Quantcast i24NEWS - La politique israélienne entraîne la violence palestinienne (Département d'État US)

La politique israélienne entraîne la violence palestinienne (Département d'État US)

احداث المسجد الاقصى والقدس
AP Photo
Selon le rapport, Abbas aurait énormément agi contre l'incitation à la violence

Un nouveau rapport du Département d'État américain indique que plusieurs aspects de la politique israélienne tels que la construction dans les implantations de Cisjordanie et les opérations militaires dans la région provoquent le terrorisme palestinien.

Le rapport, qui fait un état des lieux du terrorisme mondial sur l'année passée, et qui a été publié ce mois-ci, commence par évoquer les attaques palestiniennes menées contre des Israéliens en 2016.

"Israël a de nouveau fait face à des menaces terroristes palestinienness à Gaza et en Cisjordanie", souligne le rapport, intitulé Country Reports on Terrorism 2016.

"Depuis 2015, une série d'attentats de Palestiniens en Israël, Gaza et en Cisjordanie a accentué les tensions entre Israël et les Palestiniens", insiste le document.

Mais le rapport estime qu'Israël est en partie responsable de ces attaques, en menant des actions qui créent un "manque d'espoir" chez les Palestiniens et les motivent à perpétrer des actions terroristes.

Selon le Département d’Etat, les moteurs de la violence sont l'absence d'espoir de voir un Etat palestinien se créer, la construction dans les implantations israéliennes de Cisjordanie, la violence des résidents des implantations à l'égard des Palestiniens, la perception que le gouvernement israélien change le statu quo sur le Mont du Temple et les actions de l’armée israélienne, jugées trop agressives par les Palestiniens.

Le rapport estime également que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a grandement contribué à calmer les tensions en Cisjordanie, en coopérant avec les forces de sécurité israéliennes et en réduisant l'incitation à la violence.

L’Autorité palestinienne (AP) "a pris des mesures importantes pendant le mandat du président Abbas (2005 à ce jour) afin de s'assurer que les institutions officielles en Cisjordanie sous son contrôle ne créent, ni ne diffusent de contenu qui incite à la violence" précise le rapport.

"Alors que certains dirigeants de l'AP ont fait des commentaires provocateurs et inflammatoires, l'AP a progressé dans la réduction de la rhétorique officielle qui pourrait être considérée comme une incitation à la violence", a poursuivi le rapport.

"Les appels explicites à la violence contre les Israéliens, les exhortations directes contre les Juifs et les refus négatifs de l'AP à la possibilité d’une paix avec Israël sont rares et le leadership ne le tolère généralement pas".

ABBAS MOMANI (AFP/Archives)

Le rapport du Département d'Etat estime également qu'Abbas a fait en sorte que les dirigeants religieux en Cisjordanie ne soutiennent pas le terrorisme.

"L'Autorité palestinienne contrôle le contenu des sermons du vendredi livrés dans environ 1.800 mosquées en Cisjordanie, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d'incitation à la violence", souligne le rapport.

Ce rapport a été critiqué par l’organisation juive "B'nai Brith International" qui s’est dit "profondément préoccupée par le biais pro-palestinien" du document.

"Israël ne provoque pas la violence des Palestiniens. C'est le leadership palestinien - le Fatah et le Hamas - qui incite quotidiennement à la violence contre les Israéliens. Les dirigeants palestiniens récompensent les terroristes et leurs familles en leur versant en salaire pour toute attaque commise contre les Israéliens", a ajouté l'organisation.

Le B'nai Brith a exhorté le Département d'Etat à corriger ce qu'elle a qualifié comme de "récit déséquilibré".

A la fin du mois de mai, le président américain Trump en voyage en Israel et en Cisjordanie a fustigé le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors de leur réunion à Bethléem.

Trump aurait "crié" sur Abbas, car ce dernier lui aurait "menti".

"Vous m'avez menti à Washington lorsque vous avez parlé de l'engagement pour la paix, mais les Israéliens m'ont montré que vous étiez personnellement responsable de l'incitation à la violence", aurait déclaré Trump.

Dans son discours après la réunion avec Abbas, Trump a insisté sur le fait que "la paix ne peut être obtenue où la violence est récompensée". Une déclaration considérée comme une critique du financement de l'Autorité palestinienne destiné aux familles de terroristes emprisonnés ou tués.

Commentaires

(3)

Ces scribouillards issus de la précédente administration continuent de nous dénigrer, quand viendra la grande lessive par la nouvelle, nous y verrons plus clair!

Vos photos datent, vous voulez montrer votre ami sur des jours meilleurs!

Abbas juste un commercial qui ramasse pour son compte les millions de dollars destinés à sa population, comme le font la plupart des dirigeants arabes d'ailleurs.

8Article précédentAbbas exhorte les USA à "intervenir urgemment" pour faire pression sur Israël
8Article suivantLieberman exige une condamnation de l’attentat de Halamish de la part d'Abbas