Quantcast i24NEWS - Palestiniens et Israéliens ont eu des "leaders médiocres" (Bronstein à i24NEWS)

Palestiniens et Israéliens ont eu des "leaders médiocres" (Bronstein à i24NEWS)

Ofer Bronstein dans "Elie sans interdit"
i24NEWS
L'ancien conseiller d'Yitzhak Rabin a expliqué que "la paix est nécessaire, indispensable, inévitable"

Le président du Forum international pour la paix et ancien conseiller d'Yitzhak Rabin, Ofer Bronstein, a affirmé dans l'émission "Elie sans interdit" sur i24NEWS que si la paix n'est toujours pas instauré au Moyen-Orient, c'est parce que les Palestiniens et Israéliens ont jusqu'à présent eu des "leaders médiocres".

L'invité d'Elie Chouraqui a expliqué que "la paix est nécessaire, indispensable, inévitable" mais que celle-ci n'a toujours pas été atteinte en raison d'un problème de leadership malgré la présence de quelques personnalités "très positives pour leur peuple" comme Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, qui ont eu "le courage de faire ce que personne auparavant n'avait fait".

Selon Bronstein, "Abbas, comme Arafat avant lui" ont participé au fait qu'Israël ait été reconnu dans le monde arabe, racontant notamment comment la délégation israélienne qui comportait la moitié du gouvernement - dont le Premier ministre Yitzhak Rabin - a atterri à Rabah au Maroc, le lendemain de la signature de l'accord d'Oslo, pour rencontrer le roi du Maroc.

Il s'est souvenu également plus tard du drapeau israélien qui flottait à Tunis et dans le Golfe et a rappelé les deux accords de paix qui ont été conclus avec la Jordanie en 1994 et avec l'Egypte en 1979, insistant pour dire que la paix, "c'est possible".

Par ailleurs, il a rappelé qu'à l'époque, il n'y avait pas de frontière entre Israéliens et Palestiniens. Or depuis la Seconde Intifada, seuls les Palestiniens ayant un permis de travail peuvent rentrer en Israël, tandis que les Israéliens n'ont pas le droit de rentrer dans les Territoires. "Donc la rencontre entre les deux peuples se fait moins qu'à l'époque", a dit Bronstein.

i24NEWS

En outre, il a regretté d'avoir perdu une génération d'Israéliens et de Palestiniens qui ne se rencontrent plus, qui sont imbibés de "Fake news", de propagande et a dénoncé ceux qui "mettent de l'huile sur le feu".

Relations entre Israël et les Palestiniens

"D'un côté il y a des politiciens qui prennent en otage les populations palestiniennes et israéliennes, de l'autre côté, il y a une dynamique de rapprochement et de coopération. Il y a au quotidien des Israéliens et Palestiniens qui ne font pas la paix, mais qui la vivent", a expliqué Bronstein.

Toutefois, il a regretté qu'il n'y ait pas aujourd'hui d'homme d'Etat, "quelqu'un qui va de l'avant même si son opinion public s'y oppose", prenant en exemple Yitzhak Rabin avec qui il a travaillé.


Elie sans interdit | Avec Elie Chouraqui... by i24news-fr

Abordant la question du dialogue avec les Palestiniens de Gaza, il a souligné que la préoccupation majeure d'un Gazaouis n'est pas la guerre ou la paix avec les Israéliens mais des questions existentielles comme l'électricité, l'eau potable ou comment nourrir leurs enfants.

"La démocratie n'existe pas à Gaza parce que le Hamas, qui a pris le pouvoir, n'offre rien à son peuple, si ce n'est la misère", a-t-il reconnu avant d'ajouter que "la majorité des Israéliens et Palestiniens veulent la paix et croient en la solution à deux Etats" étant lui-même convaincu que la paix va dans le cours de l'histoire et que rien ne pourra l'en empêcher.

"Je n'ai aucun doute que quel que soit le prochain leader palestinien, il sera obligé d'aller dans ce sens. On peut ralentir le cours de l'histoire, on peut mettre des pieds à l'histoire, on peut bloquer l'histoire ou mettre des obstacles face à un avenir que les Israéliens et Palestiniens méritent mais on ne pourra pas arrêter l'histoire", a-t-il affirmé.

Et d'ajouter: "Netanyahou est pris en otage par ses extrémistes, pareil du côté palestinien. Ils n'ont pas le courage de dire qu'ils se moquent de ce qu'on dira d'eux et d'aller de l'avant", rappelant les paroles de Rabin: "d'une main je continuerai à faire la paix, de l'autre je combattrai le terrorisme" alors qu'aujourd'hui, "nous avons des leaders qui nous imbibent de peur et de haine".

"Nos ennemis sont la pauvreté et l'ignorance"

Ofer Bronstein s'est ensuite confronté à Laly Derai, conseillère municipale de la localité d'Eli en Judée Samarie, avec qui il a débattu de la présence israélienne en Cisjordanie, l'un soulignant que "l'aventure sioniste n'est pas une aventure immobilière" et l'autre que "le retour d'Israël sur sa terre en 1948 - puis la guerre des Six jours - a une dimension métaphysique".


Elie sans interdit | Avec Elie Chouraqui... by i24news-fr

"Ce conflit ne doit pas être religieux, il ne l'a pas été à la base. Il n'a été religieux que ces dernières années, et c'est là où est tout son danger", a-t-il répondu en instant sur le fait que la religion et le politique devaient rester séparées.

"La religion c'est chez moi. La religion c'est chez toi. La religion c'est quelque chose de privé. Je la respecte énormément mais la religion ne peut pas et ne doit pas être politique", a-t-il martelé.

"Nos ennemis sont la pauvreté et l'ignorance. Les fondamentalistes, les extrémistes, de part et d'autre se nourrissent de pauvreté, se nourrissent d'ignorance (…) Pour moi une partie du gouvernement israélien actuel sont des fondamentalistes qui sont prêts à faire plus pour la Torah que pour la loi d'Israël puisqu'ils ne veulent pas la reconnaître", a-t-il affirmé, indiquant par ailleurs qu'Abbas lutte de son côté "avec les moyens qu'il a" contre le fondamentalisme, ne dialogue plus avec le Hamas depuis dix ans et a " toujours condamné les actes terroristes".

Finalement, Bronstein a conclu le débat en déclarant que la réconciliation est basée sur quatre piliers: l'humilité, la générosité, la solidarité et la demande de pardon : "des grands leaders palestiniens et israéliens doivent se demander pardon".

Commentaires

(10)

Àvec un kollabo comme Bronstein les Israéliens n'ont pas besoin d'ennemis

Ce monsieur qui n'habite pas Israel se permet de donner beaucoup d'opinions.

Si ce monsieur entend par "leader médiocre" un leader qui défend les intérêts de son pays et de son peuple sans céder aux pressions arabo-occidentales qui conseillent un marché de dupes : ("paix" contre territoire), alors nous voulons ce genre de leader.

prenez tout ce que dit cet homme, inversez le et vous aurez la vérité et ce qu'il faudra faire pour arriver à la paix

Que I24news annonce comme dans tant d autres nouvelles Que Mr OFER Bronstein a pu avoir la nationalité palestinienne avec une carte d identité valide par Abas et ceci n est pas un mensonge. Apres ça on peut comprendre de quelle tendance Mr OFER Il est. Ce français juif qui a fait son alya est plus souvent en France qu en Israel. Alors ça soit disante paix qu Il l a fasse avec ses amis gauchistes

un doux rêveur interrogé par un admirateur de Leïla Shahid (Elie Chouraqui)........c'est vraiment comique

où irez vous avec les territoires et qu'à chaque retentissement de la sirène chacun se terre dans son caves? faire la paix se faire des concessions mutuelles on tout critiquer en bien comme en mal mais froidement liseré attentivement ce message vous en trouverez quelques phrases qui cachent la vérité. Les palestiniens dans leur propre pays au côté d'Israël prospère creara une émulation. je demande aux israéliens de ne pas tout rejeter et aux palestiniens de ne pas considérer l'issue lien comme voleur des terres et vous ferez la pas de braves

M. Bronstein dit certaines choses qui révèlent du bon sens. Les préjugés créent un barrière etc est bien dommage puisque de toute façon ils sont installés. Néanmoins, il y a aucun arrangement avec les nécessités de sécurité à mon avis. Je regrette qu'Abbas ne souhaite pas discuter avec M. Netanyahou alors que ce dernier lui a proposé. Abbas met toujours des conditions prealables pourtant Parler est gratuit et ne peut créer qu'un contact positif. Mais je répète que la sécurité ne supporte aucun laisser-aller et tant que la mort sera au rendez-vous des largesses d Israël celui-ci sera toujours dans l obligation de mettre des barrages et autres au risque de déplaire à Abbas. Je pense que la paix pour aujourd'hui est difficile peut-être pour plus tard. Elle peut être amorcée sérieusement si Toutes les parties y compris Le Hamas change sa vision haineuse des Juifs. Si les ponts ( économiques sociaux amicaux sont créés et si les enfants sont éduqués. "6 millions " voire plus c est suffisant trop trop. On ne va pas recommencer à se faire tuer comme des animaux à l abattoir !!

Beaucoup de difficultes pour voir l emission même en rediffusion. L image s interromp et mon portage vit sa propre vie ?? ! Riire.

Les va t'en guerre sont consternants. Aussi extrémistes d'un côté que De l'autre.

8Article précédentL'Autorité palestinienne annonce être prête à "assumer ses responsabilités" à Gaza
8Article suivantL'AIEA rejette les accusations israéliennes sur sa "faiblesse" face à l'Iran