Quantcast i24NEWS - Israël/Syrie: l'armée continuera à agir "pour protéger notre sécurité" (Netanyahou)

Israël/Syrie: l'armée continuera à agir "pour protéger notre sécurité" (Netanyahou)

Benyamin Nétanyahou à Jérusalem, le 13 août.
DAN BALILTY / AFP
La Syrie affirme qu'un des avions israéliens a été endommagé par ses tirs

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a déclaré lundi que l'armée de l'air israélienne continuera "d'agir autant que nécessaire pour assurer la sécurité" du pays, suite à une frappe aérienne israélienne contre une batterie de missiles antiaériens à l'est de Damas, en riposte à un tir de missile syrien.

"Notre politique est claire. Nous causerons du tort à quiconque tentera de nous nuire", a fait savoir Netanyahou ajoutant que "la force aérienne a agi de manière précise, rapide et a détruit ce qui devait être détruit" faisant référence à la batterie de missiles antiaériens syriens détruite par Israël.

Les déclarations de Netanyahou interviennent quelques heures après que la Syrie a mis en garde Israël contre les graves conséquences des ses "tentatives d'agression répétées", a indiqué dans un communiqué le commandement militaire de l'armée syrienne, soulignant également que l’armée syrienne aurait réussi à endommager un avion israélien.

"Les avions de l'armée de l'air israélienne ont pénétré dans notre espace aérien à la frontière libanaise dans la région de Baalbek à 8h51. Le système de défense aérien a repéré les avions et a tiré. L'un des avions a été directement touché", a déclaré l’armée syrienne.

Des affirmations réfutées par le porte-parole de l’armée israélienne qui a indiqué que tous les avions sont rentrés intacts.

C'est la première fois que les appareils israéliens sont visés dans l'espace aérien libanais, a indiqué un officier supérieur de l'armée de l'air israélienne à i24NEWS.

Les avions visés étaient des appareils de reconnaissance et de surveillance non opérationnels qui se trouvaient près de la frontière syrienne, a précisé la même source, confirmant la riposte israélienne contre la batterie de missiles, située à 50 km à l'est de Damas.

Le responsable militaire a ajouté que l'armée israélienne tenait le régime syrien pour responsable et continuera d'agir pour protéger ses intérêts sécuritaires.

"Il est dans l'intérêt de l'armée de ne pas poursuivre l'escalade", a-t-il précisé.

JACK GUEZ (AFP/File)

Il a par ailleurs indiqué que Moscou avait été averti en temps réel de la frappe israélienne et que le ministre russe de la Défense Serguei Choïgou, en visite en Israël ce lundi, serait informé des détails.

Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël suit avec la plus grande attention l'évolution de la situation chez son voisin, veillant à ne pas être aspiré dans le conflit tout en frappant ponctuellement des positions du régime syrien ou des convois d'armes à destination de l'organisation terroriste libanaise Hezbollah soutenue par l'Iran.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre depuis des dizaines d'années. Les relations sont d'autant plus tendues que le régime syrien est soutenu par le Hezbollah mais aussi l'Iran, l'autre bête noire d'Israël.

JALAA MAREY (AFP/Archives)

Le plus sérieux accrochage date de la nuit du 16 au 17 mars 2017 quand l'aviation israélienne avait ciblé en Syrie un convoi d'armes destiné au Hezbollah. L'armée syrienne avait riposté avec des moyens anti-aériens et Israël avait intercepté un missiles tiré en direction de son territoire.

L'armée syrienne avait affirmé avoir abattu un avion israélien et en avoir atteint un deuxième, ce qu'Israël avait démenti.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman avait alors prévenu que, "la prochaine fois que les Syriens utilisent leurs systèmes de défense aérienne contre nos avions, nous les détruirons sans la moindre hésitation".

Matthias Inbar, spécialiste des questions militaires, a contribué à cet article.

(avec agence)

Commentaires

(1)

Bravo Bibi !!

8Article précédentUn haut responsable à Gaza pour préparer la reprise en main des frontières
8Article suivantKirkouk: les Etats-Unis ne prennent pas parti (Trump)