Quantcast i24NEWS - Une des siamoises palestiniennes en état de mort clinique après une opération

Une des siamoises palestiniennes en état de mort clinique après une opération

Les siamoises palestiniennes Farah et Haneen à l'hôpital Al-Chifa de Gaza le 22 octobre 2017, au lendemain de leur naissance
AFP/ARCHIVES - MAHMUD HAMS
"Haneen est dans un état stable et sur le point de récupérer cinq jours après avoir été séparée" de sa soeur

Cinq jours après une opération chirurgicale ayant séparé deux soeurs siamoises palestiniennes à Ryad, l'une est en état de "mort clinique" alors que l'autre se remet de l'opération, a annoncé samedi le ministère saoudien de l'Information.

"Haneen est dans un état stable et sur le point de récupérer cinq jours après avoir été séparée" de sa soeur, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Sa soeur Farah est, elle, "en état de mort clinique", a-t-il ajouté.

"Haneen respire normalement et a été alimentée par intraveineuse", a déclaré le docteur Abdallah ben Abdelaziz al-Rabiah, qui dirigeait l'équipe ayant mené l'intervention.

L'opération sur les deux bébés, nés en octobre dans la bande de Gaza, a eu lieu lundi et comprenait la séparation de plusieurs organes, dont le foie.

Après leur naissance, le docteur Allam Abou Hamda de l'hôpital Al-Chifa à Gaza avait expliqué que les fillettes étaient attachées par le ventre et le bassin. Elles avaient des poumons et des coeurs séparés mais partageaient notamment une jambe.

Il avait plaidé avec la famille pour une opération à l'étranger, alors que des siamoises nées en novembre 2016 à Gaza n'avaient pas survécu.

Ravagée par plusieurs guerres et rongée par la pauvreté, la bande de Gaza qui est contrôlée par le mouvement islamiste Hamas est coupée du monde par les blocus israélien et égyptien.

Commentaires

(2)

i24news finit l’article par "Ravagée par plusieurs guerres et rongée par la pauvreté, la bande de Gaza qui est contrôlée par le mouvement islamiste Hamas est coupée du monde par les blocus israélien et égyptien." A quoi veut il en venir par ces mots très ambigus exactement ? A ce qu’on plaigne les pauvres victimes gazouies du persécuteur israélien ? Ce n’est pas la première fois que je me demande pour qui est-ce que le cœur de i24news bat le plus fort. D’ailleurs je m’attends à ce que mon présent commentaire soit censuré.

Les voies du modérateur sont impénétrables.....

8Article précédentGaza: un pêcheur palestinien tué par l'armée égyptienne (responsables)
8Article suivantNetanyahou appelle Macron à "prendre au sérieux" les propos de Trump sur l'accord iranien