Quantcast

Affaire des sous-marins allemands: un ex-général israélien interrogé

An Israeli navy sailors stand atop a new submarine "Rahav" upon its arrival in to the military port in Haifa, Israel, Tuesday, Jan. 12, 2016
AP Photo/Ariel Schalit
Six autres personnes avaient été arrêtées lundi

Un nouveau suspect dans l'enquête des "sous-marins allemands" a été arrêté pour être interrogé par la police, rapportent mardi les médias israéliens.

Il s'agit d'un ancien général de renom de l'armée israélienne, selon les médias.

Cette arrestation intervient au lendemain de l'interpellation de six personnes dans le cadre de la même affaire baptisée "Cas 3.000".

Ces six suspects sont soupçonnés de corruption, de fraude, d'infraction fiscale et de blanchiment d'argent, dans le cadre d'une affaire ayant permis à l'Allemagne de vendre trois sous-marins à Israël, avait précisé lundi la police.

En février dernier, le bureau du procureur de l’Etat a ouvert une enquête pénale sur l’affaire "Cas 3000", contre l’avocat personnel de Benyamin Netanyahou, Me David Shimron, soupçonné d’avoir tenté d’influencer des accords d’achats.

Roland Weihrauch (DPA/AFP/File)

Me Shimron, également représentant du groupe ThyssenKrupp, le constructeur naval allemand, est soupçonné d’avoir fait pression sur le ministère de la Défense pour ces achats contre des honoraires avantageux.

L'avocat israélien représente par ailleurs en Israël de l'homme d'affaires israélien Miki Ganor, agent du groupe allemand qui doit construire ces sous-marins.

Malgré la polémique, le Conseil national de sécurité de l'Allemagne a approuvé la vente de trois sous-marins supplémentaires à Israël, mais avec une réserve selon laquelle l'accord sera annulé si les allégations de corruption sont avérées.

Il s'agit d'une transaction d'un montant de 1,5 milliard de dollars (1.3 milliards d'euros) qui permettrait à Israël d'acquérir trois sous-marins Dolphin du constructeur allemand ThyssenKrupp, qui devraient remplacer les anciens modèles de l’armée.

S'il n'est pas inquiété comme suspect dans cette affaire, Benyamin Netanyahou dément toute malversation et affirme que le renforcement de la sécurité à long terme est la "seule considération" prise en compte pour ces achats.

Commentaires

(0)
8Article précédentPrison avec sursis pour le lanceur d'alerte israélien Mordechai Vanunu
8Article suivantIsraël: le groupe Guns N 'Roses provoque la colère des fans religieux