Quantcast i24NEWS - Kurdistan irakien: le partenariat avec Bagdad a "échoué" (président kurde)

Kurdistan irakien: le partenariat avec Bagdad a "échoué" (président kurde)

Le président du Kurdistan irakien Massoud Barzani, lors d'un rassemblement en faveur du référendum d'indépendance, le 22 septembre 2017 à Erbil
SAFIN HAMED (AFP)
"Nous sommes arrivés à la conviction que l'indépendance permettra de ne pas répéter les tragédies du passé"

Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a affirmé dimanche, à la veille d'un référendum d'indépendance dans cette région autonome, que le partenariat avec Bagdad avait "échoué", appelant les habitants à se rendre aux urnes.

"Le partenariat a échoué avec Bagdad et nous ne le reprendrons pas. Nous sommes arrivés à la conviction que l'indépendance permettra de ne pas répéter les tragédies du passé", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Erbil.

"Le référendum est la première étape pour que le Kurdistan exprime son opinion, Ensuite, un long processus commencera", a-t-il ajouté. "Il aura lieu dans toutes les régions du Kurdistan, et aucun responsable ne peut arrêter ce processus", a-t-il prévenu.

Alors que la riche province pétrolière de Kirkouk ainsi que des zones des provinces de Ninive et Dyala sont disputées, M. Barzani a assuré que l'enjeu du scrutin n'était "pas de définir les frontières ou d'imposer un fait accompli".

"Nous voulons un dialogue avec Bagdad pour résoudre les problèmes et le dialogue peut durer un an ou deux", a-t-il jugé. "Je demande à tous les Kurdes de voter en paix demain" (lundi), a encore dit le président kurde, initiateur du scrutin.

Malgré la stricte opposition des autorités de Bagdad, les pressions internationales et les menaces de rétorsion, Massoud Barzani a maintenu la tenue de ce référendum. Il avait toutefois déjà souligné qu'une victoire du "oui" n'entraînerait pas immédiatement l'annonce de l'indépendance mais plutôt le début de "discussions sérieuses avec Bagdad".

IRAQI PRIME MINISTER'S PRESS OFFICE/AFP

De son côté, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a affirmé qu'il prendrait "les mesures nécessaires" pour préserver l'unité du pays.

"Prendre une décision unilatérale affectant l'unité de l'Irak et sa sécurité ainsi que la sécurité de la région avec un référendum de séparation est contre la Constitution et la paix civile", a-t-il déclaré lors d'un "discours à la Nation" retransmis sur les télévisions. 

"Nous allons prendre les mesures nécessaires pour préserver l'unité du pays", a ajouté le Premier ministre sans donner davantage de détails.

Promettant de ne "pas abandonner les citoyens kurdes", M. Abadi a souligné que son gouvernement avait rejeté "l'Etat confessionnel", en faisant référence aux tentatives du groupe djihadiste Etat islamique (EI) d'établir un califat en Irak.

"Nous rejetons l'Etat raciste", a-t-il ajouté dans une allusion aux tentatives de séparation du Kurdistan.

"L'Irak restera pour tous les Irakiens. Nous ne permettrons pas que l'Irak devienne la possession de l'un ou de l'autre, et nous ne permettrons pas à quiconque de jouer avec l'Irak sans en payer les conséquences", a-t-il poursuivi.

Plus tôt dans la journée, l'Iran a annoncé avoir interdit jusqu'à nouvel ordre tous les vols aériens avec le Kurdistan irakien à la demande du gouvernement de Bagdad.

"A la demande du gouvernement central irakien, tous les vols iraniens vers les aéroports d'Erbil et de Souleymanieh ainsi que tous les vols au départ du Kurdistan irakien transitant par l'Iran ont été interrompus", a déclaré Keyvan Kosravi, porte-parole du Conseil suprême de la sécurité nationale, cité par l'agence officielle iranienne Irna.

La télévision d’État iranienne a également annoncé que des manœuvres militaires avaient commencé dans la région d'Oshnaviyeh (nord-ouest), près de la frontière avec la province autonome kurde d'Irak. Les exercices militaires sont fréquents dans cette zone.

Commentaires

(4)

Vive le Kurdistan libre!

Le peuple kurde surtout celui du Kurdistan du Sud, veut sortir de la cage irakienne fabriquée par les Britanniques en 1920, il n'est pas obligé de vivre avec le peuple arabe (avec tout mon respect pour les peuples arabes, mais je détestent leurs régimes politiques) dans une seule maison, chacun sa maison, chacun son pays, les deux ont leurs propres territoires! S'échapper de la cage (une coexistence forcée) et s'envoler pour rejoindre son milieu naturel et historique afin de construire librement un Nid, un pays mérité, un État mérité, pour les générations à venir aussi. Personnellement je suis pour la sortie du peuple kurde de l'Islam aussi, soit retourner à leur religion pré-islamique (le zoroastrisme et le mithraïsme) soit adopter une nouvelle religion ouverte et réformable qui promeut la paix, la tolérance, l'amour, l'amitié et la fraternité, une religion qui organise surtout les relations entre l'homme et le "dieu" et très rarement celles entre les humains. Vive le Kurdistan libre, et vive Israël le puissant !

Le kurdistan a toute ça place dans ce monde bien qu'avec ses voisins c'est a se demandé s'il y'a encore de la place pour des gens bien dans ce monde alors viré de ce monde tous ces pays voyons mécontents et faites place au kurdistan !!! Vive la liberté !

on est tous avec le Kurdistan un vrai pays pour un VRAI peuple!

8Article précédentSyrie: 45 rebelles tués par des frappes russes dans le nord-ouest (OSDH)
8Article suivantLes Kurdes d’Irak votent pour un référendum historique d’indépendance