Quantcast i24NEWS - Attentat/Tel-Aviv: les noms des victimes révélés

Attentat/Tel-Aviv: les noms des victimes révélés

Two Palestinians opened fire at a popular Tel Aviv nightspot near Israel's military headquarters killing four people in one of the worst attacks in a months-long wave of violence
Jack Guez (AFP)
Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière contre des Israéliens depuis le début de la vague de violence

Ido Ben Ari, une des 4 victimes de l'attentat au centre commercial Sarona le 8 juin 2016

L'identité des quatre victimes de l'attentat de Sarona à Tel Aviv mercredi soir a été autorisée à la publication jeudi matin. Ido Ben Ari, âgé de 41 ans, originaire de Ramat Gan près de Tel Aviv avait servi dans l'unité d'élite Sayeret Matkal. Ilana Naveh, 39 ans, habitait Tel Aviv. Michaêl Feiga, 58 ans demeurait à Midreshet Ben Gourion et Mila Mishaïev, 32 ans, était originaire de Rishon Le Tzion.

Tous les quatre étaient des citoyens israéliens, une déclaration de la police a ajouté.

Seize autres ont été blessés dans l'attaque. Trois des victimes sont restés en soins intensifs jeudi matin à l'hôpital Ichilov à proximité, ainsi que l'un des assaillants qui a été abattu par un garde de sécurité, selon un porte-parole de l'hôpital.

Au lendemain du drame, l'établissement était ouvert et à moitié plein, des anonymes et des personnalités qui s'y succédaient mettant un point d'honneur à montrer que la vie continuait.

A l'extérieur, sur la pelouse, des dizaines d'adolescents chantaient au son de la guitare. "N'aie pas peur, sois fort si tu es seul", disait l'une de leurs chansons.

Déroulement de l'attaque

La veille, deux hommes en costume-cravate sombre, semblant porter une sorte d'attaché-case selon des images de vidéosurveillance, approchent du restaurant Max Brenner dans un quartier animé de Tel-Aviv vers 21H00.

Ils s'installent à une table et passent commande, selon des témoignages. Puis ils se lèvent et ouvrent le feu avec deux armes de poing, semble-t-il automatiques, semant la panique dans l'établissement très fréquenté. L'une des victimes est exécutée à bout portant, selon la vidéosurveillance. L'un des assaillants perd son chargeur. L'arme de l'autre s'enraye. Ils prennent la fuite. Ils sont arrêtés un peu plus tard, l'un d'eux gravement blessé par balles.

Cette attaque, vivement condamnée par la classe politique locale et par plusieurs leaders mondiaux, est l'une des plus meurtrières de la part de Palestiniens contre des Israéliens depuis le début de la vague de violences qui enflamment la région depuis octobre dernier.

L'un des terroristes a été appréhendé indemne selon les indications de la police, tandis que l'autre a été atteint par des tirs et évacué vers un hôpital.

Ils ont été identifiés par une source municipale dans leur localité de provenance comme étant Khaled Mohammad Makhamrah, 22 ans, en dernière année d'étude en ingénierie électronique selon son père, et Mohamad Ahmad Makhamrah, 21 ans, ouvrier à Yatta, en Cisjordanie.

Tous deux venaient de Yatta, localité proche de Hébron, ville du sud de la Cisjordanie d'où sont originaires des dizaines d'auteurs d'attaques anti-israéliennes.

Le chef adjoint de la police Moshe Edri a déclaré qu'aucune alerte terroriste n'avait été signalée avant la fusillade, renforçant l'idée d'une attaque terroriste menée par des "loups solitaires".

Il a par ailleurs indiqué que la police a déployé des forces supplémentaires dans la ville, et que les écoles resteraient ouvertes jeudi, appelant les habitants à poursuivre leurs activités normalement.

Edry a toutefois imploré la population de faire preuve de prudence et de signaler toute personne suspecte.

Jack Guez (AFP)

Avraham Liber, jeune homme venu de Jérusalem, partageait une glace en terrasse avec des amis. "J'étais assis de telle sorte que j'ai pu voir le tireur", a-t-il relaté. "Il avait l'air d'être assis sur une chaise, et puis il s'est levé, et il s'est mis à tirer comme ça sur les gens autour de lui, à bout portant (...) c'était un truc de dingue", a-t-il ajouté.

Meital Gonen, une jeune femme, a vu des gens se ruer vers la porte de son magasin de vêtements en suppliant: "Il y a un terroriste. S'il vous plaît, ouvrez-nous". "Ils criaient, ils hurlaient, (il y avait) beaucoup de sang, des gens qui mouraient. C'était terrifiant. Nous avons ouvert les portes pour que les gens se mettent à l'abri".

Scènes de panique

L'attaque perpétrée a une nouvelle fois provoqué des scènes de panique. Elle a également suscité un flot de rumeurs comme celle, démentie ensuite, selon laquelle un tireur avait réussi à prendre la fuite.

"Nous n'avons pas connaissance du fait qu'un autre terroriste serait dans la nature, donc pour nous, les gens peuvent reprendre le cours normal de leur vie", a déclaré le chef de la police, Chico Edri, après que le secteur eut été provisoirement bouclé.

Netanyahou et son cabinet de sécurité vont se rassembler jeudi afin de discuter sur des mesures supplémentaires à prendre pour répondre à l'attaque.

La municipalité de Tel Aviv a annoncé un renforcement de la sécurité auprès des écoles, des bâtiments publics et des lieux fréquentés.

Cependant, a convenu le maire Ron Huldai cité par un porte-parole, "nous ne pourrons pas mettre un policier à l'angle de chaque rue". "Le terroriste solitaire peut surgir à tous les coins de rue, telle est la réalité avec laquelle il nous faut vivre", a-t-il dit.

Jack Guez (AFP)

Tel-Aviv avait été le théâtre le 1er janvier d'une attaque analogue quand un Arabe israélien avait ouvert le feu sur des terrasses d'établissements, tuant deux personnes et faisant plusieurs blessés. Il avait ensuite tué un chauffeur de taxi dans sa fuite. Il avait été abattu une semaine plus tard.

Israël est en proie à une vague de violences depuis le 1er octobre dernier. Le rythme des attaques s'était considérablement ralenti au cours des derniers mois.

A lire sur i24NEWS
Ailleurs sur le web

Commentaires

(2)

Paraît il qu a Paris on parle de paix entre gens civilisés......??????!!!!!!!

Ce Paris n'est pas en France

8Article précédentRwanda: Israël a arrêté la livraison d'armes 6 jours après le début du génocide en 1994
8Article suivantAttentat/Tel Aviv: condamnations dans le monde, un acte "héroïque" pour le Hamas