israël depuis la péninsule du Sinaï égyptien, frontalier de la bande de Gaza, une première depuis 2015.

Commentaires

(0)
8Article précédentLe vice-président du Fatah favorable à une solution à un Etat
8Article suivantIsraël exporte du gaz vers la Jordanie (compagnie pétrolière)