Diplomatie & défense

Israeli soldiers take part in a military exercise including infantry, tanks and artillery units, in the northern part of the Israeli-annexed Golan Heights near the border with Syria on June 23, 2016
"L’opération visait peut-être à examiner nos capacités et notre niveau de préparation"

Le porte-parole de l’armée israélienne, Moti Almoz a déclaré lundi, qu'il est peu probable que l’attaque du groupe terroriste État islamique (EI) soit une déclaration de guerre officielle contre l’État hébreu, a rapporté le journal saoudien basé à Londres Elaph.

Lors d’une entrevue donnée au journal révélée mardi par le Times of Israel, Almoz s’est vu interrogé sur les réelles motivations de l’EI concernant l’attaque et plus précisément s’il s’agissait une nouvelle phase amorcée par le groupe terroriste sur les hauteurs du Golan.

"L’opération visait peut-être à examiner nos capacités et notre niveau de préparation", a présumé Almoz.

"Ce n’était pas une coïncidence, que l'attaque a été menée samedi matin, après le Shabbat, jour de repos hebdomadaire, sachant qu'il s’agit d’un jour calme avec des actions militaire de routine", a-t-il ajouté.

L'armée de l'air israélienne a mené un raid contre des infrastructures de l’EI à la frontière avec la Syrie dans la nuit de dimanche à lundi, en représailles à cette attaque.

Les avions israéliens ont visé un bâtiment abandonné de l'ONU qui avait servi de base dimanche pour l'attaque de djihadistes, dont quatre avaient ensuite été tués, a affirmé l'armée dans un communiqué.

1 Commentaire

Vous devez être connecté pour commenter. Connectez-vous ou créez un compte