Diplomatie & défense

Logo ONG israélienne "Breaking the Silence"
Pour Netanyahou, l'ONG a "franchi une nouvelle ligne rouge" en recueillant des informations classifiées

Le porte-parole de l'ONG israélienne de gauche "Breaking the Silence", Achia Shatz a déclaré dans une interview exclusive à I24news que "le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou utilisait ses services de sécurité comme outil politique".

"Agir de cette manière, c'est franchir la ligne rouge", a-t-il ajouté.

"Israël déploie ses services de sécurité contre les organisations des droits de l'homme", a-t-il poursuivi.

"Nous avons été des soldats. Nous nous sommes battus, et nous sommes arrivés à la conclusion qu'il valait mieux pour Israël de mettre fin à l'occupation", confie Schatz à I24news, ajoutant que "ce que nous faisons, nous le faisons légalement". 

Le ministre israélien de la défense Moshe (Bogui) Ya'alon a ordonné à l'armée d'ouvrir une enquête pour "publication d'informations classifiées" à la suite du reportage de la seconde chaîne télévisée Aroutz 2 sur les activités de l'organisation "Breaking the Silence", a révélé ce matin les médias locaux.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou avait déclaré jeudi soir que l'organisation "a franchi une nouvelle ligne rouge", ajoutant que les conclusions de l'enquête de Aroutz 2 sont en cours d'examen par les services de sécurité.

Une enquête menée par la chaîne israélienne Aroutz 2 concernant les activités de l'ONG de gauche "Breaking the Silence" a révélé que l'organisation semble avoir récolté des informations secrètes sur les opérations de l'armée israélienne.

"Breaking the silence", une organisation composée d'anciens soldats de l'armée israélienne, a pour objectif de recueillir des témoignages de soldats ayant servi en Cisjordanie et à Gaza afin d'informer sur la conduite des soldats dans ces territoires.

Le rapport de Channel 2 cite de nombreux témoignages inédits recueillis par "Breaking the silence", qui ont été obtenus par des membres de l'ONG de droite "Ad Kan", infiltrés clandestinement au sein de "l'ONG de gauche pendant une période prolongée.

Le rapport a également diffusé des vidéos montrant des membres de "Breaking the Silence" ainsi que des témoignages où les questions posées semblent tourner autour des activités opérationnelles des soldats plutôt que sur des sujets concernant les Palestiniens et les droits de l'homme.

"Ad Kan" avait précédemment fourni des données pour une autre enquête de Aroutz 2 concernant l'ONG de gauche, ce qui a conduit à l'arrestation de deux militants israéliens et un palestinien pendant plusieurs jours, avant d'être libérés sans inculpation.

Répondant aux nouvelles allégations, l'ONG "Breaking the Silence" a nié avoir recueilli des informations secrètes et a affirmé que ses membres travaillent en étroite collaboration avec un responsable militaire.

"Il y a plusieurs organisations, ainsi que des députés du Likoud et du Foyer juif qui s'appliquent à faire taire ceux qui tentent de critiquer le gouvernement et l'occupation", a déclaré la présidente de l'ONG "Breaking the Silence", Yuli Novak, en réponse au reportage de Aroutz 2.

Le président de la Knesset (Parlement israélien), Yuli Edelstein, souhaite que les autorités lancent une enquête "afin de clarifier les informations sensibles détenues par "Breaking the Silence".

La ministre adjoint des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, a accusé l'organisation de "ternir le nom d'Israël" dans le monde entier et a ajouté qu'elle avait potentiellement "nui à la sécurité de l'Etat."

Yair Lapid, chef du parti centriste Yesh Atid (opposition), a lui aussi dénoncé les activités de Breaking the Silence, considérant que l'ONG avait porté préjudice à Israël.

"Alors qu'Israël se bat contre le terrorisme, "Breaking the Silence" dérobe des informations et les utilise contre l'Etat", a déclaré Lapid.

"L'Etat d'Israël doit faire tout son possible pour protéger ses soldats et cette organisation n'a pas le droit d'exister dans un Etat qui se bat tous les jours pour la sécurité de ses citoyens", a-t-il ajouté.

9 Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte
  • Stéphanie Lefebvre
    20 Mars 2016 - 22:16

    Cher Monsieur Levi,
    Vous faites visiblement preuve d'une grande mauvaise foi.
    1. "90 % des Arabes de Judée-Samarie (zone A) sont administrés par l'Autorité palestinienne". Certes, mais je vous conseille de regarder une carte des zones A,B et C et vous comprendrez aisément que c'est toujours Israël qui contrôle les populations palestiniennes en Cisjordanie. Imaginez que pour vous rendre de Tel Aviv à Ramat Gan ou Bat Yam, toutes ces villes contrôlées par Israël, il vous faille passer par un check-point de l'armée palestinienne. N'hésitez pas à inverser les situations. Vous verrez c'est toujours très instructif.
    2. "Sans le travail offert par Israël à ces Arabes". Construire une économie autonome quand une force armée contrôle l'ensemble des flux est un peu compliqué .... Israël a beau jeu de se présenter comme pourvoyeur d'emplois quand ce même État empêche les palestiniens de développer une économie viable. C'est le principe même du colonialisme.
    3. "il n'y a jamais eu d’État arabe de Palestine" oui et alors ? L'absence d’État arabe ne signifie pas absence de peuple arabe qui aspire à la liberté et à l'égalité. On peut toujours parquer un peuple derrière des murs pour ne pas le voir, il est toujours là avec ou sans État. L'Histoire est remplie de peuples sans État qui se sont battus ou se battent encore pour l'égalité (au sein de leur propre État ou dans un ensemble plus grand). Le peuple Juif en fait d'ailleurs partie pour votre mémoire.
    4. Merci pour votre conseil d'apprendre l'histoire. C'est exactement ce que je fais chaque jour puisque c'est mon travail : historien et géographe.
    Cordialement,


    Signaler
  • Isy Levi
    19 Mars 2016 - 21:11

    Chère Madame Lefebvre,
    Vous ignorez visiblement la situation sur le terrain. Le 90 % des Arabes de Judée-Samarie (zone A) sont administrés par l'Autorité palestinienne. Sans le travail offert par Israël à ces Arabes, cette "Autorité palestinienne" sombrerait dans le chaos.
    Dois-je vous rappeler qu'il n'y a jamais eu d'Etat arabe de Palestine? Dois-je vous rappeler également qu'avant les années soixante, personne n'a entendu parler de "Peuple palestinien"? Oubliez-vous que la Judée et la Samarie ont été annexées par le Royaume hachémite en 1952, annexion reconnue par le Pakistan et la Grande-bretagne uniquement?
    Je vous suggère d'étudier l'Histoire avant d'emettre des arguments qui sont contraires à la vérité.


    Signaler
  • Fessalh djellab
    18 Mars 2016 - 22:32

    Stéphanie je t'aime!!


    Signaler
  • Stéphanie Lefebvre
    18 Mars 2016 - 16:19

    Cher Monsieur Levi
    " les minorités habitant en Terre d'Israël et respectant la loi et la sécurité publique sont très heureuses et jouissent de tous les droits". Excusez-moi, vous parlez de qui exactement ? des palestiniens d'Israël, des palestiniens des territoires, des russes, des français, des érythréens, des ashkénazes, des séfarades ... ? Hélas, si vous parlez des palestiniens, des centaines de milliers n'ayant rien à se reprocher vivent sous régime militaire depuis 60 ans. Donc votre phrase ne veut rien dire.
    Quant au terme de "minorité", si vous parlez des palestiniens, je vous informe qu'ils représentent la moitié des habitants de la méditerranée au Jourdain.
    Quant à justifier le système d'Apartheid par le fait que la "Judée-Samarie" soit le berceau du peuple juif, il est aussi le berceau des familles palestiniennes qui vivent ici depuis très, très, très longtemps...
    Chaque peuple a sa propre histoire et mythologie mais en aucun cas l'histoire ne justifie un système de ségrégation.
    Quant au fait que la France émettent des lois d’exception comme Israël. Je tiens à vous rappeler, au cas où vous l'auriez oublié, que les palestiniens des territoires ne sont pas citoyens israéliens. Ce sont 2 systèmes de droits différents qui s'appliquent vis à vis des palestiniens ou des israéliens ce qui n'est pas le cas en France. Donc votre comparaison n'a pas lieu d'être.
    Enfin concernant le fait que vous rendez "chaque semaine en Judée-Samarie", je vous répète que vous seriez bien avisé de vous rendre dans les territoires sous les conditions des palestiniens (check-point ...), pas des israéliens, pour voir votre brouillard d'ignorance se dissiper.


    Signaler
  • Isy Levi
    18 Mars 2016 - 14:57

    Chère Madame Lefebvre,
    Il ne s'agit hélas pas de simples accusations, mais de faits avérés. Pour la petite histoire, je me rends chaque semaine en Judée-Samarie, berceau du Peuple juif o`vit une partie de ma famille. Je peux vous assurer que les minorités habitant en Terre d'Israël et respectant la loi et la sécurité publique sont très heureuses et jouissent de tous les droits. La minorité druze a même des ministres dans le gouvernement. Si les Arabes d'Eretz Israel renoncent à la violence, il ne fait nul doute qu'ils bénéficieront de bien plus de liberté. Faut-il vous rappeler que certains pays tels que la France, l'Egypte, etc ont émis des lois d'exception afin de faire face au terrorisme. S'agit-il d'Etat fascistes?


    Signaler
  • Isy Levi
    18 Mars 2016 - 12:29

    Cher Monsieur Lefebvre,
    L'opposition peut librement se manifester en Israël, et elle ne s'en prive pas. Par contre la trahison est peu appréciée. Certaines ONG salissent l'Etat juif par pure idéologie avec des fonds étrangers, et cela n'est pas admissible. Quant à vos affirmations qu'Israël est un Etat faschiste d'Apatheid, je ne peux que constater que vous avez probablement lu trop de mauvaise littérature. A propos d'effondrement comme un château de carte, force est de constater que le monde arabo-islamique est en train de sombrer dans le chaos.


    Signaler
  • Stéphanie Lefebvre
    18 Mars 2016 - 11:17

    Ce pays est décidément en train de sombrer dans le fascisme. La mise au pas des palestiniens des territoires ou d'Israël ne suffit plus, le pouvoir veut museler toute opposition à sa politique ultranationaliste parmi la population juive.
    Mon penchant optimiste me fait dire que, à l'instar de l'Afrique du Sud, cette politique n'est tellement plus acceptable que pour qu'elle tienne il est nécessaire de taire toute opposition ... jusqu'à ce que ce ne soit plus tenable et que le régime s'effondre comme un château de carte. C'est peut-être le début de la fin de l'Apartheid israélien ... ou pas.


    Signaler
  • Isy Levi
    18 Mars 2016 - 11:09

    Cela me fait penser aux collabos et aux Kapos durant la deuxième guerre mondiale. Des gens qui n'hésitent pas à trahir leur Peuple de la manière la plus honteuse..


    Signaler
  • SOVLANI
    18 Mars 2016 - 09:42

    Ces traîtres doivent être condamnés pour Haute Trahison, en temps de guerre, à la prison à vie, car la peine de mort n'existe pas en Israël!


    Signaler