Quantcast

"Ne négociez pas avec le Hamas pour libérer mon fils" (père d'un détenu à Gaza)

Chaabane El-Sayed, père d'Hicham, un Bédouin musulman de nationalité israélienne détenu par le Hamas, montre une photographie de son fils, chez lui, à Hura en Israël, le 13 avril 2016
YOAV LEMMER (AFP)
"Il incombe au Hamas de libérer mon fils" a estimé Sha'aban Al-Sayeed à i24NEWS

Le père d'Avera Mangistu, un Israélien détenu en captivité par le Hamas à Gaza, a exhorté le gouvernement à ne pas négocier avec le groupe terroriste pour assurer la libération de son fils, exigeant que les dirigeants de Gaza obéissent aux principes de la loi internationale et islamique.

"Je dis que mon fils doit être libéré sans négociation. Je ne préfère pas négocier avec le Hamas", a déclaré mercredi Sha'aban Al-Sayeed à i24NEWS, dont le fils Hisham est captif depuis plus de deux ans dans l'enclave palestinienne.

"Les gens devraient faire pression sur le Hamas et leur expliquer qu'ils doivent renvoyer un civil malade chez lui, qu'il n'est pas un soldat", a-t-il ajouté.

"Il est également interdit par la loi islamique de prendre des otages. Si vous êtes musulman, laissez-lui sa liberté," a-t-il lancé.

Outre le civil Avera Mengistu, qui souffre de troubles mentaux, le Hamas détient les corps deux soldats israéliens tués lors de l'Opération Bordure Protectrice à l'été 2014, Oron Shaul et Hadar Goldin.

Les cas de deux citoyens bédouins israéliens, Hisham Al-Sayeed et Jumaa Abu Ghanima - qui ont traversé Gaza depuis exactement un an -ont suscité moins d'attention.

Hisham, qui a été repéré à Gaza le 20 avril 2015, souffre lui aussi de problèmes psychiatriques: dans son dossier médical transmis à Human Rights Watch (HRW), il est présenté comme un "patient connu depuis plusieurs années dans les services psychiatriques".

Les voisins et les commerçants de la ville d'al-Hura, dont il est originaire, ont déclaré à HRW plus tôt cette année que l'homme de 29 ans flânait souvent entre les maisons et les magasins du quartier pour occuper son temps.

M. Sha'aban a révélé que son fils a traversé l'enclave côtière à deux reprises en 2010 et en 2013. Même si la famille a créé des contacts pour assurer son retour, il a été placé en détention près de la frontière de Gaza et admis dans un établissement psychiatrique pour une longue période.

M. Sha'aban pense qu'à cause de la situation précaire de la santé d'Hisham, il incombe uniquement au Hamas de lui accorder sa liberté.

"Je suis prêt à rencontrer personnellement un responsable du Hamas ou des médias. Je suis prêt à m'asseoir avec le chef du Hamas à la télévision", a déclaré Sha'aban. "Pas pour les négociations, mais pour le libérer."

Le Hamas estime qu'Hisham et Avera Mengistu doivent être considérés comme des soldats ou des espions et l'organisatio a diffusé des images des jeunes hommes en uniforme militaire, alors que les archives de l'armée publiées par les familles montrent que les deux ont été jugés inaptes à servir dans les rangs de l'armée.

Lundi, M. Sha'aban, accompagné de la famille Mengistu, ont rencontré à Jérusalem Jason Greenblatt, le conseiller spécial de Donald Trump en négociations internationales.

"Nous ressentons la douleur de votre enfant. Nous sommes prêts à tout faire pour libérer votre fils", a dit M. Greenblatt à M. Sha'aban lors de la rencontre.

Twitter account of Jason Greenblatt, photographer not credited.

"Je crois beaucoup en lui", a confié M. Sha'aban à i24NEWS.

Il se dit "satisfait" du soutien apporté par sa famille aux Israéliens, Arabes et Juifs. En revanche, la famille Mengistu a déploré que les politiques et les médias israéliens ont souvent négligé le sort des captifs vivants en faveur des familles des soldats morts.

Un troisième otage?

Ce mercredi marque également l'anniversaire du troisième captif israélien à Gaza, Jumaa Abu Ghanima.

Sa famille a refusé de répondre aux questions d'i24NEWS, et un responsable israélien n'a pas non plus souhaité s'exprimer sur l'affaire. Le Hamas a également nié l'avoir capturé.

Le père de Jumaa, Ibrahim, a déclaré à HRW qu'après avoir été interrogé par le Shin Bet suite à la disparition de son fils, il n'a jamais été recontacté par les autorités israéliennes.

"Hier, il conduisait près de la frontière quand tout à coup il a disparu. Nous sommes devenus fous lorsque nous avons réalisé qu'il était entré à Gaza," a-t-il dit.

"Mon fils souffre d'une situation mentale complexe", a-t-il ajouté. "Nous l'avons emmené à l'hôpital en raison de son comportement, mais malheureusement rien n'a aidé. Je ne comprends pas pourquoi il a décidé de traverser la frontière ... si je l'avais su, je ne lui aurais pas permis de quitter la maison".

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a démenti dimanche l'existence d'"avancées" dans des pourparlers avec le Hamas visant à obtenir des informations sur le sort des Israéliens à Gaza en échange de la libération de détenus palestiniens, au lendemain d’informations faisant état de négociations entre l’Etat hébreu et le Hamas à ce sujet.

Article co-écrit par Max Schindler et Jacob Atkins, journalistes pour le site d'i24NEWS en anglais.

Commentaires

(2)
glouni

Master, sur le fond vous avez raison mais sur le long terme je me le demande. Israël ne peut pas passer sa vie dans le conflit et même si cela ne nous fait pas plaisir il est souhaitable de trouver des solutions afin de créer un voisinage et de vivre avec ce voisinage sereinement. Donc faire ce que vous préconisez est impossible car cela ne ferait qu' aggraver la situation sans résultats mais peut-être, peut-être, que de façon ponctuelle Israël peut les embêter, en quelque sorte. Je crois avoir compris que les gens de Gaza sont sous la coupe du Hamas et peut-être que si l'occasion s offre à eux ils seraient heureux de vivre normalement (?, s il n y a pas de propagande, particulièrement auprès des enfants et des jeunes, de chantage. .) Et cela dans le seul et unique intérêt des Israéliens et, aussi, peut-être parce que nous sommes humains, différents.

Master

je m'appercois d'une chose et je le dis tout haut et tout fort que le Hamas est plus Rusè et plus fort à faire plier le gouvernement d'Israël . nous avons toutes les possibilités en nôtre pouvoir de les faire plier et Israël prefere faire durer le plaisir . 1/ nous pouvons coupé carrément l'électricité 2/ nous pouvons coupé l'eau 3/ interdire les visites dans les prisons 4/ interdire le téléphone 5/ interdire l'argent dans les prisons 6/ interdire les cigarettes dans les prisons 7/ interdire les télévisions dans les prisons 8/ interdire les matériaux de rentrer à Gaza 9/ interdire les soins médicaux en Israël 10/ interdire les permis de rentrer en Israël ils détiennent deux dépouilles de soldats tomber au champs d'honneur depuis 2014. et deux citoyens israeliens qui ont des problèmes mentaux . s'ont t-ils humains ? eux peuvent seconduire de cette façon nous , nous sommes des democrates nous devons souffrir rien que parceque nous sommes une démocratie mais , vous rigolez vous voulez dire que le gouvernement est Mazo C'est pourquoi que le Hamas fera plier Israël . vouloir libérez des terroristes barbares vous êtes fous et vous mettez la vie de nos enfants en danger et de tout les citoyens israeliens . si cela Hélas ! doit se faire car le Hamas est plus Rusè que l'état Juifs malgré sa puissance . et si il arrivait que ces barbares soient relâché et qu'ils commettent d'autres crimes nous aurons tout les droits d'attaquer notre gouvernement en justice.

8Article précédentIsraël: le groupe Guns N 'Roses provoque la colère des fans religieux
8Article suivantIsraël: l'Autorité de cyber-défense entend lutter contre l'ingérence électorale