Quantcast i24NEWS - Un boxeur palestinien forcé de renoncer à jouer contre un Israélien

Un boxeur palestinien forcé de renoncer à jouer contre un Israélien

Le patron du sport palestinien Jibril Rajoub en conférence de presse lors de l'ouverture d'un tournoi international de taekwondo à Bir Zeit, le 18 juillet 2016
ABBAS MOMANI (AFP)
Le boxeur a déclaré qu'il ne s'agissait pas de sa décision, mais de celle du Comité Olympique palestinien

Le Comité Olympique palestinien a forcé un boxeur palestinien, Sultan Abu Al-Haj, à renoncer à son match et abandonner ses chances de remporter une médaille de bronze pour ne pas affronter un boxeur druze israélien.

Sultan Abu Al-Haj a déclaré forfait face au boxeur israélien Amit Madah le 8 août dernier, aux Championnats du monde junior de Muay Thaï 2017 à Bangkok, en Thaïlande, dans la catégorie des moins de 54 kg. C'était la première fois que l'Autorité palestinienne (AP) envoyait un athlète participer à cette compétition.

Le boxeur palestinien a déclaré à la télévision qu'il ne s'agissait pas de sa décision, mais plutôt de celle de ses supérieurs, dont le Comité Olympique palestinien.

"Il est interdit d'affronter en compétition les Israéliens, car il nous est indigne de rivaliser avec eux et de les reconnaître comme (sic) l'Etat d'Israël", a déclaré le sportif.

"Le Comité Olympique palestinien a pris la décision, et en tant que compétiteur, je ne peux pas m'opposer à eux", a-t-il ajouté.

(Photo: Joel Saget/AFP/Getty Images)

Or cette décision du Comité Olympique palestinien vient s'inscrire en contradiction avec l'article 1.2 du Code d'éthique du Comité international olympique, qui prévoit "le respect du principe d’universalité et de neutralité politique du Mouvement Olympique".

Bien que les Championnats du monde junior de Muay Thaï ne soient pas un événement olympique, le Comité Olympique palestinien fait, lui, partie du "Mouvement Olympique" et a pris la décision de refuser toute rencontre avec la délégation israélienne.

L'ancien porte-parole de l'armée israélienne, Peter Lerner, a partagé cette décision sur son compte Twitter, en utilisant le hashtag #BadSports ("mauvais sports" en français).


Le Comité Olympique palestinien, tout comme la Fédération palestinienne de football, est dirigé par Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, proche et éventuel successeur de Mahmoud Abbas à la tête de l'AP.

Rajoub lui-même a mené le combat au nom de l'AP contre l'utilisation du sport comme moyen de consolidation de la paix, affirmant que toute activité de normalisation avec "l'ennemi sioniste" était un crime contre l'humanité.

A lire: Interview exclusive de Jibril Rajoub à i24NEWS: "Netanyahou n'est pas un partenaire pour la paix"

Commentaires

(3)

Ouvrez les yeux comment faire la paix avec ces gens là sachant qu'ils refusent une rencontre dans le sport et bafouent l'esprit olympique ils peuvent pleurer aux yeux du monde sur leurs malheurs mais ils portent la haine au plus profond d'eux-mêmes plus rien à dire

c'est plus de la peur que de la politique.

Ca ne rend pas moins Israel une nation. Mais le pire est que refuser de participer à des compétitions sportives démontre que l'autorité jordano-palestinienne n'est en revanche pas un état. À cela, je croyais que le comité olympique interdisait la politique mêlée au sport !

8Article précédent"L'Iran cherche à 'libaniser' la Syrie en y implantant une armée" (Netanyahou)
8Article suivantBras de fer américain à l'ONU sur le mandat des Casques bleus au Liban