Quantcast

Nouvelle charte du Hamas: "Notre but est toujours la destruction d'Israël"

Members of the Ezzedine al-Qassam Brigades, the militant wing of the Palestinian Islamist movement Hamas, patrol in the southern Gaza Strip
SAID KHATIB (AFP/File)
L'Etat hébreu dénonce une tentative de l'organisation terroriste de duper les pays occidentaux

Un responsable du Hamas a affirmé mercredi que la nouvelle charte du groupe terroriste palestinien dévoilée la semaine dernière ne remettait pas en cause le principe de destruction d'Israël, préconisé dans le document précédent.

Mahmoud al-Zahar, qui prononce régulièrement des déclarations incendiaires à l'égard de l'Etat hébreu, a affirmé depuis Gaza que la nouvelle charte amendée du Hamas, qui a été dévoilée au Qatar le 1er mai dernier par le chef sortant du Hamas, Khaled Mashaal, ne contredisait pas son engagement fondateur, publié en 1988.

Le nouveau document du Hamas visait à adoucir les propos du mouvement islamiste à l'égard d'Israël, mais l'Etat hébreu s'est empressé de dénoncer une tentative d'amadouer les pays occidentaux.

Si le Hamas accepte maintenant l'idée d'un futur Etat palestinien limité à la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza, la nouvelle charte, qui ne reconnaît pas toujours à Israël le droit d'exister, appelle encore à "la libération de toute la Palestine historique" et estime que la résistance armée est un moyen pour atteindre cet objectif.

KARIM JAAFAR (AFP)

"La promesse faite par le Hamas devant Dieu était de libérer toute la Palestine", a déclaré Zahar mercredi. "La charte est le cœur de la position (du Hamas)".

De nombreux pays occidentaux considèrent le Hamas comme un groupe terroriste car il ne renonce pas à la violence, ne reconnaît pas à Israël le droit d'exister, ni les accords de paix israélo-palestiniens intérimaires existants.

Dans son nouveau document, le Hamas dit accepter un Etat palestinien de transition dans les frontières de 1967 mais continue de s'opposer à reconnaître le droit d'Israël à l'existence et de soutenir la lutte armée.

A l'inverse du Hamas, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, reconnu par les grandes puissances, et qui dirige le mouvement rival du Hamas, le Fatah, qui contrôle la Cisjordanie, affirme qu'il reconnaît Israël et qu'cherche à conclure un accord de paix définitif.

"Une offense"

Zahar a démenti que le Hamas essayait de s'aligner sur la position de Fatah.

"Quand les gens disent que le Hamas a accepté les frontières de 1967, comme d'autres, c'est une offense pour nous", a déclaré Mahmoud al-Zahar.

"Nous avons réaffirmé les principes immuables et constants selon lesquels nous ne reconnaissons pas Israël, nous ne reconnaissons pas les terres occupées en 1948 comme appartenant à Israël et nous ne reconnaissons pas que le fait que les gens qui sont venus ici (juifs) possèdent cette terre", a-t-il ajouté.

"Par conséquent, il n'y a pas de contradiction entre ce que nous avons dit dans le document et la promesse que nous avons faite à Dieu dans notre charte (originale)", a-t-il dit.

Dans une vidéo diffusée par ses services, Netanyahou a jeté symboliquement le "document rempli de haine" du Hamas dans une poubelle, affirmant que le groupe terroriste essayait de tromper le monde.

GIL COHEN-MAGEN (äàøõ/AFP)

Selon la chaîne israélienne Channel 2, Abbas et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou se rencontreront à l'occasion de la première visite du président américain Donald Trump dans la région le 22 mai prochain.

Abbas et Netanyahou n'ont pas eu d'entretien direct substantiel depuis 2010.

Commentaires

(2)
goliat

Si le Hamas pense détruire Israel. SACHEZ QU ISRAEL AUSSI PENSE À VOUS DÉTRUIRE

SOVLANI

Et ils pensent qu'ils vont nous faire peur! Cela fait 70 ans que nous entendons des déclarations aussi belliqueuses mais leurs auteurs sont tous 6 pieds sous terre ou avec leurs 80 vierges!

8Article précédentLe Fatah appelle ses membres en prison à participer à la grève de la faim
8Article suivantGrève de la faim: heurts entre soldats israéliens et manifestants palestiniens