Diplomatie & défense

Après une rencontre avec Netanyahu, le vice-président américain a rencontré le président Rivlin à Jérusalem

Le vice-président américain Joe Biden a condamné la terreur en Israël mercredi, en affirmant que les "Israéliens ne peuvent plus vivre avec la peur " lors de sa rencontre avec le président israélien Reuven Rivlin et le Premier ministre Benyamin Netanyahou.

Le Président Rivlin a accueilli chaleureusement Biden dans sa résidence à Jérusalem où les deux ont fait une déclaration conjointe devant la presse.

Rivlin a ouvert la conférence de presse en reconnaissant la vague d'attentats qui ont eu lieu, y compris celle de Jérusalem plus tôt ce mercredi matin où deux Palestiniens ont tiré sur un bus à Jérusalem avant de fuir et de nouveau réouvrir le feu en dehors de la vieille ville, blessant grièvement un Israélien.

"Encore une fois nous nous sommes réveillés par la terreur dans les rues de Jérusalem. Vous êtes arrivés hier et vous étiez à Jaffa, à une courte distance de l'attaque terroriste dans laquelle un citoyen américain a été assassiné," a affirmé Rivlin à Biden.

"Je suis ici avec vous dans la douleur et dans la solidarité. Nos prières vont à la famille de la victime et à tous les blessés dans la nouvelle vague de terreur qui a secoué le pays hier soir et ce matin", a- t-il poursuivi.

"Hélas, Israël a été confronté au terrorisme presque tous les jours au cours de l'année écoulée. Israël continuera à rester ferme face à la violence et à la haine. la terreur ne nous brisera pas et ne façonnera pas notre avenir. "

Heidi Levine (Pool/AFP)

Biden a répondu à Rivlin: "Nous prenons très au sérieux, comme vous le faites ici, de la mort de tous les civils innocents."

"Les Israéliens et les touristes ne peuvent pas continuer à craindre pour leur vie de peur d'être attaqués. La violence doit cesser." a rappelé Biden.

Biden critique les Palestiniens pour l'absence de condamnation de la violence

Le vice-président américain Joe Biden a implicitement critiqué mercredi à Jérusalem la direction palestinienne pour son refus de condamner clairement les violences anti-israéliennes en cours.

"Les Etats-Unis d'Amérique condamnent ces agissements (les attentats) et condamnent ceux qui ne les condamnent pas", a dit M. Biden devant la presse au côté du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

M. Biden, arrivé mardi en Israël, n'a pas mentionné nommément les dirigeants palestiniens mais ses propos, dans le contexte actuel, leur semblent directement adressés.

Israël a été mardi et mercredi le théâtre d'au moins six attaques qui ont fait un mort, un touriste américain, et une quinzaine de blessés, dont plusieurs gravement atteints selon la police et les secours. Les sept terroristes palestiniens, auteurs de ces attentats, ont été tués, selon la police.

"Le genre de violences que nous avons vues hier, l'absence de condamnation (de ces violences), la rhétorique qui encourage la violence, les représailles que cela suscite, tout cela doit cesser", a dit M. Biden.

GOP

"Le statu quo doit s'arrêter quelque part en ce qui concerne la solution à deux Etats. Voir la voie à suivre est peut-être difficile, mais nous continuons à encourager toutes les parties à reprendre le chemin de la paix", a-t-il ajouté.

"Je vous remercie pour votre ferme condamnation du terrorisme", a répondu Netanyahou après son entretien avec le vice-président américain.

"Malheureusement, outre le fait que le président Abbas a refusé de condamner ces attaques terroristes, son parti Fatah considère le meurtrier d'un citoyen américain comme un martyr palestinien et un héros", a ajouté Netanyahou.

"Ceci est mauvais. Et la non-condamnation du terrorisme doit être condamnée par tous au sein de la communauté internationale", a-t-il dit.

Le président palestinien Mahmoud Abbas se garde de condamner la vague de violences en cours et se déclare favorable à une résistance "populaire" et "pacifique". Il impute les violences actuelles à "l'occupation" israélienne.

Le Fatah, parti dont Mahmoud Abbas est le président, a appelé mardi soir sur son compte Twitter à prier pour l'auteur de l'attentat de Jaffa, à Tel Aviv, qui a tué un touriste américain et blessé 11 autres personnes. L'épouse et les enfants du vice-président américain visitaient la promenade de jaffa au moment où se déroulait l'attaque.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou reproche à l'Autorité palestinienne l'absence de condamnation de sa part, et l'accuse de participer aux incitations à la haine.

2 Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte
  • Didier Mayers
    09 Mars 2016 - 19:58

    Je ne pense pas que Hussein Obama le fasse un jour.

    Un peu de patience ce sera bientôt qu un mauvais souvenir.


    Signaler
  • SOVLANI
    09 Mars 2016 - 18:15

    C'est le Président des USA qui doit dire cela officiellement car lui aussi n'a jamais condamné les attentats!


    Signaler