Diplomatie & défense

Le mot "revanche" écrit sur le mur de la maison brûlée de la famille Dawabsheh à la suite d'un incendie criminel le jeudi 30 Juillet 2015
"le document fait preuve de violence et d'extrémisme, et représente une incitation aux actes criminels" (Juge)

L'extrémiste de droite Moshe Orbach a été condamné jeudi pour avoir rédigé un manuel faisant l'éloge du terrorisme juif, a rapporté vendredi le quotidien israélien Haaretz.

Orbach est l'auteur présumé du manuel intitulé "Le Royaume du Mal", un document détaillant la "nécessité" de s'en prendre à des biens non-juifs ainsi que la manière de le faire.

Le document faisait partie des preuves trouvées lors de l'enquête sur l'incendie provoqué le 18 juin dernier à l’église de la Multiplication, un important lieu saint chrétien de Tibériade.

Un chapitre entier est consacré aux maisons incendiées, qu'Orbach classe en tête des attaques les plus violentes du mouvement "Tag Mehir" ("le prix à payer" en hébreu).

"Parfois, nous voulons porter un coup permettant de convaincre l'ennemi que si nous pouvions nous le ferions", est-il mentionné dans le manuel.

"Donc, nous voulons simplement mettre le feu à une maison et ses habitants", est-il rédigé.

Le manuel recommande d'utiliser une bouteille avec à l'intérieur un chiffon imbibé d'essence.

Froidement, il est également recommandé de placer des pneus en feu devant une porte, pour empêcher quiconque de s'échapper.

Insistant sur le fait qu'il n'a pas écrit ce manuel, Orbach a nié les accusations. Selon lui, ce livre n'a pas été destiné à être publié, a rapporté Haaretz.

Les experts en informatique ont affirmé cependant, détenir des preuves qu'Orbach est bien celui qui a rédigé et édité le document 30 fois sur une période de quatre mois.

Selon Le Juge Menahem Mizrahi, "le document fait preuve de violence et d'extrémisme, et représente une incitation aux actes criminels". 

Pour sa part, l'avocat d'Orbach a déclaré que la condamnation était sans fondement.

"Le seul organe à avoir publié le document était le porte-parole du Shin Beth (Service de sécurité intérieure israélien)," a-t-il affirmé.

Orbach avait été arrêté auparavant en 2013, soupçonné d'avoir vandalisé un monastère catholique l'année précédente, mais avait été libéré.

Soyez le premier à poster un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte