Quantcast i24NEWS - Crise du Golfe: l'émir du Qatar reçu à l'Elysée vendredi

Crise du Golfe: l'émir du Qatar reçu à l'Elysée vendredi

L'émir cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, le 11 juillet 2017 à Doha
AFP/Archives
"Le Qatar comme l'ensemble des pays du Golfe sont des pays amis et alliés" a affirmé l'Elysée

Emmanuel Macron reçoit vendredi à l'Elysée l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, qui a décidé de se rendre à Paris avant son déplacement à l'Assemblée générale de l'ONU, a annoncé l'Élysée jeudi.

"Cette rencontre sera l'occasion d'échanger sur la crise dans le Golfe qui fait l'objet d'une attention particulière de la part du président de la République, dont les appels au dialogue et à la stabilité de la région sont constants", selon la même source.

"Le Qatar comme l'ensemble des pays du Golfe sont des pays amis et alliés et le président attache une grande importance au maintien du dialogue avec tous ses partenaires, en soutien à la médiation koweitienne", ajoute l'Elysée.

Cette rencontre doit aussi être l'occasion d'évoquer la question de la lutte contre le financement du terrorisme et de discuter des moyens pour renforcer la coopération entre les deux pays.

Début septembre, le Qatar a fait savoir qu'il souhaitait "accroître la coopération économique" avec la France, tout en se disant "satisfait" de la coordination sécuritaire avec Paris, à l'occasion d'une visite du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.  

Depuis trois mois, le Qatar cherche à montrer que ses relations avec les pays occidentaux restent bonnes en dépit de la crise qui oppose depuis plus de trois mois le richissime Etat gazier à ses voisins du Golfe.

Emmanuel Macron avait déjà souhaité participer à un règlement de la crise en s'entretenant début août au téléphone avec le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane.

Le 5 juin, l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques (arrêt des liaisons aériennes, maritimes et terrestres) après l'avoir accusé de soutenir des groupes islamistes radicaux. Doha a rejeté ces accusations.

L'émir se rendait ce jeudi en Turquie pour rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan, son premier déplacement à l'étranger depuis le début de la crise.

Commentaires

(1)
Hakos

Ami=$

8Article précédentLe président colombien remercie Israël pour sa contribution à la paix
8Article suivantLe Mexique et Israël veulent renforcer leurs liens commerciaux