Quantcast i24NEWS - Jérusalem: des partisans du groupe terroriste Hezbollah protestent à Beyrouth

Jérusalem: des partisans du groupe terroriste Hezbollah protestent à Beyrouth

Photo de manifestants rassemblés à l'appel du mouvement chiite libanais Hezbollah, à la suite de la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, le 11 décembre 2017 dans la banlieue sud de Beyrouth
Joseph EID (AFP)
"Mort aux Etats-Unis", "mort à Israël" a scandé la foule

Plusieurs milliers de partisans du groupe terroriste libanais Hezbollah ont manifesté lundi, aux cris de "mort à l'Amérique", contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Les protestataires ont défilé dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du puissant parti pro-iranien, sous le slogan "Jérusalem, capitale éternelle de la Palestine".

"Jérusalem est à nous", pouvait-on lire sur de nombreuses pancartes brandies par les manifestants, qui portaient également des drapeaux palestiniens et du Hezbollah et scandaient "Mort aux Etats-Unis", "mort à Israël".

"La capitale de la Palestine est Jérusalem et le restera jusqu'au Jugement dernier", a affirmé à l'AFP Imane Ghadboun, 28 ans, venue avec sa fillette de sept ans, Batoul.


"Nous sommes là pour refuser ensemble cette décision", a assuré Hassan Moussa, 28 ans. "Si le monde la rejette unanimement, Trump changera d'opinion, non?", a ajouté ce jeune homme portant le keffieh palestinien.

Le Hezbollah, mouvement terroriste armé soutenu par l'Iran, est l'ennemi juré d'Israël.

Le rassemblement qui s'est tenu à son appel lundi n'a pas connu de débordements, contrairement à la manifestation de la veille près de l'ambassade américaine, au nord de Beyrouth. 

"Nous n'abandonnerons jamais Jérusalem", a toutefois prévenu le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un discours retransmis sur grand écran à la fin de la manifestation.

"Tous les peuples arabes doivent répéter avec le peuple palestinien 'Nous serons des millions de martyrs à nous sacrifier pour Jérusalem'", a-t-il ajouté.

ANWAR AMRO (AFP)

“Les Etats-Unis sont les créateurs d’Israël, du terrorisme, de l’exil, de la sédition, de Daech et des organisations takfiristes (djihadistes)”, a-t-il ajouté, appelant “les dirigeants palestiniens à arrêter les négociations de paix”.

Qualifiant la mesure de Donald Trump d'"agression", il a exhorté à faire en sorte que cette "stupide décision américaine soit le début de la fin" d'Israël.

"Nous, au Hezbollah, nous assumerons entièrement notre responsabilité", a prévenu Hassan Nasrallah.

En 2006, Israël a mené une guerre dévastatrice contre le Hezbollah au Liban, qui a tué plus de 1.200 Libanais et 120 Israéliens.

Commentaires

(8)

Avec le massacre des musulmans de Birmanie tous le monde s’en fout à part Omar sy et là pour une ambassade qui sera construit avec la meilleure volonté pas avant 5 voir 10 ans et là le monde entier s’emballe J’ai hérité de mon père la fierté d’être juif et l’injustice . J’ai donc de quoi faire

Arrêtez de relayer les dépêches de l'afp

Nous voilà au cœur du sujet: voilà ou mène l'obscurantisme et le manque d'éducation des populations arabes, persuadées qu'elles ont raison et que Jérusalem est arabe. Voilà pourquoi Trump à mille fois raison de mettre un pied dans la mare.

Ça sent mauvais pour israel

Dans les médersas on enseigne que la terre est plate, alors Jérusalem musulmane c'est du même ordre

ils ne sont pas très nombreux à manifester car la plupart des terroristes du ezbola est occupée à tuer des musulmans en syrie.

J’adore nasrallah quand il dit haut et fort (lui bien sûr planqué dans les sous sols) qu’ils vont êtres des millions de martyrs à mourir pour la Palestine et Jérusalem je ne suis pas un grand religieux mais là je vais prier D ... pour qu’il puisse réaliser son vœux

On devrait redéfinir le mot "terroriste "car je je ne pense vraiment pas que tous ces gens sont des terroriste....

8Article précédentPoutine pour une reprise directe des négociations israélo-palestiniennes
8Article suivantJérusalem: Poutine et Erdogan mettent en garde contre un regain de tension