Diplomatie & défense

La famille du soldat israélien soupçonné de meurtre suite à une fusillade à Hébron se sent "abandonnée"

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s'est exprimé dimanche matin lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement au sujet du soldat israélien qui pourrait être accusé d'homicide volontaire pour avoir tiré sur un terroriste palestinien jeudi à Hébron en Cisjordanie.

"Questionner la moralité de Tsahal (armée israélienne, ndlr) est scandaleux et injuste. Les soldats de Tsahal, nos enfants, s'en tiennent à des valeurs morales constantes alors qu'ils combattent courageusement les meurtriers sanguinaires dans des conditions opérationnelles difficiles", a déclaré le Premier ministre.

"Je suis convaincu que l'enquête prendra en compte tous ces facteurs. Nous devons tous soutenir le chef d'Etat-major, l'armée et nos soldats qui assurent notre sécurité", a-t-il ajouté.

Les commentaires de Netanyahou ont été repris et critiqués par Naftali Bennett, le chef du parti Habayit Hayehudi (Foyer juif) et ministre de l'Éducation au cours de la réunion. "Vous ne pouvez pas condamner le soldat", a déclaré Bennett au Premier ministre, qui lui a répondu en lui demandant de "ne pas lui faire la morale".

La déclaration de Netanyahou survient après que la famille du soldat israélien, qui a été arrêté après la diffusion d'une vidéo où on le voit tirer froidement sur le terroriste palestinien Abed al-Fattah al-Sharif, suite à une attaque au couteau à Hébron, a accusé samedi l'armée israélienne de "l'abandonner".

Le soldat a indiqué à la police militaire lors d'un interrogatoire au cours du week-end qu'il avait tiré sur al-Sharif car il pensait qu'il pouvait porter une bombe sur lui. Cependant, l'armée qui a ouvert une enquête considère sa version des faits avec scepticisme.

Certaines sources de l'armée ont indiqué à Haaretz, que selon elles, si le soldat avait cru que l'agresseur était armé d'un engin explosif, les coups de feu auraient pu déclencher cette la bombe.

HAZEM BADER (AFP)

Dans une conférence de presse à l'extérieur de la maison du soldat, sa sœur s'est tournée vers le chef d'Etat-major de Tsahal Gadi Eisenkot et le porte-parole de l'armée en leur demandant de ne pas se précipiter pour condamner son frère.

Son frère, a-t-elle déclaré, est un "patriote israélien", et elle "craint qu'il n'ait pas un procès juste". La sœur du soldat a par ailleurs indiqué qu'ils ont grandi dans une ville judéo-arabe mixte, et que son frère a des amis issus de toutes les communautés

La page Facebook du soldat suggèrerait toutefois le contraire, notamment en raison de son intérêt pour la page des extrémistes de droite comme Baruch Marzel, rapporte Haaretz.

"Mon petit frère, qui a été amené menotté au tribunal militaire, ne s'attendait pas à recevoir une médaille pour avoir tué le terroriste, il s'attendait (cependant) à une procédure régulière et à un minimum de soutien", a-t-elle déclaré, insinuant que son frère est utilisé comme bouc émissaire par ses commandants supérieurs.

En outre, quelque 60 personnes se sont rassemblées à l'extérieur du camp militaire de Natan à Beer Sheva, où le soldat est gardé en détention, et ont brandi des pancartes appelant Eisenkot être "un chef d'Etat-major israélien, et non pas un (chef d'Etat-major) belge", alors qu'ils agitaient des drapeaux israéliens.

Shoshana Karuchi, une résidente de Beer Sheva a déclaré à Haaretz qu'elle avait rejoint la manifestation "parce que (son) fils a été tué par des terroristes" dans le sud de la bande de Gaza en mai 2015 et qu'elle compatissait avec l'accusé.

Elle a ajouté que "cela aurait pu arriver à n'importe quel soldat" et que "le terroriste aurait pu nuire à d'autres soldats", notant que le Palestinien portait une veste quand il était couché sur le sol et que le soldat n'était pas censé savoir ce qui se trouvait sous cette veste.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou avait dénoncé la semaine dernière le comportement du soldat israélien qui a tiré sur le terroriste palestinien, alors que d'après la vidéo celui-ci était neutralisé, à terre et ne représentait plus aucune menace.

7 Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte