Quantcast i24NEWS - Israël: Herzog exprime ses doutes sur l'initiative US pour la paix (i24NEWS)

Israël: Herzog exprime ses doutes sur l'initiative US pour la paix (i24NEWS)

Le chef de l'opposition israélienne Isaac Herzog est l'invité d'i24NEWS
i24NEWS
Pour le chef de l'opposition, la réconciliation Fatah/Hamas renforce le camp de la solution à 2 Etats

Le chef de l'opposition israélienne et ex-leader de l'Union sioniste (gauche) Yitzhak Herzog a émis des doutes sur l'initiative américaine du président Donald Trump pour aboutir à la paix au Proche-Orient, lors d'une interview accordée dimanche à i24NEWS.

Si Herzog a salué les bonnes intentions du président américain, et sa volonté d'arriver à un accord de paix total, il a affirmé ne pas "être certain qu'il arrive au résultat escompté".

"Trump aurait promis à Netanyahou de proposer quelque chose. Je l'y invite, mais ce n'est pas facile (...) La réalité est que chaque partie doit renoncer à quelque chose, et chaque leader doit dire à son peuple qu'il va faire des concessions. Je ne vois pas cela se produire aussi bien chez les Israéliens que chez les Palestiniens", a-t-il affirmé.

"Si Trump est capable d'imposer quelque chose aux deux dirigeants, c'est bien, mais je pense qu'il ne le fera pas", a ajouté Herzog.

"Combattre l'antisémitisme"

L'ancien chef de l'Union sioniste s'est également félicité de la réconciliation entre le Fatah et le Hamas, estimant qu'elle allait dans le sens de ceux qui militent pour une solution à deux Etats.

"Si Abbas arrive à faire en sorte que la bande de Gaza soit soumise à son autorité, c'est une chose positive, mais il y a aussi des dangers dans ce processus dont il faut avoir conscience", a-t-il toutefois mis en garde.

Le chef de l'opposition israélienne s'est enfin exprimé sur l'antisémitisme qui frappe la communauté juive de France.

S'il a jugé positif le fait que les Juifs fassent leur aliyah, il a insisté sur l'importance de livrer une guerre sans équivoque contre l'antisémitisme.

"C'est une guerre décisive pour toute l'Europe et je me félicite de la position affichée par le président Macron sur la question", a-t-il expliqué.

"L'alyah est le coeur du sionisme et je suis content que des Juifs s'installent en Israël, mais il n'empêche qu'il faut combattre l'antisémitisme car c'est un phénomène pour lequel le peuple juif a payé un lourd tribut durant toute son histoire", a-t-il ajouté.

Commentaires

(6)

1 État, 2 états ... ce sont des mots. Sur le terrain, que c'est il passé : * Sharon a fixé une frontière provisoire avec la Barrière; * Al Sissi a évoqué un appendice dans le Sinaï qui pourrait être rattaché à Gaza (et que doublerait sa surface). Israël doit penser à reloger les habitants de TULKAREM et QUALQYLIA ainsi que des villes installées à l'ouest de la ligne RAMALLAH / NAPLOUSE / JENINE ... en utilisant la Zone C... au lieu de faire un îlot (au centre d'Israël) de ce Futur État palestinien. Les 2 états seraient alors tracés (pour Israël) jusqu'à cette ligne , Jenine / Naplouse / Ramallah + 1 petite Bande le long du Jourdain; Pour la Palestine , le territoire depuis cette LIGNE jusqu'à (presque) le Jourdain. Le moment venu , la Palestine pourra être rattachée à la JORDANIE par "voie normale". ISRAËL aurait à reloger dans de belles villes en Zone C, les palestiniens qui sont actuellement à + ou - 50 km de la Mer. Pour Gaza, ce serait une région autonome qui subirait l'absorption par Israël ... si Elle ne respectait pas les règles de "bon voisinage". Les gazaouis seraient relogés en Palestine et ailleurs. Qu'en pensez vous svp ???

Paroles ... Paroles.... comme tous les énarques de la politique israélienne qui demandent aux juifs de France de venir S’installer en Israël, mais qui ne font aucun geste vraiment positif et tangiblement efficace pour faciliter leurs intégrations, mais c’est en effet bien le contraire hélas qui se joue au quotidien, et la triste réalité est que sur le terrain tout est fait dans un sens inverse pour dégoûter surtout les jeunes de réaliser leur intégration, car à tous les échelons de l’administration , les tracasseries ubuesques bureaucratiques héritées des anciens systèmes soviétiques n’ont pas vraiment changées , mais bien au contraire ont mêmes empirées depuis deux décennies : - par exemple quand mon frère a fait son Aliya de FRANCE dans les années 80 est arrivé , à cette époque point besoin de repasser le permis de conduire, ET également ÉQUIVALENCE automatique de son diplôme de Chirurgien Dentiste etc... Par contrée Mon jeune fils et son épouse ont fait leur ALIYA il y a quelques mois avec 3 gamins et tous les deux sont DOCTEURS en Pharmacie , mais ... mais attendent impatiemment que la loi des équivalences déjà votée en3 eme lecture par la knesseth soit réellement appliquée ..., mais ... mais ne pourront pas encore vraiment exercer .... ils devront donc travailler gratis pendant un an dans une pharmacie... et seulement par la suite le parcours du combattant ne sera terminé .... et seront ensuite néanmoins dans l’obligation de se présenter à un examen oral ..... mais dont personne parmi les instances du Misrad HABRIOUT n’est à même d’exprimer clairement les substratum des tenants aboutissants de sujets à étudier ou à présenter lors de ces procédures kafkaïennes ??? Et malheureusement la liste est dramatiquement encore longue à énumérer en ce que concernent spécifiquement les 1.500 infirmières diplômées françaises , qui désespèrent de pouvoir un jour avoir le. PRIVILEGE d’être au courant quant à leurs sorts , l’administration israélienne Attend- elle peut être que ces femmes ou ces hommes tant recherchés pour leurs hautes qualifications s’en retournent dans l’UNION EUROPÉENNE où ils et elles seront très avantageusement récupérées..... quelles pertes pour les hôpitaux israéliens qui ne demandent qu’à les absorber pour soulager tous les services surchargés et en manque de personnels qualifiés.... Dr SZLOMO

Conformément à son habitude, Herzog ne perd pas une occasion de dire des sottises..

Jonathan , vous avez oublié et les arabes de tel Aviv , yaffo, Haïfa jérusalem , beer cheva , natanya , ramelé , lod . et toutes les villes d'israel . cela vous voulez que l'on ce les gardes . vous sombrez tous dabs la folie . vous croyez que ces Arabes vont partir ! vous voyez que ce Herzog veut nous jeter de la poudre aux yeux ou veut-il ce les gardé pour mieux nous prendre en sandwich .

je réponds au Dr slozo oui bien sûr vous avez raison sur toute la ligne . on préfère prendre des Arabes , ont les aides à être diplômé avec moins de points à l'examen que de prendre des juifs médecins diplômé par la faculté de médecine française , ainsi que les pharmaciens et tout le reste médical . c'est une honte et dégoutant . les hôpitaux et koupate holimes ont s'ont plein d'arabes . si sa Pete très fort en Israël avec nos ennemis et bien nous serons bien dans la merde .

Prof. Louis-René Beres: « Un Etat palestinien serait une menace existentielle pour Israël » Le Prof. Louis-René Beres, professeur émérite en Sciences politiques et Droit international à l’Université de Purdue (Indiana) a écrit un article retentissant qui a paru sur le site Begin-Sadate Center for Strategic Studies. Evoquant l’éventualité de la future création d’un Etat ‘palestinien’, ce spécialiste du terrorisme et des questions nucléaires affirme qu’un tel scénario constituerait une réelle menace pour l’existence de l’Etat d’Israël, « beaucoup plus que le déclenchement d’une troisième Intifada ou la poursuite du terrorisme à son niveau actuel ». Il prévoit que la présence d’un tel Etat augmenterait le nombre d’attentats et risquerait même de provoquer à terme une guerre nucléaire régionale. Il a qualifié  cette menace « d’indirecte » en donnant l’exemple suivant: celui d’un homme qui ne meurt pas directement d’une maladie bénigne, mais cette maladie l’affaiblit à tel point qu’elle le rendra vulnérable à d’autres maladies fatales. Le Professeur Beres décrit ici, de manière consciente ou inconsciente, la stratégie adoptée par l’OLP qui est d’affaiblir Israël par étapes, y compris au moyen du « processus de paix », en espérant un jour vaincre définitivement. Le  Prof. Beres rajoute qu’il n’y a aucune chance pour que le terrorisme arabe paletinien disparaisse au cas où un Etat ‘palestinien’ voyait le jour, bien au contraire, car les dirigeants d’un tel Etat profiteraient alors de leur statut juridique reconnu à l’ONU et de leur pouvoir décuplé pour s’en prendre de plus belle à l’Etat juif, et continueraient à parler de « Palestine occupée » et « d’ennemi sioniste ».

8Article précédentNetanyahou dément qu'Israël ait joué un rôle dans le référendum au Kurdistan
8Article suivantAu prochain conflit, les centres de population seront ciblés, avertit Lieberman