Quantcast

Crise de l'électricité à Gaza: les habitants du sud entre colère et inquiétude

Hilla Fenlon, résidente d'un village israélien en bordure de la bande de Gaza
i24NEWS
"Les leaders du Hamas ont de l'eau propre, ils ont de l'électricité toute la journée. Mais nous, on n'a rien"

En pleine crise de l'électricité à Gaza, les habitants du sud d'Israël qui vivent à seulement quelques mètres du territoire contrôlé par le Hamas, craignent que cette crise énergétique ne débouche sur un nouveau conflit entre Israël et l'organisation terroriste. 

Dans le village israélien de Netiv Ha Hassara, on peut apercevoir des drapeaux du Hamas à seulement une cinquantaine de mètres.

"Ce que vous voyez, ce sont les drapeaux du Hamas, ce sont ses camps d'entrainement", explique à i24NEWS Hilla, une agricultrice résidente de cette localité.

"Lorsqu'une organisation terroriste s'entraîne à quelques mètres de votre maison, vous entendez tout. On entend des explosions, des coups de feu, des cris. Cela ressemble à une guerre, mais ils ne font que se préparer à la prochaine guerre", ajoute-t-elle, déplorant que la pénurie d'électricité profite au mouvement islamiste: la preuve, explique-t-elle, les tunnels offensifs sont construits grâce au courant censé être utilisé par la population.


Crise de l’électricité à Gaza: les habitants... by i24news-fr

"Nous sommes à l'endroit où l'armée a découvert un tunnel il y a trois ans. un kilomètre et demi de long, 25 mètres de profondeur. Suffisament large pour faire passer des voitures. Trois ans après, j'ai toujours peur. Parce que je pense à tous ceux qui n'ont pas été encore découverts", confie Hilla.

De leurs côtés, les Gazaouis au point de passage d'Erez, déplorent une catastrophe humanitaire et pointent du doigt, non pas Israël mais la lutte intestine entre le Fatah (parti du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas) et le Hamas.

"Je suis en colère contre tous ceux qui sont contre nous. Il faut trouver une solution. Je suis en colère contre le Fatah et le Hamas parce qu'ils ne se sont toujours pas réconciliés", raconte Fatina à i24NEWS.

i24NEWS

"Le peuple paye le prix de leur lutte. Tu penses qu'il n'y a pas d'électricité ? Les leaders du Hamas ont de l'eau propre, ils ont de l'électricité toute la journée. Mais nous, on n'a rien. Le Hamas accuse le Fatah, et le Fatah renvoie la balle au Hamas", poursuit cette résidente de Gaza épuisée par la situation.

"Nous on est au milieu et le point de passage de Rafah en Egypte est toujours fermé", s'indigne-t-elle.

Sur le terrain, le Hamas continue, à l’aide de ses tracteurs, à conforter ses positions militaires à la frontière, à seulement une centaine de mètres des soldats israéliens en patrouille.

Un reportage réalisé par Matthias Inbar, journaliste spécialiste des questions de sécurité et défense.

Commentaires

(0)
8Article précédentLa première pilote ultra-orthodoxe prend les commandes de l'avion de Netanyahou
8Article suivantRivlin appelle le monde à reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan