Quantcast i24NEWS - Kirkouk: les Etats-Unis ne prennent pas parti (Trump)

Kirkouk: les Etats-Unis ne prennent pas parti (Trump)

Les forces irakiennes avancent vers le centre de la ville de Kirkouk, le 16 octobre 2017
AHMAD AL-RUBAYE (AFP)
Le pompage des deux principaux champs pétroliers de Kirkouk a cessé

Donald Trump a affirmé lundi que les Etats-Unis ne prenaient pas parti dans la crise qui oppose les Kurdes au gouvernement de Bagdad pour le contrôle de la province irakienne de Kirkouk.

"Nous ne prenons pas parti, mais nous n'aimons pas le fait qu'ils s'affrontent", a dit le président américain lors d'une conférence de presse improvisée dans les jardins de la Maison Blanche.

Le contre-terrorisme et la police irakienne ont pris lundi le contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk, désert, où seul le drapeau irakien est désormais hissé, a indiqué le général Raëd Jawdat, qui dirige la police fédérale.

Le gouverneur Najm Eddine Karim, limogé par Bagdad il y a un mois pour avoir décidé d'organiser le référendum d'indépendance kurde dans cette province disputée, n'était pas présent lors de l'entrée des forces, a indiqué une source au sein de gouvernorat.

AHMAD AL-RUBAYE (AFP)

Par ailleurs, le pompage dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk, province où les troupes gouvernementales irakiennes ont lancé une opération aux dépens des Kurdes, a cessé lundi après-midi, a affirmé un haut responsable du ministère du Pétrole.

"Les techniciens kurdes ont arrêté les opérations de pompage des puits de Bay Hassan et Havana et ont quitté les puits avant l'arrivée des forces irakiennes", a affirmé ce responsable.

Cette annonce survient après que les forces gouvernementales ont pris la principale base militaire de la province pétrolière de Kirkouk, région disputée du nord de l'Irak d'où elles avaient été chassées il y a trois ans au profit des combattants kurdes (peshmergas).

"Les unités antiterroristes (CTS) ont accompli leur déploiement dans la base militaire K1", au nord-ouest de la ville de Kirkouk, a affirmé le Commandement conjoint des opérations (JOC).

Il s'agit d'une base établie en 2003 par l'armée américaine, qui était le siège de la 12e division de l'armée irakienne.

A cela s'ajoute selon le JOC, "une infrastructure gazière de la Northern gas company, un poste de police, une centrale électrique de Kirkouk et la raffinerie qui la jouxte". D'après le JOC, les forces irakiennes "poursuivent leur progression".

Les peshmergas ont de leurs côtés indiqué dans un communiqué avoir été attaqués par les forces irakiennes et des forces soutenues par l'Iran aux alentours de 23h30 dimanche.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël/Syrie: l'armée continuera à agir "pour protéger notre sécurité" (Netanyahou)
8Article suivantLes deux grands partis kurdes d'Irak en guerre ouverte