Quantcast i24NEWS - Jérusalem: Erdogan évoque une possible "rupture diplomatique" avec Israël

Jérusalem: Erdogan évoque une possible "rupture diplomatique" avec Israël

Turkish President Recep Tayyip Erdogan has rejected claims his family sent millions of dollars offshore as "lies"
ADEM ALTAN (AFP/File)
Pour les Palestiniens, reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël mettrait fin à l'effort de paix de Trump

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti mardi que le statut de Jérusalem était "une ligne rouge" pour les musulmans, évoquant une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale.

"Monsieur Trump, Jérusalem est une ligne rouge pour les musulmans", a lancé M. Erdogan à l'adresse de son homologue américain.

"Nous allons mener cette lutte jusqu'au bout avec détermination. Et cela pourrait aller jusqu'à la rupture de nos relations diplomatiques avec Israël", a-t-il ajouté lors d'un discours devant le groupe parlementaire du parti islamo-conservateur au pouvoir, l'AKP.

"En tant que président en exercice de l'OCI (Organisation de la coopération islamique), nous allons suivre cette question jusqu'au bout. Si une telle décision est prise, nous réunirons sous 5 ou 10 jours un sommet des leaders de l'OCI à Istanbul (...) Nous mettrons en mouvement tout le monde musulman lors de ce sommet", a-t-il encore dit.

AFP / ADEM ALTAN

La Maison Blanche a annoncé que la décision très attendue de M. Trump à ce sujet a été reportée alors qu'elle devait intervenir lundi.

"Le président a été clair sur cette affaire depuis le départ : ce n'est pas une question de si (l'ambassade sera effectivement déplacée de Tel-Aviv à Jérusalem, NDLR), c'est une question de quand", a affirmé Hogan Gidley, un porte-parole de la Maison Blanche.

"Fin de l'effort de Trump pour la paix"

Un haut conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, Nabil Chaath, a prévenu Donald Trump que toute reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël signifierait la fin de l'effort mené par l'administration américaine pour relancer l'entreprise de paix.

"Nous n'accepterons plus la médiation de l'Amérique, nous n'accepterons plus la médiation de M. Trump. Ce sera la fin du rôle joué par les Américains dans ce processus", a dit M. Chaath à des journalistes.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a quant à lui jugé "dangereuse" la possible décision de déplacer l'ambassade américaine à Jérusalem devant les membres de l'institution panarabe.

Une réunion extraordinaire de l'organisation s'est tenue mardi pour évoquer le "danger de cette question, si cela devait arriver, et les possibles conséquences négatives pas seulement pour la situation en Palestine mais aussi dans la région arabe et islamique".

La Ligue arabe a appelé les Etats-Unis à ne pas prendre d'initiative "qui mènerait à un changement du statut légal et politique de Jérusalem".

SAUL LOEB (AFP)

La France a émis lundi soir son propre avertissement au président américain. Dans un entretien téléphonique, le chef de l'Etat français Emmanuel Macron a "exprimé sa préoccupation sur la possibilité que les Etats-Unis reconnaissent unilatéralement Jérusalem comme capitale d'Israël", a rapporté l'Elysée.

La question est pourtant la même tous les six mois depuis plus de deux décennies: le président américain accepte-t-il de déménager l'ambassade des Etats-Unis en Israël vers Jérusalem, comme le prévoit une loi adoptée en 1995 par le Congrès, ou signe-t-il une dérogation pour la maintenir à Tel-Aviv, à l'instar du reste de la communauté internationale?

La nouvelle date-butoir pour renouveler la dérogation tombait théoriquement lundi. Jusqu'ici, les présidents successifs ont choisi la seconde solution.

Selon plusieurs observateurs, le milliardaire républicain est tenté par une troisième voie qui pourrait consister à repousser encore un tel déménagement tout en reconnaissant plus ou moins officiellement Jérusalem comme capitale d'Israël. Il pourrait annoncer son choix mardi ou mercredi, selon des médias et des responsables américains.

"Nouvelle Intifada"

L'organisation terroriste palestinienne Hamas a menacé d'une "nouvelle Intifada" tandis que pour le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman, "on a là une occasion historique de réparer une injustice".

A l'approche de la décision, d'autres pays et organisations sont montés au créneau.

La Jordanie, gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem, a aussi mis en garde contre "une démarche aux conséquences graves" et les risques d'"escalade".

Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson s'est entretenu ce week-end avec ses homologues égyptien et jordanien. Emmanuel Macron a insisté pour que le futur statut de la ville soit le fruit d'un accord israélo-palestinien consacrant "deux Etats", "avec Jérusalem pour capitale".

Commentaires

(19)

Bon débarras

Comme si aujourd'hui c'était un conte de fée avec les pays arabes Les attentats terroristes n'ont jamais cessé et ils jurent tous de nous détruire alors tous les pays qui veulent rompre avec Israel n'ont qu'à mettre leur menace à exécution ... Ils ont plus besoin de nous que l'inverse

J’en ai posté un bien mais il a disparu! Dommage,alors je suis d’accord avec les 2 précédents.

Comment ça tout le monde s'en fout de ce que pense Macron ?

Jérusalem n'est que la troisième ville sainte chez les musulmans qu'ils continuent à aller à la Mecque pour le hadj et se faire traiter comme un troupeau de moutons.

Que ce dictateur fou aille au diable et pour toujours. Qui a besoin de la turquie aujourd'hui. EN fait c'est devenu quoi la turquie: RIEN.

Ce monsieur rêve du grand passé Ottoman mais il n'en a pas l'envergure et qu'il quitte d'abord le nord de Chypre avant de venir s'occuper de nous et quant au peuple inventé qu'il retourne en Jordanie, son pays, avec son roi et sa capitale!

Je propose que Paris ne soit plus la capitale de la France, qu'Ankara ne soit plus capitale de Turquie. Les pays ont le droit de choisir leur capitale si Israël ne le peut pas il n'y a pas de raison que les autres pays le puisse. Je sais, je sais c'est difficile à admettre mais Jérusalem est bien la capitale éternelle d'Israël mais en plus du peuple juif, cela fait beaucoup, je sais. Jérusalem est une très belle femme que les hommes s'arrachent entre guillemets mais hélas pour eux, elle est déjà mariée à Israël. Sa robe est blanche ornée de perles blanches, ses cheveux sont d'or et sa parole, non n'est pas d'argent rire, elle est d'or massif également. Ses yeux sont ceux d'une amoureuse qui regarde Israël. SOURIRE.

le puissent

J'ajoute que ce n'est pas la peine de draguer Jérusalem, elle est fidèle et aime son Israël de mari. Alors pays stupides et avides, passez votre chemin.

Une autre hypothèse: Les musulmans ne se mettront jamais d’accord sur des sanctions réelles contre Israel. Ils feront monter les enchères mais il n’y aura pas d’adjudication..

Erdogan est le plus grand soutient des palestiniens.

Glouni il vous manque une case.

rupture d' anévrisme.

Erdogan va CHIER au bord de la mer.

Je propose la France comme capitale Des palestiniens

Elle est de facto rompu cette relation diplomatique avec la turquie depuis que erdogan collaborateur de la mouvence "les freres muslmans"

Comme d'habitude erdogane nous insulte, la ligne rouge est aussi rouge et plus que rouge.

Oui Erdogane veux qui les relations diplomatique et nous aussi Israeliens qu'il tienne sa parole puique le président Américain a parler. Nous serion sfiere de quitter la Turquie qui est un ennemis pour le peuple Juif. Aman

8Article précédentIsraël: "aucune roquette n'a été tirée depuis le Sinaï la nuit dernière" (armée)
8Article suivantLa guerre avec les alliés de l’Iran est imminente (ambassadeur d’Israël aux USA)