Quantcast i24NEWS - Le président soudanais n'assistera pas au sommet avec Trump à Ryad

Le président soudanais n'assistera pas au sommet avec Trump à Ryad

Le président soudanais Omar el-Béchir lors d'une conférence de presse, le 2 mars 2017 à Khartoum
ASHRAF SHAZLY (AFP/Archives)
Trump est attendu à Ryad, où il prononcera dimanche un discours sur "une vision pacifique" de l'islam

Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international pour génocide, a décidé de ne pas se rendre au sommet des dirigeants arabes et musulmans à Ryad avec le président américain Donald Trump, a annoncé vendredi l'agence soudanaise Suna.

"Le président Omar el-Béchir s'est excusé auprès du roi Salmane d'Arabie de ne pas pouvoir assister au sommet de Ryad", a indiqué l'agence en citant un communiqué de la présidence. Il a décliné cette invitation pour des "raisons personnelles", a-t-elle précisé.

Le ministre des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour avait annoncé mercredi que M. Béchir se rendrait bien dans la capitale saoudienne, première étape de la première tournée à l'étranger du président américain depuis son entrée en fonction en janvier.

Mais les Etats-Unis ont affirmé le même jour leur opposition à sa présence. "Nous sommes opposés à l'invitation ou la facilitation du voyage de toute personne visée par des mandats d'arrêt de la Cour pénale internationale, y compris le président Béchir", avait indiqué leur ambassade dans un communiqué.

M. Trump est attendu samedi à Ryad, où il doit prononcer le lendemain un discours sur "une vision pacifique" de l'islam.

M. Béchir, au pouvoir depuis 1989 au Soudan, est sous le coup de deux mandats d'arrêt émis en 2009 et 2010 par la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis au Darfour.

Cette province de l'ouest du Soudan est en proie depuis près de quinze ans à un conflit qui a fait plus de 300.000 morts, selon l'ONU.

Le dirigeant soudanais nie fermement ces accusations.

Il se rend fréquemment en Arabie saoudite, d'autant que son pays est l'un des principaux membres de la coalition militaire arabe sous commandement saoudien impliquée dans la guerre au Yémen. Le royaume saoudien n'a pas signé le Statut de Rome, traité fondateur de la CPI.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(0)
8Article précédentCisjordanie: un tracteur incendié près de Naplouse, "vengeance" gravé sur un mur
8Article suivantCholéra au Yémen: près de 23.500 cas, 242 morts en trois semaines (OMS)