Quantcast i24NEWS - Israël coparraine une résolution de l'ONU avec l'Arabie Saoudite pour la 1ère fois

Israël coparraine une résolution de l'ONU avec l'Arabie Saoudite pour la 1ère fois

Ambassadeur israélien à l'ONU Danny Danon tenant une photo de Yoela Chen, une israélienne victime d'un attentat terroriste supervisé par le terroriste Marwan Barghouti
UN Photo / Rick Bajornas
La résolution, adoptée par 108 pays, a condamné la Syrie pour diverses violations des droits de l'homme

Pour la première fois de son histoire, la délégation israélienne aux Nations Unies a coparrainé mardi au Conseil des droits de l'homme une résolution avec l'Arabie saoudite, a rapporté mercredi le quotidien israélien Yedioth Ahronoth.

La résolution, adoptée par 108 pays, a condamné le gouvernement syrien pour diverses violations des droits de l'homme, y compris le massacre de civils lors du sanglant conflit qui a éclaté en 2011.

"Le régime d'Assad, avec le plein soutien de l'Iran, a massacré son peuple sans pitié et avec une cruauté incompréhensible pendant des années", a noté Dany Danon l'ambassadeur israélien à l'ONU.

"Israël, qui pendant des années fournit une aide humanitaire aux civils syriens blessés par ces atrocités, se tient aux côtés de la communauté internationale contre ce régime meurtrier," a-t-il ajouté. 

De son côté, l'ambassadeur saoudien a condamné "la grave détérioration de la situation des droits de l'homme en Syrie, notamment les meurtres aveugles et les attaques intentionnelles contre les civils qui ont fait plus de 400.000 morts, dont 17.000 enfants".

"Encore une fois, ce comité s'est réuni pour discuter d'un projet de résolution arbitraire proposé par les Etats-Unis, l'Angleterre, la France, Israël, l'Arabie Saoudite et le Qatar, qui soutiennent le terrorisme, incitent à la sédition, détruisent les pays et occupent la terre", a déclaré de son côté l'ambassadeur syrien à l'ONU, Bashar al-Jaafari, cité par l'Agence de presse arabe syrienne.

Dimanche dernier, Israël a également approuvé un rapport du groupe d'enquête de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), connu sous le nom de Mécanisme d'enquête conjoint (JIM), qui a déclaré le gouvernement syrien responsable d'une attaque chimique contre des civils.

En septembre, l’ONU avait également indiqué pour la première fois que le gouvernement syrien était responsable de l'attaque meurtrière au gaz sarin sur la localité de Khan Cheikhoun le 4 avril en Syrie, accusant Damas de "crime de guerre".

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(6)

Allulia ! (Le mot coopération me plaît bien sourire.)

Alléluia ! (Trop rapide désolée.)

'l'ambassadeur saoudien a condamné "la grave détérioration de la situation des droits de l'homme en Syrie[...]"'. Enfin la je ris jaune, tant il est vrai que la situation des Droits de l'Homme en Arabie Saoudite ne peut pas se détériorer, faute d'exister. Quand aux massacres civils, suivez mon regard, au Yemen. Enfin au moins une resolution contre de la Syrie, moi qui croyait que seule Israel pouvait en faire l'object.

Chut ! La situation de l'AS est en voie d'ouverture et donc d'amélioration des Droits de l'Homme et de la femme par la même occasion. Pour l'instant, Israël est ami-ami avec l'AS tant mieux. Dans cette axe, les choses ne peuvent que s'améliorer en AS à mon humble avis.

"Dans une interview accordée au Guardian, Mohammed ben Salmane, le prince héritier du trône d'Arabie Saoudite, s'est engagé à ramener son pays à un « islam modéré », et a demandé « l'aide des autres pays du monde pour transformer le royaume conservateur en une société ouverte qui donne plus de pouvoir aux citoyens et qui attire les investisseurs »." AGORA MEDIA

On en rit tous de cette coopération. L'A.S. fait copain-copain mais ne fera jamais ami-ami. Pas grave. El Al pourra survole l'A.S.... mais aussi les F35 le moment venu. La Lybie a bien été élue à la Présidence des Droits de l'Homme à l'ONU !!

8Article précédentLe président libanais affirme que Hariri est "détenu" en Arabie saoudite
8Article suivantL'ouverture du point de passage de Rafah entre l'Egypte et Gaza au point mort