Israël

Véhicules de l'armée israéliennes le long d'une barrière de sécurité à la frontière entre Gaza et Israël, à l'est de Khan Yunis (sud), lors d'une manifestation par des jeunes palestiniens le 23 Novembre 2012
Comme les années précédentes, Yom Kippour a été entouré d'un dispositif de sécurité renforcé

L'armée israélienne a démenti mercredi une information palestinienne selon laquelle "des soldats israéliens ont tué un gaçon de 10 ans à Gaza", déclarant que l'enfant a été tué par un tir lors d'une célébration palestinienne à proximité.

L'information palestinienne a été révélée alors qu'Israël s'est mis totalement à l'arrêt pour Yom Kippour, la fête la plus solennelle du calendrier juif, tandis que les Territoires palestiniens étaient bouclés par les forces israéliennes pour prévenir tout attentat.

Des heurts ont pourtant éclaté dans la nuit lors d'une descente de la police israélienne dans le quartier de Silwan, à Jérusalem-Est, où vivait le terroriste palestinien, auteur de l'attentat de dimanche. Durant les affrontements un Palestinien de 20 ans, Ali Shiouki, est décédé, ont indiqué des responsables palestiniens.

Selon une porte-parole de la police des "Palestiniens masqués ont lancé des pierres et des bouteilles incendiaires en s'approchant des garde-frontières en opération à Silwan, dont la vie s'est trouvée réellement en danger. Les gardes-frontières ont alors tiré et atteint des émeutiers qui se sont enfuis en évacuant avec eux les blessés".

"Par la suite nous avons reçu des informations selon lesquelles un des émeutiers apparemment blessé par balles était décédé et avait été enterré", a ajouté la porte-parole sans donner d'autres détails.

Des affrontements ont également opposé dans la nuit Palestiniens et forces israéliennes dans la localité d'al-Ram, proche banlieue de Jérusalem, selon des sources palestiniennes.

Un attentat qui a coûté la vie dimanche à deux Israéliens avant que son auteur ne soit abattu à Jérusalem faisait redouter un nouvel accès de violences lors de Yom Kippour et, à partir de dimanche, début de la fête de Souccot, qui durera une semaine.

Comme les années précédentes, Yom Kippour a été entouré d'un dispositif de sécurité renforcé.

En 2015, les célébrations de Yom Kippour et de Souccot avaient préludé à une vague de violences toujours en cours.

(Avec agences)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte