Quantcast i24NEWS - "La coopération avec les pays arabes n'a jamais été aussi bonne" (Netanyahou)

"La coopération avec les pays arabes n'a jamais été aussi bonne" (Netanyahou)

Benjamin Netanyahu à l'Elysée lors de sa visite à Paris le 16 juillet 2017
STEPHANE MAHE (POOL/AFP/Archives)
Le PM israélien s'est félicité des avancées diplomatiques avec de nombreux pays, réalisées cette année

Le niveau de coopération qu'Israël entretient avec le monde arabe n'a jamais été aussi élevé de toute son histoire, a déclaré mercredi le Premier ministre Benyamin Netanyahou lors du traditionnel toast au ministère des Affaires étrangères qui précède le nouvel an juif (Rosh Hashana) qui a lieu cet année le 20 septembre.

Netanyahou a affirmé que la coopération avec les pays du monde arabe est aujourd'hui plus importante que lors de la signature des accords avec l'Egypte et la Jordanie.

Selon le dirigeant israélien, la coopération avec les pays arabes se fait "de différentes manières" et "à différents niveaux", mais elle n'est pas publique. Et même si elle n'est pas publique, "elle est beaucoup plus importante que lors toutes les autres périodes de l'histoire d'Israël. C'est un énorme changement", a-t-il assuré.

Netanyahou, qui est également ministre des Affaires étrangères de l'Etat hébreu, a annoncé qu'il se rendrait en Amérique latine et à New York la semaine prochaine, avant de revenir en Israël juste avant Rosh Hashana.

Balazs Mohai/AP

Le Premier ministre, qui s'est montré particulièrement optimiste sur le statut d'Israël dans le monde, a déclaré que l'alliance avec les États-Unis était "plus forte que jamais" et qu'il existait des liens solides avec l'Europe et des ouvertures en Europe de l'Est.

"Il y a de grandes percées sur tous les continents : notre retour en Afrique et l'expansion de notre assistance technique suscitent beaucoup d'intérêt sur ce continent ", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre a rappelé que des avancées importantes avaient également été réalisées durant l'année en Asie (avec la Chine, l'Inde et le Japon notamment) ainsi qu'avec certains pays musulmans, comme l'Azerbaïdjan et le Kazakhstan, qu'il a visité en décembre dernier.

Netanyahou s'est aussi félicité du "grand changement" dans les relations avec la Russie, qui revêt une grande importance pour les liens économiques et culturels, et qui est également crucial au regard de la situation en Syrie, en raison de l'importance stratégique de la coordination avec Moscou.

Le chef de l’Etat hébreu a également évoqué son prochain voyage en Argentine, en Colombie et au Mexique, qui précédera sa venue à l'Assemblée générale de l'ONU à New York, désignant un "marché énorme au sein d'un grand bloc de pays importants".

Alexey Gromov

"La percée diplomatique d'Israël a été rendue possible parce que l'hypothèse de base, selon laquelle le monde s'ouvrira à Israël seulement s'il existe un accord avec les Palestiniens, s'est révélée fausse", a-t-il déclaré.

"Un tel accord, qu'Israël souhaite, aidera la position d'Israël dans le monde, mais le monde s'ouvre sans lui", a-t-il ajouté.

"Ce phénomène se produit car Israël développe deux points forts qui débouchent sur un troisième : il cultive sa puissance économique et technologique, ce qui lui permet de nourrir des capacités uniques de renseignement militaire, et cette combinaison conduit à la force diplomatique", s'est-il réjoui.

"Le monde entier change. Cela ne signifie pas qu'il change dans les forums internationaux, à l'ONU ou à l'UNESCO", a-t-il conclu.

Commentaires

(1)

Un grand chantier que celui qu'il consiste à apprendre à communiquer avec tous les pays. Notamment, avec les pays arabes. Un citoyen des pays arable n'a comme source d'information que ce dont les médias de son pays veulent bien communiquer sur les conflicts régionaux. Et cela est d'autant plus vrai que l'ère de la diffusion tout azimut de Al Jazeera s'amenuise. La chaîne Quatarienne présente à travers les pays de la région, et en Israël, diffusant une information très orientée, ces pays ont mis du temps à prendre des mesures contre la tumeur qui les rangeait de l'intérieur. Il était temps ! Il est aujourd'hui illusoire qu'un pouvoir arable, prendrait le risque de rétablir l'image d'Israël, sans risquer un mouvement de déstabilisation déjà amorcé, par une autre crise intra-culturelle dans le monde arabe. C'est donc une voix Israélienne en Arabe qui devrait fair le travail de la "Hasbara", afin que le changement des mentalités vienne par le bas. Une conscience acquise, ne peut être ignorée. Elle génère un questionnement, une introspection et dans les meilleurs des cas, la recherche de la vérité. En employant les mêmes méthodes d'Al Jazeera, comme la diffusion satellite en clair, que les prochaines générations, aurons suffisamment d'éléments pour construire leur propre avis sur la question. Alors, au travail ...

8Article précédentNetanyahou au CICR: "Aidez-nous à faire libérer les Israéliens détenus à Gaza"
8Article suivantIsraël: le chef de bureau d'Al Jazeera exclu d'une conférence