Quantcast

Mur occidental: la Maison Blanche se désolidarise des propos du diplomate US

Ultra-Orthodox Jews gather at the Western Wall ahead of priestly blessing
Shelby Weiner
"Israël est convaincu que le commentaire est en contradiction avec la politique du président Trump"

La Maison Blanche s'est désolidarisée des propos d'un haut responsable de la délégation en charge du prochain voyage du président américain Donald Trump en Israël affirmant que le Mur Occidental ne faisait pas partie d'Israël", dans un communiqué publiée mardi.

"Ces commentaires, s'ils sont vrais, n'étaient pas autorisés par la Maison Blanche. Ils ne reflètent pas la position américaine, et certainement pas la position du président Trump", a affirmé un porte-parole de la Maison Blanche au quotidien israélien Haaretz.

Le responsable américain avait refusé lundi que Trump soit accompagné du Premier ministre Benyamin Netanyahou lors de sa visite prévue au Mur des Lamentations de Jérusalem, une demande formulée par les autorités israéliennes.

Le motif invoqué par ce haut responsable à ses homologues israéliens: le lieu sur lequel se trouve le Mur "ne fait pas partie de votre territoire."

Jessi Satin/ i24news

La délégation des États-Unis se serait ensuite opposée à ce que le président américain soit accompagné par Netanyahou, en raison du caractère "privé" de sa visite. 

Channel 2 rapporte qu'après que la délégation israélienne a demandé si une équipe de tournage serait autorisée à couvrir en direct la visite de Trump au Mur des Lamentations, le responsable américain aurait rétorqué: "De quoi parlez-vous? Cela ne vous regarde pas. Cela ne relève même pas de votre responsabilité. Il ne s'agit pas de votre territoire. Ça (ce territoire) fait partie de la Cisjordanie".

Ces propos avaient conduit Israël à demander "des éclaircissements" à Washington sur l'incident.

"Le commentaire selon lequel le Mur occidental fait partie de la Cisjordanie a été reçu avec étonnement", a déclaré un responsable israélien à Channel 2.

Toutefois "Israël est convaincu que le commentaire est en contradiction avec la politique du président Trump, qu'il a exprimée lors de son opposition féroce à la dernière résolution du Conseil de sécurité de l'ONU", a-t-il ajouté se référant à la Résolution 2334 de l'ONU adoptée en décembre dernier.

AFP

Aucun président américain ne s'est jamais officiellement rendu au Mur occidental, le site le plus saint du judaïsme, puisque la politique américaine affirme que le statut final de Jérusalem n'a pas encore été déterminé.

Début mai, une résolution sur le statut de Jérusalem présentant Israël comme "puissance occupante" a été entérinée par le Conseil exécutif de l'Unesco en séance plénière.

Cette résolution, proposée par plusieurs pays arabes stipule notamment que "toutes les mesures (...) prises par Israël, une puissance occupante, qui ont altéré ou visent à altérer le statut de la Ville sainte de Jérusalem" seront "nulles et non avenues et doivent être annulées".

Elle dénonce notamment la loi d'annexion de Jérusalem-Est prise en 1967 par Israël.

Commentaires

(2)

non Ouzbek

Danstern

ça fait partie du territoire indien sans doute ?

8Article précédent"Le temps est venu" de tuer Bachar al-Assad (ministre israélien)
8Article suivantImplantations: reprise d'un vieux projet de construction stoppé pour faillite