Quantcast i24NEWS - "Opter pour la solution à deux Etats rendrait les USA partiaux" (Washington)

"Opter pour la solution à deux Etats rendrait les USA partiaux" (Washington)

Heather Nauert, porte-parole du Département d'Etat américain
Capture d'écran Youtube - Département d'Etat
Kushner est arrivé à Jérusalem où il doit poursuivre ses consultations en vue de la reprise des négociations

S'engager pour une solution à deux États ferait perdre son impartialité à Washington dans ses efforts pour relancer la paix entre Israël et les Palestiniens, a affirmé mercredi une responsable américaine, citée par le Times of Israel, alors que les envoyés du président Trump sont arrivés à Jérusalem pour continuer les consultations en vue de renouer le dialogue entre les deux camps.

"Nous n'allons pas décider quel doit être le résultat (des négociations)", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Heather Nauert. "Le résultat doit être atteignable pour les deux parties (…) Il faut éviter de pencher plus pour un côté que pour un autre, afin de faire en sorte qu'ils y arrivent".

Ses propos interviennent alors que les Palestiniens se sont récemment plaints du refus de la Maison Blanche d'approuver officiellement la solution à deux États, une rupture avec la précédente politique américaine.


Paix au Proche-Orient: Jared Kushner en Israël by i24news-fr

Dimanche, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré à un groupe de députés israéliens qu'il avait déjà rencontré des émissaires de Trump à vingt reprises, mais qu'il n'avait toujours aucune idée de la position de Washington sur le processus de paix, estimant que l'administration américaine était en plein "chaos".

Vers un démantèlement de l'Autorité palestinienne?

Selon Al-Hayat, le dirigeant palestinien envisagerait le démantèlement de l'Autorité palestinienne, de son gouvernement et de son conseil législatif, ainsi que le transfert des pouvoirs au Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui deviendrait alors le seul pouvoir exécutif de la région.

Les déclarations se multiplient du côté palestinien alors qu'une délégation conduite par le conseiller principal et gendre de Trump Jared Kushner est arrivée en Israël mercredi soir, après des réunions conduites avec plusieurs dirigeants du Moyen-Orient en Egypte, en Arabie Saoudite et en Jordanie.

Kushner, l'envoyé spécial pour les négociations internationales Jason Greenblatt et l'adjointe à la sécurité nationale, Dina Powell, rencontreront séparément Benyamin Netanyahou et Mahmoud Abbas.

JIM WATSON (AFP/File)

Mardi, Ahmad Majdalani, un proche conseiller d'Abbas, a déclaré que les Palestiniens avaient demandé à Kushner lors de sa dernière visite en juin dernier de se prononcer sur deux questions clés: les implantations israéliennes en Cisjordanie et le soutien à l'indépendance palestinienne

"Depuis, nous n'avons pas entendu parler d'eux", a-t-il dit.

"Nous espérons qu'ils apporteront cette fois des réponses claires", a-t-il ajouté. "Sinon, le processus de paix ne pourra pas reprendre, parce que nous ne pouvons pas négocier à partir de rien".

Commentaires

(5)

Alors là, il y a un os dans la banane... Au moment où toute la planète hurle de toutes ses forces que seule la solution dite "à deux Etats" est la seule qui vaille, parions que l'UE, pour montrer qu'elle existe encore, ne va pas manquer cette occasion pour répéter pour la énième fois, que décidément, Trump est un président qui ne comprend rien aux problèmes internationaux, qu'il fait preuve d'irresponsabilité en envoyant sa représentante pour en faire part à ses interlocuteurs, que c'est un homme dangereux, qu'il va faire exploser la région dans le feu et le sang... Bref, attendons-nous à une tempête de déclarations enragées de la part de tous ceux qui n'ont toujours pas compris que le conflit israélo-palestinien n'est pas un conflit de territoires, mais le refus de voir un Etat juif et démocratique, vivre à quelques kilomètres d'eux... Cela leur est tout simplement insupportable...

résolution adoptée à l’unanimité par la Société des Nations en 1922, confirmant la création d’un foyer national pour le peuple juif sur le territoire historique de la Terre d’Israël. Cela comprenant bien évidemment la Judée Samarie et Jérusalem. Cette résolution est irréversible et ne pourra juridiquement jamais être annulée par aucune autre résolution CQFD. La Cisjordanie a été conquise au roi de Jordanie et appartient à Israël historiquement et légalement, c'est pour cela que l'ONU se casse les dents à voter des résolutions qui n'aboutissent à rien.Le droit international ( vote par Sté des nations irréversible) est du coté d’Israël. Les palestiniens ont déjà un état la Jordanie et un 2° état ou territoire Gaza (une poubelle dirigée par une dictature le Hamas).

James . Vous oubliez : sans porter atteinte aux droits des autres minorites . La jordanie n'est pas le pays des arabes de Judee Samarie

Prof. Louis-René Beres: « Un Etat palestinien serait une menace existentielle pour Israël » Le Prof. Louis-René Beres, professeur émérite en Sciences politiques et Droit international à l’Université de Purdue (Indiana) a écrit un article retentissant qui a paru sur le site Begin-Sadate Center for Strategic Studies. Evoquant l’éventualité de la future création d’un Etat ‘palestinien’, ce spécialiste du terrorisme et des questions nucléaires affirme qu’un tel scénario constituerait une réelle menace pour l’existence de l’Etat d’Israël, « beaucoup plus que le déclenchement d’une troisième Intifada ou la poursuite du terrorisme à son niveau actuel ». Il prévoit que la présence d’un tel Etat augmenterait le nombre d’attentats et risquerait même de provoquer à terme une guerre nucléaire régionale. Il a qualifié  cette menace « d’indirecte » en donnant l’exemple suivant: celui d’un homme qui ne meurt pas directement d’une maladie bénigne, mais cette maladie l’affaiblit à tel point qu’elle le rendra vulnérable à d’autres maladies fatales. Le Professeur Beres décrit ici, de manière consciente ou inconsciente, la stratégie adoptée par l’OLP qui est d’affaiblir Israël par étapes, y compris au moyen du « processus de paix », en espérant un jour vaincre définitivement. Le  Prof. Beres rajoute qu’il n’y a aucune chance pour que le terrorisme arabe paletinien disparaisse au cas où un Etat ‘palestinien’ voyait le jour, bien au contraire, car les dirigeants d’un tel Etat profiteraient alors de leur statut juridique reconnu à l’ONU et de leur pouvoir décuplé pour s’en prendre de plus belle à l’Etat juif, et continueraient à parler de « Palestine occupée » et « d’ennemi sioniste ».

Les palestiniens sont par essence des gens antipathique et en premier lieu leur leader abbas. Avant de négocier ils posent plusieurs conditions. Ils veulent continuer payer sur des soldes à leurs soldats terroristes emprisonné en israEl. Arrêts des constructions. Retour aux frontières de 67 Jérusalem est pour capitale Retour de tous les réfugiés palestiniens en israel Construire un aéroport et un port à gaza et en samarie. Et des autres conditions oublies Cela équivaudrait à la disparition de israel. Ce qui il ne ont pas pu faire par la guerre il le ils veulent par la diplomatie. Israël pourrait aussi mettre comme condition que tous les palestiniens partent dans leur patrie de origine en Jordanie. Mais comme c'est deux options sont irréalisables et irrealistes il faut un compromis que les palestiniens ne sont pas prêts de faire.

8Article précédentIsraël moque l'aide humanitaire de l'Autorité palestinienne au Venezuela
8Article suivantAnalyse: l'ombre de 1948 risque de hanter les négociations menées par les USA