L'Allemagne estime que la poursuite des implantations peut mener à une guerre

Le vice-chancelier et ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel le 10 janvier 2017 à Düsseldorf
Federico Gambarini (dpa/AFP/Archives)
Berlin a annulé un sommet à Jérusalem, suite à la loi dite de "régulation" adoptée à la Knesset la semaine

Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a déclaré jeudi que la poursuite des constructions dans les implantations juives de Cisjordanie mettait en péril la possibilité d'une solution à deux Etats entre Israël et les Palestiniens et pourrait conduire à la guerre au Moyen-Orient

"Nous sommes préoccupés par le fait que la construction illimitée des implantations ne rende une solution à deux États impossible et n'augmente les risques de conflits au Moyen-Orient, notamment une possible guerre", a déclaré Sigmar Gabriel lors d'une conférence de presse en marge d'une réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 à Bonn, en Allemagne.

Bien qu'elle soit un des alliés les plus importants d'Israël, l'Allemagne a récemment adopté une position plus critique à l'égard de l'Etat hébreu, notamment sur la question des implantations israéliennes.

Le quotidien Haaretz a annoncé lundi que l'Allemagne avait annulé un sommet à Jérusalem entre les gouvernements israélien et allemand, suite à la loi adoptée la semaine dernière à la Knesset qui légalise les implantations construites sur des terres privées palestiniennes, ainsi qu'à l'annonce, ces dernières semaines, de la construction de près de 6.000 nouvelles unités de logement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

HAZEM BADER (AFP/Archives)

L'annulation du sommet a été suivie de critiques exceptionnellement sévères émises par l'Allemagne la semaine dernière après l'adoption de la loi dite de régulation

Le ministère des Affaires étrangères a affirmé si que les nombreux d'Allemands qui "supportent fermement le camp d'Israël dans un esprit de solidarité sincère sont déçus" par l'adoption de cette loi.

"La confiance que nous avons dans l'engagement du gouvernement israélien envers la solution des deux États a été profondément ébranlée", avait-il déclaré un communiqué.

Jeudi, Sigmar Gabriel a estimé que la loi de régulation était particulièrement problématique aux yeux de l'Allemagne,. Merkel n'a pas commenté publiquement la loi.

Les remarques de Gabriel interviennent après que le président américain Donald Trump a semblé revenir sur l'engagement des États-Unis à une solution à deux États lors d'une conférence de presse conjointe mercredi avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou.

Outre l'Allemagne, d'autres pays ont réitéré leur soutien à la solution à deux Etats suite aux remarques de Trump. La Grande-Bretagne, la France et la Suède ont réaffirmé leur soutien à l'Etat palestinien dans le cadre d'un accord de paix définitif.

Lors d'une réunion du Conseil sur le conflit israélo-palestinien jeudi, l'ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley a également déclaré que les Etats-Unis "appuyaient" absolument la solution à deux États.

Commentaires

(0)
8Article précédentLe Hamas rejette l'offre d'une aide économique proposée par Lieberman
8Article suivant"Quand je parle de l'Iran, je le fait aussi au nom des pays arabes" (Netanyahou)