Quantcast i24NEWS - Netanyahou en Amérique latine: Israël en quête de nouvelles opportunités

Netanyahou en Amérique latine: Israël en quête de nouvelles opportunités

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 24 juillet 2017 à Jérusalem
JACK GUEZ (POOL/AFP/Archives)
Le chef de l'Etat hébreu va se rendre à Buenos Aires 25 ans après l'attaque contre l'ambassade israélienne

Benyamin Netanyahou entame lundi la première tournée d'un chef de gouvernement israélien en Amérique latine, avec notamment une escale en Argentine 25 ans après l'attaque contre l'ambassade israélienne à Buenos Aires.

Israël cherche à élargir ses liens économiques et commerciaux avec de nouvelles régions et à se rapprocher de pays susceptibles de voter en sa faveur auprès des instances de l'ONU.

Le Premier ministre, qui quittera Israël dimanche, se rendra en Argentine, en Colombie et au Mexique (11-15 septembre), avant de participer à New York à l'Assemblée générale des Nations unies.

Cette visite "historique" sera la première en Amérique latine d'un Premier ministre israélien en poste, a affirmé M. Netanyahou avant son voyage.

STEPHANE MAHE (POOL/AFP/Archives)

"Nous développons actuellement des liens avec l'Amérique latine, c'est un marché énorme", a-t-il indiqué.

Selon lui, la communauté internationale porte cette année moins d'intérêt au conflit avec les Palestiniens qu'auparavant.

"La supposition sous-jacente était que si nous arrivions à un accord avec les Palestiniens, ce que nous voulions et voulons toujours, le monde s'ouvrirait à nous. Il n'y a pas de doute que cela aiderait mais le monde s'ouvre même sans cela", a dit le Premier ministre.

Le ministre argentin des Affaires étrangères Jorge Faurie a toutefois évoqué "des inquiétudes" concernant "les relations d'Israël avec les pays du Proche Orient".

Le passage de M. Netanyahou en Argentine lundi et mardi devrait permettre de renforcer les liens commerciaux entre les deux pays.

"Il y a une bonne opportunité d'augmenter les investissements et les échanges commerciaux", a souligné un haut responsable au sein du ministère argentin des Affaires étrangères.

Cérémonie

L'étape argentine aura une portée particulière, avec la participation de M. Netanyahou à une cérémonie en mémoire des victimes de deux attentats terroristes à la bombe qui ont visé en 1992 l'ambassade d'Israël (29 morts et 220 blessés) et en 1994 un centre communautaire juif (84 morts et 300 blessés).

Israël a accusé le mouvement terroriste libanais Hezbollah d'avoir perpétré l'attentat contre l'ambassade.

Des enquêteurs argentins ont accusé cinq anciens responsables iraniens d'avoir commandité auprès du Hezbollah l'attentat contre le centre communautaire. L'Iran a démenti toute implication.

Ces attaques avaient provoqué une onde de choc au sein de la communauté juive argentine, la plus importante d'Amérique latine avec quelque 300.000 personnes.

AFP

Après l'Argentine, M. Netanyahou se rendra mercredi en Colombie puis jeudi au Mexique.

Il doit rencontrer les chefs d'Etat de ces trois pays, ainsi que des membres de leur communauté juive, et rencontrera également le président du Paraguay, Horacio Cartes, dans la capitale argentine.

Israël est un acteur majeur dans l'industrie de la défense, avec notamment 550 millions de dollars d'exportations en Amérique latine en 2016 dans ce secteur.

Mais son expertise dans les domaines des hautes technologies ou de l'agriculture est également appréciée à l'étranger.

L'Argentine fera une déclaration concernant le transfert de quelque 140.000 documents et photos historiques de la Seconde Guerre mondiale pour permettre de nouvelles recherches sur la Shoah.

Israël et la Colombie signeront par ailleurs des accords dans les domaines des sciences et du tourisme. Et au Mexique, un mémorandum d'entente concernera notamment l'aviation et les communications, a indiqué le bureau de M. Netanyahou.

"Il y a environ 150 entreprises israéliennes actives au Mexique, une centaine en Colombie et un nombre croissant en Argentine", a expliqué Modi Efraim, chef du département Amérique latine au ministère des Affaires étrangères.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: le chef de bureau d'Al Jazeera exclu d'une conférence
8Article suivantL'armée US va tester le "Dôme de fer" pour une utilisation en Europe