Quantcast

Le président du Cap-Vert nie avoir promis de ne plus voter contre Israël à l'ONU

Cape Verde's President Jorge Carlos Fonseca's win was by no means a surprise, after his liberal Movement for Democracy enjoyed a string of landslide victories this year
Jim Watson (AFP/File)
"Le Cap-Vert a annoncé qu'il ne voterait pas contre nous dans les institutions de l'ONU", a dit Netanyahou

Le président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, a démenti mardi dans un communiqué, les propos tenus par le Premier ministre israélien - à deux reprises au cours de la semaine dernière - selon lesquels le petit État insulaire au large de l'Afrique de l'Ouest avait promis de ne plus voter contre Israël à l'ONU.

Le bureau de Benyamin Netanyahou a annoncé la semaine dernière que cette décision avait été prise après une rencontre il y a deux mois entre Netanyahou et Fonseca en marge d'un sommet des pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dans la capitale du Libéria, à Monrovia.

Le Premier ministre a par ailleurs mentionné dimanche ce changement dans la politique du Cap-Vert au début de la réunion hebdomadaire du cabinet ministériel alors qu'il rappelait que de nombreuses pressions avaient été exercées sur le président togolais pour annuler la conférence Afrique-Israël, qui se tiendra au Togo dans deux mois.

"Ces pressions sont le meilleur témoignage du succès de notre politique, de la présence d'Israël en Afrique", a rétorqué Netanyahou, avant d'ajouter que "la semaine dernière, le Cap-Vert a annoncé qu'il ne voterait pas contre nous dans les institutions des Nations-Unies. Ceci est important et cela témoigne de ce succès."

Tout en reconnaissant qu'il avait bien rencontré Netanyahou lors du sommet de la CEDEAO en juin dernier, le président du Cap-Vert a toutefois déclaré que la question des "processus de vote du Cap-Vert dans différents forums internationaux, ainsi que les mécanismes de leur mise en œuvre par l'intermédiaire de représentants du Cap-Vert, n'ont pas été abordés - et encore moins discutés - car ils impliquent une articulation entre deux corps souverains, selon les compétences de chacun".

Le long communiqué indique cependant que Jorge Carlos Fonseca "attache la plus grande importance aux relations internationales du Cap-Vert", qui sont considérées comme cruciales pour le développement du pays.

Ainsi, le communiqué précise par ailleurs que lors de la rencontre avec Netanyahou à Monrovia, "plusieurs questions liées à la coopération entre les deux pays, comme l'agriculture, l'énergie, le tourisme et la sécurité, ont été traitées et (les deux dirigeants, ndlr) ont réitéré leur intérêt mutuel à renforcer ces liens".

Selon des sources diplomatiques à Jérusalem, la position actuelle de Fonesca est le résultat de la pression exercée sur le pays par d'autres nations arabes qui s'opposent à la politique d'ouverture qu'Israël s'efforce d'instaurer en Afrique.

Le Cap-Vert est un archipel composé d'une dizaine d'îles, dont la population est d'environ 525.000 habitants.

Le pays a très souvent voté contre Israël à l'ONU, même s'il s'est abstenu ou s'est absenté lors de certains votes sur des questions liées à l'Etat hébreu comme en 2009 quand l'Assemblée générale des Nations-unies a adopté le rapport Goldstone accusant Israël de "crimes de guerre" lors de l'opération "Plomb durci" à Gaza.

Le pays s'est également abstenu lors du vote de l'UNESCO en 2011, lequel a permis à la "Palestine" de devenir le 195e membre de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

Commentaires

(2)
elzo

Israël a perdu trop de temps a revenir en Afrique, cela a permis au monde arabe d'imposer sa vision des faits, mais dans le fond les états africains savent de qui ils ne peuvent se passer en matière de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme radicale

goliat

Cap vert île sous développé qui ne se complaît que dans la culture de la sorcellerie

8Article précédentDeux Palestiniens et un soldat israélien blessés en Cisjordanie
8Article suivantIsraël: l'armée dévoile un vaste plan pour lutter contre les tunnels du Hamas