Quantcast i24NEWS - La FPA dénonce la répression exercée par Netanyahou contre la presse

La FPA dénonce la répression exercée par Netanyahou contre la presse

An employee of Qatar-based Al-Jazeera at the broadcaster's Jerusalem office on July 31, 2017
AHMAD GHARABLI (AFP)
"Réprimer la critique et fermer les chaînes d'informations sont des actions dignes des dictatures"

La Foreign Press Association (FPA), organisation américaine non gouvernementale représentant les journalistes étrangers aux États-Unis, a profondément regretté la décision du Premier ministre israélien d'empêcher la participation du chef de bureau d'Al Jazeera à Jérusalem à une conférence gouvernementale jeudi.

Le bureau de presse du gouvernement israélien (GPO) a indiqué sur sa page Facebook que Benyamin Netanyahou avait exigé que Walid Al-Omari soit exclu de la conférence sur la liberté d'expression que le GPO a organisé jeudi.

Cette décision, ainsi que l'intention de M. Netanyahou de fermer la chaîne en Israël, ordonnant que des mesures légales soient prises pour empêcher l'attribution d'accréditation à tous les journalistes d'Al Jazeera travaillant en Israël, "soulève de sérieuses questions sur l'engagement du gouvernement israélien envers la liberté de la presse", selon la FPA.

Ces mesures font partie selon la FPA, "d'une tendance inquiétante et grandissante d'incitation à l'encontre de la presse par le Premier ministre israélien".

"Réprimer la critique et fermer les chaînes d'informations sont des actions dignes des dictatures, non pas des démocraties", a dénoncé l'organisation américaine sur son site.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou "se félicite souvent de diriger le seul pays démocratique du Moyen-Orient", a-t-elle rappelé.

"Nous exhortons donc le gouvernement israélien à défendre les idéaux qu'il embrasse si fièrement", a-t-elle ajouté.

Netanyahou avait annoncé le 26 juillet avoir l'intention de fermer la chaîne accusée d'incitation à la violence, notamment lors de l’accès de fièvre autour du Mont du Temple à Jérusalem au début de l'été.

Les autorités israéliennes avaient commencé à sévir en août contre la chaîne, en lançant la procédure de retrait d'accréditation à un de ses journalistes, Elias Karram.

Mais le 30 août, le GPO a annoncé que son accréditation serait provisoirement maintenue pendant six mois, au cours desquels Israël surveillera la couverture du journaliste.

L'accès à Al Jazeera, fondée il y a plus de 20 ans par le gouvernement du Qatar et qui dispose aujourd'hui d'une large audience à l'international, a été bloqué en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et en Egypte.

Les pays du Golfe ont également exigé du Qatar la fermeture de la chaîne, une demande jugée "inacceptable" par le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme car "compromettant la liberté d'information".

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(4)

Israël est une démocratie la seule dans cette région et elle n'a besoin d'aucune leçon à recevoir, surtout venant des média!

Israel est un pays en guerre et dans ce type de situation n importe quel pays musele la propagande ennemie Cqfd

C'est vrai qu'en terme de liberté de la presse on fait mieux dans les pays arabes voisins ou en iran ou en turquie.

Nous aimerions bien connaitre les déclarations "inquiètes" de cette organisation sur les journalistes arrêtés, enfermés et souvent torturés, dans des prisons palestiniennes, turques, iraniennes, syriennes, irakiennes, et dans toutes ces grandes démocraties que sont les régimes arabo-musulmans... Accuser Israël, l'hyper démocratie, de museler la presse et d'empêcher des "journalistes" de faire leur travail, est une insulte à l'intelligence de tous ceux qui comprennent qu'il s'agit une fois de plus, d'organismes complètement azimutés, qui vivent dans un univers qui ressemble à la 4ème dimension... Il doit s'agir d'une association infiltrée par des activistes qui manipulent des naïfs, avec le financement des pays habituels...

8Article précédent"Israël fera tout ce qu'il faut pour protéger ses citoyens" (Lieberman)
8Article suivantIsraël: mise en accusation contre Sara Netanyahou prononcée vendredi (médias)