Diplomatie & défense

Des Palestiniens manifestent pour la libération du journaliste palestinien Mohammed al-Qiq devant la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem le 22 janvier 2016
Mohammed al-Qiq est accusé par les forces de sécurité israéliennes d'être un membre du Hamas

La justice israélienne a indiqué lundi "proposer" au journaliste palestinien Mohammed al-Qiq en grève de la faim depuis 83 jours et retenu dans un hôpital israélien de le transférer dans un hôpital palestinien de Jérusalem-Est.

Il est accusé par les forces de sécurité israéliennes de faire partie de l'organisation terroriste du Hamas.

Les défenseurs de M. Qiq avaient demandé à la Cour suprême le transfert du reporter de 33 ans, qui peut désormais mourir à tout instant selon les médecins, vers un hôpital palestinien en Cisjordanie. Le parquet militaire israélien a pour sa part appelé la cour à refuser ce transfert.

La plus haute instance judiciaire israélienne a donc opté pour une solution intermédiaire.

"Il a été proposé au gréviste de la faim de le transférer à l'hôpital Makassed à Jérusalem-Est pour qu'il y poursuive son traitement dans le cadre de la mesure administrative qui le visait et qui a été gelée", dit la cour dans un communiqué.

L'hôpital Makassed, le plus important établissement de santé palestinien à Jérusalem-Est. Il reste donc aux yeux des autorités israéliennes sous leur juridiction.

La cour donne à Mohammed al-Qiq jusqu'à mardi 10 heures (8H00 GMT) pour dire s'il accepte ou non, ajoute le texte. 

M. Qiq a jusqu'ici été formel: il refuse de recommencer à s'alimenter tant qu'il n'est pas hospitalisé en Cisjordanie. Il est aujourd'hui "en danger de mort" selon ses défenseurs, qui affirment que les médecins lui ont administré des compléments alimentaires contre son gré. La Cour suprême israélienne a gelé son ordre de détention administrative tout en l'empêchant de quitter l'hôpital d'Afoula, dans le nord d'Israël, sans autorisation.

M. Qiq est placé sous le régime extrajudiciaire de la détention administrative, mesure qui permet une incarcération sans procès ni inculpation pendant six mois renouvelables indéfiniment. Il a arrêté de s'alimenter pour protester contre son emprisonnement.

La sécurité israélienne accuse le reporter de la chaîne saoudienne al-Majd d'appartenir au mouvement terroriste du Hamas. M. Qiq affirme ne se livrer qu'au journalisme.

(AFP)

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte