Quantcast

Les Etats-Unis et l'Arabie ont signé des accords de plus de 380 mds USD

Le président américain Donald Trump et le roi d'Arabie Saoudite Salmane ben Abdel Aziz, en compagnie de la Première dame Melania Trump, à l'aéroport de Ryad le 20 mai 2017
MANDEL NGAN (AFP)
Le secrétaire d'Etat américain a appelé Hassan Rohani à démanteler "le réseau de terrorisme" de son pays

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont signé samedi des accords d'une valeur de plus de 380 milliards de dollars, au premier jour de la visite du président Donald Trump à Ryad, a annoncé le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir.

"Les deux pays ont signé une série d'accords (...). La valeur des investissements dépasse les 380 milliards de dollars" (339 milliards d'euros), a déclaré M. Jubeir lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

L'agence officielle saoudienne SPA a fait état de 34 accords dans des domaines aussi divers que la défense, le pétrole et le transport aérien, sans cependant fournir de montant total.

Un responsable de la Maison Blanche a cité plus tôt des contrats de ventes d'armements d'une valeur de 110 milliards de dollars à l'Arabie saoudite.

Dans le domaine de l'énergie, Aramco, le géant pétrolier saoudien, a indiqué dans un communiqué avoir passé "des accords de 50 milliards de dollars" avec de grandes compagnies américaines.

FAYEZ NURELDINE (AFP)

Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a appelé le même jour le président iranien Hassan Rohani à démanteler "le réseau de terrorisme" de son pays et à mettre fin aux essais de missiles balistiques, dans une première réaction américaine à la réélection de M. Rohani.

"J'espère que Rohani (...) engagera un processus de démantèlement du financement du réseau de terrorisme d'Iran, des moyens, de la logistique et de tout ce qu'il apporte aux forces déstabilisatrices dans la région" du Moyen-Orient, a déclaré M. Tillerson.

L'Iran est accusé par les Etats-Unis et les monarchies arabes du Golfe de soutenir des groupes "terroristes" et d'entretenir la violence au Moyen-Orient.

Un premier déplacement à l'étranger

Le président américain Donald Trump a débuté en Arabie saoudite, où il doit prononcer un discours attendu sur l'islam, son premier déplacement à l'étranger, espérant un répit après une semaine de révélations accablantes à Washington.

MANDEL NGAN (AFP)

L'arrivée en grande pompe de M. Trump à Ryad a contrasté avec l'accueil plutôt glacial qu'avait reçu il y a un an l'ex-président Barack Obama, critiqué pour avoir amorcé un début de rapprochement avec l'Iran, grand rival de l'Arabie.

Air Force One a atterri peu avant 10H00 (07H00 GMT) dans la capitale saoudienne où M. Trump, accompagné de son épouse Melania, a été accueilli chaleureusement par le roi Salmane sur le tapis rouge.

Le roi Salmane a serré la main à M. Trump, ainsi qu'à son épouse Melania qui était habillée sobrement d'un pantalon ample à taille haute et d'une chemise à manches longues de couleur noire, avec une large ceinture dorée. Ses cheveux étaient au vent.

Le souverain saoudien de 81 ans, qui tenait une canne, a ensuite accompagné le couple présidentiel au salon d'honneur de l'aéroport où il a pris place entre M. Trump et son épouse.

Ryad était pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le roi et M. Trump avec un slogan "Ensemble, nous triomphons".

Après Ryad, M. Trump doit se rendre en Israël, en Cisjordanie, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l'Otan et du G7.

Commentaires

(0)
8Article précédentCisjordanie: une Palestinienne arrêtée avec un couteau en main près de Qalandiya
8Article suivantLe Qatar se dit victime d'une campagne l'accusant de soutien au "terrorisme"