Quantcast

Rohani ne "demandera la permission à personne" pour construire des missiles

Photo fournie par les services du président Hassan Rohani montrant le chef de l'Etat iranien lors d'une conférence de presse à Téhéran, le 28 janvier 2017
HO (IRANIAN PRESIDENCY/AFP)
Pour Rohani, une "force de dissuasion" est nécessaire face à la menace de la "tumeur cancéreuse Israël"

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré samedi que Téhéran "ne demandera la permission à personne" pour développer sa capacité de missiles, a rapporté l'agence de presse d'État iranienne PressTV.

"Le renforcement de la capacité des forces armées iraniennes a pour but de défendre le pays, et nous ne demanderons la permission à personne pour développer la capacité de nos forces armées, construire des missiles et des avions", a assuré le dirigeant lors d'une cérémonie militaire.

Rouhani, qui concourt à sa réelection, a également affirmé que "le renforcement des prouesses défensives des forces armées de l'Iran" était une façon de "trouver un équilibre régional et le maintien de la puissance défensive et dissuasive d'un pays clé comme l'Iran".

Il a par ailleurs fait valoir la nécessité d'une telle "force de dissuasion" face à la source d'insécurité du Moyen-Orient que représente la "tumeur cancéreuse Israël".

HO (IRANIAN PRESIDENCY/AFP/Archives)

"Même si notre région était entièrement sécurisée et que les grandes puissances n'étaient pas présentes ici, un pays doit tout de même posséder une force de persuasion, et la région exige un équilibre", a ajouté le président iranien.

Le prédécesseur de Rouhani, Mahmoud Ahmadinejad, également candidat aux prochaines élections présidentielles, a quant à lui, rejeté toute accusation de méfiance à l'égard des Etats-Unis.

"L'Iran est un pays puissant, et les gens comme M. Trump ou l'administration américaine ne peuvent pas nuire à l'Iran", a insisté Ahmadinejad dans une interview au site Associated Press.

BEHROUZ MEHRI, - (AFP/Archives)

Face à une l'élection présidentielle iranienne qui aura lieu en mai prochain, Rohani, qui espère obtenir un second mandat de quatre ans, doit faire face aux critiques de ses adversaires qui dénoncent l'accord sur le nucléaire l'an passé avec l'administration Obama qui prévoyait de freiner le programme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

Commentaires

(2)
alain pourcent

quand on veut être élu, la moindre des politesses, c'est d'être présentable. c'est quoi cette barbe ? ils n'y a pas de rasoirs en iran ou quoi ?

Danstern

quiconque prononce de telles paroles ne mérite pas de rester sur terre.

8Article précédentYémen: 25 morts dans des combats autour d'un camp militaire
8Article suivantGaza: L'unique centrale électrique à l'arrêt faute de carburant