Israël

La ministre suédoise des Affaires étrangères  Margot Wallström, à Stockholm le 19 mars 2015
Il a refusé d'appeler la ministre une antisémite, mais il a déclaré que ses mots étaient "absurdes"

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a fustigé la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström, après qu'elle a appelé à une enquête pour déterminer si Israël était coupable "d'exécutions extrajudiciaires" de Palestiniens au cours de la vague récente de violence notamment à Jérusalem et en Cisjordanie.

Benyamin Netanyahou, s'est adressé aux journalistes lors d'un événement annuel organisé pour le Nouvel An du Bureau de presse du gouvernement (GPO) à Jérusalem, où il a déclaré que les commentaires de la ministre étaient "scandaleux, injustes et tout simplement faux".

"Je pense que ce qu'a dit la ministre suédoise des Affaires étrangères est scandaleux, je pense que c'est immoral, que c'est injuste et que c'est tout bonnement faux", a dit M. Netanyahou à la presse.

"L'autre jour à Paris, un terroriste brandissant un couteau a été abattu, est-ce que ça, c'était une exécution extra-judiciaire ? Est-ce que la ministre des Affaires étrangères suédoises suggère qu'on se penche aussi sur ce qui s'est passé à Paris", a dit M. Netanyahou.

Il a refusé d'appeler Wallström une antisémite, mais il a déclaré que ses mots étaient "absurdes" et "stupides". "C'est scandaleux, c'est immoral et c'est stupide", a-t-il insisté, tout en se gardant de reprendre à son compte les accusations proférées par Yuval Steinitz, le ministre de l'Infrastructure. 

Le ministre Steinitz, a déclaré cette semaine que Wallström était "antisémite, consciemment ou non", l'accusant de stigmatiser systématiquement Israël.

DAN BALILTY (POOL/AFP/FILE)

Par ailleurs, l'ambassadeur de Suède en Israël, Carl Magnus Nesser, avait été convoqué mercredi soir au ministère des Affaires étrangères israélien pour recevoir les réprimandes le chef de la division européenne, Aviv Shiron, concernant les propos de la ministre suédoise des AE.

Wallström a déclaré au Parlement suédois qu'il était "vital" d'enquêter sur la politique israélienne concernant les assaillants palestiniens, afin de désigner "une éventuelle responsabilité".

Le directeur général des Affaires étrangères israéliennes, Dore Gold, en visite aux États-Unis, a évoqué les propos de Wallström, estimant que "quiconque attaque Israël sur son droit à se défendre contre les attaques terroristes, encourage le terrorisme".

Le ministère avait qualifié mardi les propos de Wallström "d'irresponsables et de délirants", affirmant qu'elle "encourage le terrorisme et la violence".

En décembre, Israël avait déjà qualifié de "scandaleux" des propos de la chef de la diplomatie suédoise qui, selon l'Etat hébreu, l'accuse de procéder à des "exécutions extrajudiciaires" contre les auteurs palestiniens d'attaques au couteau.

Benyamin Netanyahou a fait une distinction dans les relations entre Israël et la plupart des pays européens pris individuellement, avec lesquels la coopération se développe selon lui, et avec l'Union européenne en tant qu'organisation multinationale, dont il a dénoncé la "bureaucratie" et la décision récente d'étiqueter les produits israéliens en provenance de Cisjordanie.

(Avec l'AFP)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte