Quantcast i24NEWS - Israël fustige les propos d'Erdogan sur Jérusalem, les qualifiant de "délirants"

Israël fustige les propos d'Erdogan sur Jérusalem, les qualifiant de "délirants"

Tens of thousands of Palestinians attend the first Friday prayers of the Muslim holy month of Ramadan outside the Dome of the Rock at Jerusalem's al-Aqsa mosque compound on June 2, 2017
Ahmad GHARABLI (AFP)
"Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, il s'agit d'une tentative pour prendre aux musulmans Al-Aqsa"

Le ministère des Affaires étrangères israélien a fustigé mardi les propos du président turc Recep Tayyip Erdogan sur Jérusalem, les qualifiant de "délirants, infondés et déformés".

"Les mots du président turc aujourd'hui à ses militants du parti sont délirants, sans fondement et déformés. Il est préférable pour lui de faire face aux problèmes de son pays", a déclaré le porte-parole du ministère.

"Les jours de l'Empire ottoman sont révolus. La capitale du peuple juif était et sera Jérusalem. Contrairement au passé, il s'agit d'une ville dont le gouvernement s'est engagé à assurer la sécurité, la liberté, la liberté de culte ainsi que le respect des droits de toutes les minorités", a-t-il ajouté.

Erdogan a exhorté plus tôt dans la journée tous les musulmans du monde entier à "visiter" et "protéger" Jérusalem, suite aux violences meurtrières liées à l'installation par Israël des détecteurs de métaux aux entrées du Mont du Temple, après le meurtre de deux policiers israéliens par trois terroristes arabes-israéliens, qui avaient dissimulé des armes sur le site sacré.

"Je voudrais lancer un appel à tous mes concitoyens et aux musulmans du monde entier: que tous ceux qui en ont les moyens (...) effectuent une visite à Jérusalem, à la mosquée Al-Aqsa", a déclaré M. Erdogan. "Venez protégeons tous ensemble Jérusalem", a-t-il ajouté.

Tobias SCHWARZ (AFP/Archives)

En réaction contre les détecteurs, des manifestations de protestation ont été lancées au cours desquelles des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes.

Face à cette flambée de violences et sur demande de la Jordanie, gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem, Israël a décidé tôt mardi de supprimer les détecteurs de métaux et de les remplacer par d'autres mesures de sécurité.

"Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, il s'agit d'une tentative pour prendre aux musulmans la Mosquée Al-Aqsa", a ajouté le président turc, qui s'adressait aux députés du parti au pouvoir (AKP, islamo-conservateur) pour sa réunion hebdomadaire au Parlement.

La "légitimité" de l'Etat d'Israël "n'a de sens qu'à l'aune de son respect non seulement de ses propres droits, mais aussi de ceux de la Palestine et des Palestiniens", a-t-il poursuivi.

Le président turc avait déjà "condamné" samedi dernier ce qu'il a qualifié de recours "excessif" à la force par Israël, au lendemain d'une journée de violences meurtrières liées à l'installation de détecteurs de métaux à l'entrée du Mont du Temple à Jérusalem.

(Avec agence)

Commentaires

(5)

Sûrement mais il amis très dangereux et écouter par de nombreux musulmans qui ne font pas la différence entre le phantasm de ces discours et la réalité d aujourd'hui. À surveiller de près ,sans jamais lui faire confiance.

On se croirait vivre dans la 4 eme dimension. Ce type est vraiment spécial.

Monsieur Erdogan, ferait mieux de balayer devant sa porte quand il condamne un "recours excessif à la force". Quel Culot!

Il joue un triple jeux

Et Israel joue aussi le jeu avec la Turquie Il y a la partie visible et la partie déroutée le rideau que nous dimple publique nous ne connaissons pas

8Article précédentDes milliers de Jordaniens scandent "mort à Israël" à des funérailles
8Article suivantJérusalem: les Palestiniens maintiennent le gel de la coopération avec Israël